Cécile Duflot pour "un scénario 100 % renouvelable d’ici 2050"

Cécile Duflot : Cécile Duflot pour "un scénario 100 % renouvelable d’ici 2050" La députée écologiste de Paris, ancienne ministre du Logement, était l'invitée de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France ce mardi 19 mai 2015.

Sur le plateau de #DirectPolitique, Cécile Duflot s'est longuement exprimée sur les enjeux de la COP21, la conférence sur le climat cruciale qui est organisée à Paris en fin d'année. Outre les enjeux que constituent les objectifs de réduction des gaz à effet de serre des différents pays, elle a pointé le manque d'ambition de la France, malgré la loi sur la transition énergétique. "Si François Hollande voulait être à la hauteur de l'enjeu, il pourrait dire que la France fait le choix d’un scénario 100 % renouvelable à l'horizon 2050", a indiqué la députée écolo. Elle avoue "un grand désaccord avec la politique qui est menée aujourd'hui en France et au niveau européen" et espére un nouvel engagement du chef de l'Etat "à l'automne, en ouverture de la conférence sur le climat".

Voir aussi
Rénouvelables : "La France est très en retard"
"Ce qui se passe chez les Chinois nous intéresse"

Loi de transition énergétique : "Un point d'étape, mais pas suffisant"

Sur la loi de transition énergétique en elle-même, qui est examinée en seconde lecture à l'Assemblée à partir de ce mardi, Cécile Duflot, qui l'avait votée en première lecture, se montre bienveillante. "Est-ce que cela va dans le bon sens ? Oui", tranche la députée EELV de Paris qui affirme qu'elle votera le texte s'il reprend des couleurs (il est depuis passé par le Sénat qui l'a sensiblement modifié - NDLR). "C’est un point d’étape, mais ce n’est pas à la hauteur des enjeux de la conférence sur le climat", enchaine-t-elle immédiatement. "Nous devons être plus ambitieux et qu'on arrête sur les reculades."

Voir aussi
Fermeture de Fessenheim : "Ça commence à être un peu chaud là!"
L'écologie "punitive" : "C'est un non-sens"

Verts et majorité : "On a besoin d'écologie aux manettes"

Interrogée sur la place des Verts dans la majorité, Cécile Duflot assume : "Nous avons contribué à construire la majorité". Et elle enchérit même : "On a besoin d’écologie aux manettes" et "il faut exercer des responsabilités". Mais pour celle qui a claqué la porte du gouvernement en avril 2014, "il faut que le cap donné à l’action politique soit en convergence de vues avec ce que pensent les écologistes".

Voir aussi
"Depuis 1974, il y a un candidat écologiste" à la présidentielle
"La proportionnelle, c'était un engagement du président"

Collège : "Najat Vallaud-Belkacem va dans le bon sens"

Cécile Duflot a apporté son soutien à la ministre de l'Education et à la réforme du collège. "Les orientations de cette réforme sont bonnes" résume la députée de Paris qui émet tout de même une réserve sur ce projet : "On a une réforme qui arrive d'en haut, c'est sans doute ma seule réserve". Cécile Duflot a aussi critiqué avec virulence l'opposition de la droite et notamment de Bruno Le Maire. "Ce que fait Monsieur Le Maire est assez grave, car c'est d'une très grande malhonnêteté. L'objectif, c’est un positionnement personnel."

Voir aussi 
"Ce que fait monsieur Le Maire est assez grave"
Le "pour ou contre" de la réforme
Profs en colère : "La formation a été sacrifiée"

Encadrement des loyers : "Il parait que ce sera en cours à Paris en juillet..."

Sur la mesure phare de sa loi sur le logement, Cécile Duflot semble amère. L'ancienne ministre, interrogée sur l'encadrement des loyers, utilise le conditionnel quand il s'agit de mentionner sa mise en oeuvre "à Paris en juillet". Elle est en revanche vent-debout contre la baisse envisagée des APL, les aides au logement ayant été pointées par le ministre du Budget Michel Sapin récemment. "La question de la réduction des APL me choque énormément", indique-t-elle. Quant à l'impact supposé de sa loi sur le marché de l'immobilier, Cécile Duflot balaye les critiques d'un revers d'une main : "une légende urbaine et une fumisterie. L'histoire répondra".

Voir aussi
Quotas de migrants dans l'UE : "Valls a tort"
"Hollande s'était engagé sur une loi bancaire qui est assez inaboutie"

Zyed et Bouna : "Il y a des enfants nés en France et qui font l'objet d'une vraie discrimination"

Cécile Duflot s'est aussi exprimée sur le verdict dans l'affaire Zyed et Bouna, décédés en 2005 dans un générateur EDF à Clichy. A-t-on fait assez pour les banlieues depuis 2012 ? "Non", répond sans détour l'ancienne ministre de tutelle du portefeuille de la Ville. "La vérité de l'affaire Zyed et Bouna, c'est que deux gamins, qui n’ont rien à se reprocher - rien - fuient la police." Et la députée parisienne de pointer les "contrôles au faciès" et de regretter que le récépissé n'ait pas été mis en place. "Une occasion ratée" pour le gouvernement.

Replay : l'intégralité de l'émission

Cécile Duflot invitée de #DirectPolitique

Alors que la 21e conférence climat (ou Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques) aura lieu à Paris en fin d'année, François Hollande, dont le pas a rapidement été emboité par Manuel Valls, a indiqué que 2015 serait l'année de l'écologie. Les ambitions, affichées dès janvier, sont importantes : il s'agit de limiter le réchauffement de la planète à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Et bien avant ce grand rendez-vous international, la France entend montrer l'exemple et donner des gages aux défenseurs de la nature et du climat, plutôt sceptiques après un début de quinquennat bien peu tourné vers les causes environnementales. L'examen en seconde lecture de la loi sur la transition énergétique, qui démarre ce mardi 19 mai à l'Assemblée nationale, devrait ainsi donner avec plus de précision le ton et la mesure de ce que la France est prête à faire pour changer de modèle.

Sommes-nous bien préparés pour le grand rendez-vous mondial de la fin d'année et pour faire aboutir les ambitions qui ont été affichées depuis des mois ? La transition vers une énergie décarbonée est-elle réellement engagée dans le pays ? Quelle doit être la place du nucléaire dans cet objectif ? La France, championne de l'atome, peut-elle vraiment basculer sur les renouvelables, à quel terme et pour quel coût ? Plus politiquement, les ambitions environnementales du gouvernement sont-elles suffisantes, à la fois pour la COP21 et pour l'avenir ? L'écologie y est-elle suffisamment représentée, y compris en hommes et en femmes sensibles aux causes environnementales ? Quelle est la place des Verts dans ces projets aujourd'hui ? Enfin, Europe-Ecologie-Les-Verts est-elle en crise alors que la presse fait toujours étalage des bisbilles au sein du parti écolo ? Cécile Duflot, députée EELV de Paris et ancienne ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, était l'invitée de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France ce mardi 19 mai 2015 à 8h30.

Alors que plusieurs pays ont envoyé leurs "contributions" à la COP21, indiquant l'engagement qu'ils sont prêts à prendre en terme de réduction des gaz à effet de serre, "le compte n'y est pas du tout" selon Nicolas Hulot, l'envoyé spécial du président français pour la protection de la planète. Quant au texte de loi sur la transition énergétique de Ségolène Royal, c'est dans une version totalement remaniée par les sénateurs qu'il est revenu au Palais Bourbon, preuve que le principe, les objectifs chiffrés, mais aussi les échéances font encore débat. Et c'est encore sans compter les polémiques sur l'EPR de Flamanville, dont le chantier est parsemé de difficultés, les débats sur le diesel et la concentration en particules, de plus en plus forts depuis les pics de pollution du mois de mars, ou encore les projets contestés aux quatre coins du pays, de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes au barrage de Sivens, qui viennent régulièrement provoquer des sursauts de tensions entre les écologistes et le gouvernement.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google