Les sondages de février 2015

28 février 2015 : un Français sur cinq favorable à une candidature de Hollande (BVA)

Pas plus de Sarkozy que de Hollande. Les Français ne semblent pas avoir envie de rejouer le duel de 2012 lors de la prochaine présidentielle. Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé, ils ne seraient que 21 % à souhaiter que le chef de l'Etat soit de nouveau candidat en 2017. Une proportion qui a, certes, doublé en comparaison d'une précédente enquête datant de novembre 2014, mais qui reste très faible. Il y a une semaine, les souhaits de candidature de Nicolas Sarkozy étaient similaires : 22 % (lire ci-dessous). Et quand il s'agit de concrétiser, le résultat n'est guère plus flatteur. 77 % des sondés sont  opposés à l'idée d'un nouveau mandat pour François Hollande.

26 février 2015 : Valls pénalisé par le 49-3 (Ifop)

Manuel Valls est en baisse selon le tableau de bord des personnalités Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio. En février, le Premier ministre a été éclipsé par d'autres personnalités comme Emmanuel Macron et surtout Stéphane Le Foll. Le 49-3 aurait pénalisé le chef du gouvernement qui chute à 54 % d'opinions favorables, 6 points de moins que lors du précédent baromètre. François Hollande, lui, reste bénéficiaire de l'effet 11 janvier. Il atteint 38 % de bonnes opinions avec un point de plus. Alain Juppé reste largement en tête du classement avec 66 % de bonnes opinions.

24 février 2015 : fin de l'embellie pour tout le monde (Odoxa)

François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 6 points dans le baromètre Odoxa de février 2015. L'institut de sondage acte la fin de l'embellie observée après les attentats à Paris en janvier. Le chef de l'Etat et son Premier ministre retombent désormais à un niveau comparable à celui qui était le leur en décembre. Toute la classe politique est d'ailleurs touchée par cette baisse. Le signe que la page se tourne et de la fin d'une séquence.

23 février 2015 : Hollande et Valls portés par le 11 janvier, mais pas que (Harris)

François Hollande à 32 %, gagne un point. Manuel Valls, à 46 %, reste stable. C'est la principale conclusion de ce baromètre de confiance de l'exécutif d'Harris Interactive en février. Jean-Daniel Lévy (Harris) y voit les effets d'un changement dans la communication du couple exécutif, changement observé dès décembre, soit bien avant les attentats de janvier. La gestion des attentats n'aurait fait qu'amplifier cette amélioration de l'image de François Hollande, comme de Manuel Valls.

21 février 2015 : l'envie de Sarkozy en baisse (BVA)

Les Français ne seraient plus que 22 % à souhaiter que Nicolas Sarkozy soit candidat à la présidentielle 2017 selon un sondage BVA. L'ancien chef de l'Etat est en chute de 11 points en comparaison du précédent sondage réalisé il y a 7 mois, en juillet 2014. En février 2013, 35 % des sondés voulaient qu'il soit candidat. Inquiétant pour Sarkozy : c'est chez les sympathisants que la baisse est la plus impressionnante. Il perd 21 points, même s'il reste à 57 % de souhaits de candidatures. Ils étaient 75 % il y a deux ans.

22 février 2015 : Aubry moins bonne que Valls à Matignon (BVA)

Manuel Valls, imbattable à gauche. Selon un sondage BVA, il n'y a pas de personnalité à gauche pour faire mieux que le Premier ministre à Matignon. Martine Aubry est celle qui s'en tire le mieux, mais seuls 21 % des sondés estiment que sa politique serait meilleure que celle de Valls contre 41 % qui pensent l'inverse. Chez les sympathisants socialistes, le point de vue est plus nuancé. Ils sont 31 % à accorder plus de crédit à la maire de Lille contre 34 % qui pensent que sa politique serait moins bonne que celle de Valls. 34 % jugent également qu'elle mènerait une politique ni meilleure ni moins bonne.

16 février 2015 : Juppé surclasse Sarkozy en termes d'image (Ifop)

Alain Juppé semble s'en sortir mieux que Nicolas Sarkozy après les atermoiements à l'UMP sur l'élection législative partielle dans le Doubs. L'Ifop, qui a réalisé pour Atlantico un sondage sur l'image comparée des deux leaders de l'UMP, aboutit à un résultat sans ambiguïté. Juppé domine Sarkozy sur 10 qualités sur 13. Mais chez les sympathisants UMP, le jugement est totalement inverse. C'est notamment du côté de l'UDI qu'Alain Juppé, sans surprise, fait la différence. Un constat qui confirme les précédentes analyses.

16 février 2015 : 33 % des Français adhèrent aux thèses du FN (TNS)

La dernière vague du baromètre TNS sur l'image du Front national démontre que le FN conserve un très bon niveau d'adhésion (33 %) et de crédibilité dans la population à quelques semaines des élections départementales 2015. Les priorités des Français après les attentats vont vers la sécurité (73 % pensent qu'on ne défend pas assez les valeurs traditionnelles, 65 % qu'il faut donner beaucoup plus de pouvoir à la police, 52 % qu'il y a trop d'immigrés en France et 48 % qu'on accorde trop de droits aux musulmans). Le retour du service militaire gagne des points par ailleurs.

15 février 2015 : un tiers de votants FN à l'avenir (Odoxa)

Selon Odoxa, l'image de l'UMP et du FN s'est améliorée de concert ces deux dernières années. Mais le FN est en train de rattraper l'UMP. Aujourd'hui, plus d'un tiers des sondés envisagent de voter FN à l'avenir ("potentiel de votes"). Le front républicain, lui, est surtout plébiscité à gauche de l'échiquier politique. Le sondage affirme ainsi qu'à l'UMP, on préfère désormais voter FN plutôt que pour le Parti socialiste.

14 février 2015 : Sarkozy surpasse Juppé chez les sympathisants UMP (Ifop)

Selon l'Ifop, Alain Juppé a cédé un peu de terrain à Nicolas Sarkozy lors des derniers mois. Juppé reste la grande star des sondages sur la base la plus large : celle des sondés représentatifs de toute la population française. Mais Nicolas Sarkozy reste le maître des sympathisants UMP et de la droite. En 90 jours, l'ancien chef de l'Etat gagne même trois poins dans le dernier sondage Ifop pour Atlantico sur le candidat le plus à même de représenter l'UMP et atteint 56 % de bonnes opinions chez les sympathisants quand le maire de Bordeaux perd trois points et descend à 33 %. Chez les sympathisants de droite, 43 % optent pour Nicolas Sarkozy et 28 % pour Alain Juppé.

14 février 2015 : Charlie, c'est fini pour Hollande et Valls (BVA)
Charlie, c'est bel et bien fini pour François Hollande et Manuel Valls. Selon l'observatoire BVA pour Orange et iTélé, le chef de l'Etat dispose d'une bonne opinion chez 30 % des Français. Un score en baisse de 4 points en un mois. Le rebond constaté en janvier est ainsi qualifié de "conjoncturel" par BVA. Il est surtout éphémère. Hollande perd surtout des points à la gauche du PS (-9). Chez les sympathisants socialistes, il continue en revanche à progresser de trois points à 84 % de bonnes opinions. Mais Manuel Valls vient confirmer la fin de l'état de grâce de l'exécutif. Le Premier ministre  perd 2 points et atteint les 42 % d'opinions favorables.

11 février 2015 : Hollande et Valls perdent à nouveau des points (Ifop)

Selon le tableau de bord politique Ifop/Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, l'esprit du 11 janvier s'atténue. François Hollande et Manuel Valls, après leur embellie de la fin janvier, voient plusieurs indicateurs baisser. Les sondés approuvant l'action de François Hollande sont en baisse de six points. Manuel Valls voit son action toujours appuyée par 56 % des Français, mais une fois encore, le chiffre est en baisse de 5 points par rapport au précédent baromètre. Reste, pour le duo, un bilan toujours positif, les baisses récentes étant inférieures aux hausses du mois dernier.

9 février 2015 : Cazeneuve grand gagnant de la dernière séquence (OpinionWay)

François Hollande peut désormais se réjouir de séduire plus de 30 % des sondés dans le baromètre mensuel de popularité OpinionWay pour Metronews et LCI.  Le chef de l'Etat est en hausse de six points par rapport à la dernière enquête. Manuel Valls quant à lui frôle les 50 % de satisfaits. Avec 48 % de bonnes opinions, il gagne 9 points après les 8 déjà engrangés le mois dernier. Mais c'est finalement Bernard Cazeneuve (+13 points) qui semble avoir le plus "bénéficié" des événements de ce début d'année.

9 février 2015 : après l'embellie, la rechute pour Hollande (Ipsos)

François Hollande perd 8 points. Voici la statistique, sortie par Ipsos dans un sondage pour Le Point, qui acte la fin de l'état de grâce pour François Hollande après les attentats. A peine 30 jours après la marche du 11 janvier, le chef de l'Etat, comme son premier ministre Manuel Valls chutent lourdement. Un retour à la réalité, notamment économique, du pays qui fait chuter le président de la République à 30 % de bonnes opinions. Ipsos et le Point estiment que c'est d'ores et déjà 40 % de "l'effet Charlie" qui est perdu pour Hollande.

7 février 2015 : Juppé grand favori pour représenter l'UMP (BVA)

Ça ne va pas vraiment mieux pour Nicolas Sarkozy. En plein débat sur la position de l'UMP face au duel PS-FN dans le Doubs, Alain Juppé a pris une longueur d'avance sur le président du parti. Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé  le maire de Bordeaux est cité par 43 % des sondés quand il s'agit de choisir un candidat UMP pour 2017. Nicolas Sarkozy est loin derrière, à 13 %. Quand l'un gagne 3 points par rapport à la précédente enquête en septembre, l'autre en perd 14 ! L'ancien chef de l'Etat a de quoi rager, lui qui est désormais au même niveau que Bruno Le Maire, son rival lors de l'élection du président de l'UMP en novembre dernier.

6 & 7 février 2015 : Hollande n'est pas sauvé (Odoxa)

Selon deux sondages d'Odoxa pour le Parisien-Aujourd'hui en France et pour iTélé, la bonne séquence suivant le 11 janvier 2015 ne sauvera pas le soldat Hollande. Deux tiers (63 %) des Français, interrogés moins d'un mois après les attentats contre Charlie Hebdo, estiment qu'il n'a pas changé. La même proportion juge que le chef de l'Etat "ne sait pas où il va" et est "incapable de prendre les décisions qui s'imposent". La conférence de presse du 5 janvier n'a pas convaincu selon le même institut qui met l'accent sur l'économie et le chômage pour expliquer cette rechute.

4 février 2015 : Valls au plus haut depuis son arrivée à Matignon (TNS)

Le couple exécutif a une meilleure image d'ans l'opinion selon le baromètre TNS Sofres pour le Figaro Magazine. Mais avec le recul de trois semaines sur les évènements, l'institut de sondage estime que Manuel Valls a plus profité de l'après attentat que François Hollande. Le Premier ministre bat son record de popularité depuis son arrivée à Matignon : 48 % des sondés lui accordent leur confiance, en hausse de sept points par rapport au précédent baromètre. Pour Hollande, l'évolution est plus timide : il gagne 3 points avec une cote de confiance à  23 %.

4 février 2015 : après l'émotion, l'effet boomerang ? (CSA)

Hollande souhaitait que "la vie reprenne son cours" après les attentats. Trois semaine après la vague d'émotion et de sympathie de janvier, le chef de l'Etat gagne 10 points et atteint les 29 % de bonnes opinions dans le baromètre CSA pour Les Echos et Radio Classique. Un gain que l'institut présente comme l'effet "réel" des attentats sur la cote du président de la République. Si la progression est importante (historiquement la troisième plus forte depuis le lancement du baromètre), François Hollande reste en dessous des 30 % de "satisfaits".

2 février 2014 : Juppé se tasse, Sarkozy stagne (Ifop)

Alain Juppé reste le candidat favori des Français pour l'UMP dans le dernier sondage de l'Ifop avec le site Atlantico. L'ancien Premier ministre perd néanmoins 8 points depuis décembre et est choisi par 30 % des sondés "seulement". Dans le même temps, son rival Nicolas Sarkozy se stabilise. S'il perd deux points, l'ancien chef de l'Etat campe autour des 20 % de bonnes opinions. Chez les sympathisants de l'IUMP, premiers concernés par cette candidature, le maire de Bordeaux perd même 9 points quand Sarkozy en gagne 6. Dans ce noyau dur, le président de l'UMP est largement en tête avec 58 % des votes.

Suggestions de contenus