Les sondages de juin 2015

30 juin 2015 : les régionales, tremplin pour Marine Le Pen ? (OpinionWay)

Selon un sondage OpinionWay pour LCI et Le Figaro, Marine Le Pen est la grande favorite des régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Une prévision qui, si elle se concrétisait, constituerait un tremplin pour la présidente du FN en vue de la présidentielle 2017. Marine Le Pen est donnée en tête au premier comme au second tour et battrait donc l'ancien ministre Xavier Bertrand ainsi que des socialistes pour l'instant divisés et s'interrogeant sur une candidature de Martine Aubry pour lui faire barrage. Lire sur le site d'OpinionWay

30 juin 2015 : Hollande stable depuis six mois (Harris)

Selon le dernier baromètre Harris Interractive, François Hollande voit sa cote de confiance se stabiliser. Une stabilisation désormais continue depuis 6 mois, qui fait dire à Jean-Daniel Lévy d'Harris que cette stabilité est "structurante", autrement dit solide, et pas liée à des éléments de contexte comme les attentats de janvier dernier. Cette stabilisation est également observée chez Manuel Valls qui, selon Harris, ne voit pas sa cote évoluer selon son voyage à Berlin décrié. Une analyse radicalement opposée à celle d'autres instituts. Lire sur le site d'Harris

30 juin 2015 : gros coup de mou pour Valls (Odoxa)

Selon le baromètre politique Odoxa pour la presse régionale, l'Express, et France Inter, la popularité de Manuel Valls est en forte chute, le Premier ministre perdant 5 points en ce début d'été et dégringole à 36 % de bonnes opinions. Alain Juppé reste l'homme politique favori des sondés avec une cote de 40 % d'adhésion. Nicolas Sarkozy est toujours largement en retard sur son principal rival de la primaire puisque l'ancien chef de l'Etat est à 27 % "seulement" d'opinions positives, en baisse de 4 points. Lire sur le site d'Odoxa

29 juin 2015 : DSK a encore du crédit dans l'opinion (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, Dominique Strauss-Kahn, relaxé mi-juin dans l'affaire du Carlton et débarqué sur Twitter, ne voit pas sa cote évoluer particulièrement depuis décembre 2011 et sa sortie (définitive ?) de la compétition politique. Il conserve tout de même 36 % de bonnes opinions chez les sondés, soit 4 points de plus qu'il y a trois ans et demi. La même proportion le verrait bien au gouvernement. Les partisans du PS sont encore majoritairement favorables à l'ancien directeur du FMI (51 %). Des résultats plutôt flatteurs 4 ans après l'enfer du Sofitel. Lire sur le site de l'Ifop

28 juin 2015 : Hollande contraint à une primaire ? (BVA)

Selon un sondage BVA sur la gauche et son électorat, les français seraient encore 81 % à souhaiter qu'il y ait une primaire pour désigner le candidat socialiste en 2015 en vue de la présidentielle. Une primaire qui est souhaitée, même si François Hollande était candidat par 65 % des sondés. Chez les sympathisants socialistes, cette primaire est même souhaitée par 93 % des sondés. Un camouflet pour le chef de l'Etat. Manuel Valls reste en outre le candidat favori à gauche pour 35 % des Français et 48 % des socialistes. François Hollande est loin derrière son Premier ministre mais aussi Arnaud Montebourg, Martine Aubry et Ségolène Royal. Lire sur le site de BVA

25 juin 2015 : qui veut un retour de DSK ? (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, près de 40 % des Français seraient favorables à un retour de Dominique Strauss-Kahn en politique. L'ancien directeur du FMI, qui a été blanchi dans toutes les affaires le visant et qui a fait une entrée remarquée sur Twitter recueille l'assentiment de 38 % des sondés. 13 % d'entre eux vont même jusqu'à souhaiter "tout à fait" un retour de DSK contre 31 % qui ne le souhaitent "pas du tout" et 30 % "plutôt  pas". S'il est face à une large majorité d'opposants, ces chiffres montrent tout de même qu'un retour de DSK, totalement impensable il y a encore quelques mois, fait désormais son chemin. reste à connaitre l'avis du principal intéressé. Lire sur le site d'Elabe

22 juin 2015 : la communication des politiques décriée (Ifop)

Selon un sondage Ifop, 50 % des Français jugent que les leaders politiques ne communiquent pas assez, mais 39 % des sondés estiment dans le même temps qu'ils en font trop. Lors d'une semaine où Nicolas Sarkozy a usé de la métaphore de la fuite d'eau pour parler des migrants et où Ségolène Royal a provoqué un débat sur le Nutella, la com' des politiques est donc fortement décriée d'un côté comme de l'autre. Dans le détail, ce sont les catégories supérieures qui jugent que les politiques en font trop. On note que 11 % des sondés seulement semblent satisfaits de cette communication. Lire sur le site de l'Ifop

22 juin 2015 : Sarkozy en forte chute (Ipsos)

Selon le baromètre Ipsos pour le Point, les trois principaux leaders politiques du pays sont aussi les trois personnalités les plus impopulaires. Le chef de l'Etat François Hollande atteint 77 % d'insatisfaits, le patron des Républicains Nicolas Sarkozy est à 66 % d'opinions défavorables et entre les deux, la patronne du FN Marine Le Pen atteint les 71 % de mécontents de son action politique. La popularité de François Hollande fait une rechute importante, à seulement 20 % de satisfaits, ce qui est son plus bas niveau de l'année. Nicolas Sarkozy, pointé pour ses propos sur les migrants, et, à droite, pour son accord avec l'UDI, perd 6 points à 31 % de bonnes opinions. Alain Juppé (71 % de satisfaits) et Christine Lagarde (70 %) comptent parmi les plus populaires du baromètre. Lire sur le site d'Ipsos

21 juin 2015 : Valls en légère baisse (Ifop)

Selon le baromètre Ifop pour le JDD, François Hollande voit sa popularité s'améliorer légèrement en juin avec 22 % de bonnes opinions, en hausse d'un point. Son Premier ministre Manuel Valls perd dans le même temps deux points de popularité, pour descendre à 35 % de personnes séduites par son action. De quoi relativiser l'impact de son voyage à Berlin. Les segments les plus favorables au chef de l'Etat et au chef du gouvernement sont les sympathisants socialistes (65 % pour Hollande, 74 % pour Valls et les plus âgés (65 ans et plus). Lire sur le site de l'Ifop

18 juin 2015 : Hollande perd les enseignants (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Atlantico François Hollande serait en train de perdre l'une des composantes importantes de son électorat de 2012, celle des enseignants. Si l'élection présidentielle de 2017 se déroulait ce week-end, il obtiendrait à peine plus d'un quart des voix des enseignants du secondaire au premier tour (26 %). Les mêmes étaient 44 % en 2012. Nicolas Sarkozy ne séduit pas plus puisqu'il est crédité de 13 % des voix. Mais François Bayrou grappillerait quant à lui 6 points par rapport à la précédente présidentielle pour atteindre 24 %. La réforme du collège est passée par là. Lire sur le site de l'Ifop

18 juin 2015 : 77 % des Français ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage (Viavoice)

Selon un sondage Viavoice pour la BPCE, Le Monde et France Info, les Français ne pensent pas que le chômage baissera d'ici 2017. Ils ont 77 % parmi les sondés à ne pas croire à l'inversion de la courbe avant la fin du quinquennat. Ils sont évidemment plus nombreux pour l'année 2015 (88 %). Les plus pessimistes sont les segments les plus touchés par les problèmes d'emploi, c'est-à-dire les jeunes et les plus de 65 ans. Mais même les ouvriers et les cadres n'y croient plus selon Viavoice. Lire sur le site de Viavoice

17 juin 2015 : le 49-3 ne passe pas pour Valls (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, près de 7 sondés sur 10 (68 %) considèrent que Manuel Valls a eu "tort" de dégainer l'article 49-3 pour faire passer en force la loi Macron. Principal grief contre le gouvernement et son chef : avoir "empêché le Parlement de débattre", ce qui est "son rôle". Seules 31 % des personnes interrogées soutiennent le Premier ministre dans cette nouvelle séquence difficile pour lui après le voyage à Berlin. La désapprobation est forte chez les sympathisants de gauche (45 %) mais extrêmement élevée à droite (79 %). Lire sur le site d'Elabe

15 juin 2015 : pas trop de casse pour Valls après Berlin (OpinionWay)

Selon le baromètre mensuel OpinionWay pour Metronews et LCI, le voyage à Berlin de Manuel Valls pour assister à la finale de la Ligue des champions de football début juin, s'il a été décrié, n'a pas de réel impact sur sa cote de popularité. Le Premier ministre est certes en baisse, mais d'un seul point pour atteindre  34 % de bonnes opinions. François Hollande, lui, est stable à 26 % de satisfaits, à seulement 6 points de la popularité de Nicolas Sarkozy au même moment de son mandat en 2010. Surtout, OpinionWay souligne que le chef de l'Etat ne baisse plus. Bon signe pour la présidentielle ? Lire sur le site d'OpinionWay

*Selon un autre sondage OpinionWay pour LCI, 84 % des Français souhaiteraient des règles plus strictes sur les déplacements officiels.

14 juin 2015 : Alain Juppé prend l'avantage pour  la primaire (Ifop)

Selon un sondage Ifop, Alain Juppé prend la tête de la course à la primaire de la droite pour l'élection présidentielle de 2017. Le maire de Bordeaux, qui était souvent relégué derrière Nicolas Sarkozy chez les sympathisants de droite et parfois chez les votants potentiels de cette primaire, obtient 42 % de "citations" chez les sympathisants de la droite et du centre tandis que le président des Républicains est à 33 %. Bruno Le Maire est troisième avec 13 %. En mai, le match tournait pourtant en faveur de Nicolas Sarkozy. Lire sur le site de l'Ifop

14 juin 2015 : le FN moins honnête que le PS et Les Républicains ? (BVA)

Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé, les trois quarts des Français jugeraient que le FN n'est pas digne de "confiance en termes de moralité et d'honnêteté". Seuls 25 % affirment en effet que le parti de Marine Le Pen leur inspire confiance, alors que le FN est troublé par ses affaires familiales, mais aussi  par une enquête pour de fraude fiscale visant Jean-Marie Le Pen. Le parti frontiste s'en sort moins bien que le Parti socialiste (32 % déclarent que le PS leur inspire confiance) et même que Les Républicains (26 %). Lire sur le site de BVA

14 juin 2015 : après Berlin, Manuel Valls pas touché en profondeur (Ifop)

Selon un sondage Ifop les "traits d'image clé" de Manuel Valls n'ont pas bougé après la polémique sur son escapade berlinoise. 63 % des sondés jugent que le Premier ministre doit jouer un rôle important à l'avenir (soit 5 points de plus que fin mai). Ils sont 47 % à penser que Valls est proche de leurs préoccupations et 43 % estiment que le locataire de Matignon "dit la vérité aux Français". 40 % des sondés analysent le voyage à Berlin comme un handicap pour son avenir politique et notamment pour l'action de son gouvernement. Lire sur le site de l'Ifop

13 juin 2015 : le FN, parti le moins rejeté (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour le Parisien et Aujourd'hui en France, les Français rejetteraient massivement les partis politiques, même; s'ils sont 70 % à se définir comme "sympathisants". Derrière ce constat global, le FN serait le parti qui s'en sort le mieux car cité comme le plus proche des préoccupation des Français, et le plus à même de proposer des solutions efficaces. Le parti de Marine Le Pen devance en cela à la fois le parti socialiste et Les Républicains. Lire sur le site d'Odoxa

12 juin 2015 : Valls plombé par Berlin (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour iTélé et le parisien, les Français ont jugé l'affaire de Berlin avec gravité. Ils sont 67 % à juger le déplacement footballistique de Manuel Valls comme "grave" voir "très grave". Une même proportion, à peu de choses près, estime que ce voyage décrié aura des conséquences importantes pour son avenir politique. Ils sont surtout 60 % environ à estimer que les excuses de Manuel Valls sont insuffisantes pour clore la polémique. Ils sont même 40 % chez les sympathisants et 30 % chez les militants socialistes. Lire sur le site d'Odoxa

*Un sondage Odoxa réalisé sur une période similaire indique que 70 % des Français ne sont en revanche pas choqués par les expulsions de migrants. Mais ils jugent tout aussi sévèrement les bilans de Sarkozy et de Hollande sur l'immigration.

11 juin 2015 : 67 % des Français n'envisagent pas de voter Hollande (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, 67 % des sondés ne voteront pas pour François Hollande en 2017 et parmi les autres, 18 % déclarent qu'ils pourraient le faire par défaut. Pire, pour le chef de l'Etat : 28 % de ceux qui ont voté pour lui en 2012 n'envisagent pas du tout de rééditer leur geste en 2017, soit plus d'un quart. Et un tiers voterait pour lui par défaut. Parmi les raisons de voter Hollande, peu font référence à son bilan, mais 46 % affirment que Manuel Valls, s'il faisiat campagne de nouveau avec lui, serait un "atout". Lire sur le site de l'Ifop

10 juin 2015 : Valls sanctionné pour son escapade à Berlin (Elabe)

Selon un sondage de l'institut Elabe (nouvellement créé par Bernard Sananès, ex-CSA) pour BFMTV, 77 % des Français se disent choqués par le déplacement à Berlin, dans un avion de la République et avec ses deux fils, de Manuel Valls pour assister à la finale de la Ligue des Champions début juin. Ils sont 47 %, soit près de la moitié, à être "tout à fait choqués". Seuls 6 % ne voient pas de problème dans ce déplacement. Un coup dur, sans doute le premier véritable trou, dans l'image de Manuel Valls, toujours considéré jusqu'à présent comme le chouchou des sondages pour la présidentielle de 2017. Lire sur le site d'Elabe

10 juin 2015 : Valls en forte baisse, comme les autres... (Ifop)

Selon le tableau de bord Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, le gouvernement, à commencer par Manuel Valls, est en baisse de popularité. Le Premier ministre récolte 59 % d'opinions favorables, en baisse de 5 points. François Hollande, lui, perd un point et reste majoritairement impopulaire avec 36 % de bonnes opinions. L'Ifop souligne qu'au-delà de l'exécutif, c'est l'ensemble de la classe politique qui souffre avec 39 personnalités en chute sur 50. Macron, Sapin, Le Foll, Vallaud-Belkacem, mais aussi Fillon, Bertrand, NKM et Sarkozy enregistrent tous une baisse de trois points ou plus. Lire sur le site de l'Ifop

8 juin 2015 : Le PS en crise de conviction (Harris)

Selon une étude d'Harris Interactive pour Libération, basé sur une analyse rétrospective des sondages de l'institut, de moins en moins de Français se déclarent proches du Parti socialiste, en perte de vitesse depuis quatre ans. En 2011, ils étaient 23 % à se déclarer proche du PS contre 14 % aujourd'hui. Les sympathisants déclarés, qui montraient une véritable défiance contre François Hollande en 2013 et 2014 sont désormais plus convaincus par le chef de l'Etat (80 % contre 30 % pour l'ensemble des Français). Lire sur le site d'Harris

7 juin 2015 : l'image du PS toujours dégradée (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France, l'image du PS trois ans après l'arrivée au pouvoir de François Hollande reste terne, malgré un léger mieux dans les derniers mois. 41 % des sondés y voient un soutien suffisant au gouvernement, 25 % seulement qu'il est proche des préoccupations des Français, 24 % qu'il dispose d'un projet solide et 23 % qu'il est dirigé par des hommes et des femmes de qualité. Chez les sympathisants, le diagnostic est légèrement meilleur. Lire sur le site de l'Ifop

7 juin 2015 : Valls surclasse Hollande sur l'image(Ifop)

Le même institut Ifop a mené pour le JDD une enquête comparée de l'image de François Hollande et de Manuel Valls en ce week-end de congrès du PS. Le Premier ministre y distance de loin le chef de l'Etat sur l'ensemble des traits proposés, hormis la sympathie. Sur la vision de l'avenir du pays, Valls jouit d'un avantage énorme (70 % des sondés contre 23 % au chef de l'Etat). Un écart qui reste presque aussi important sur la capacité à décider (76 % contre 21 %) ou l'incarnation de l'autorité (87 % contre 12 %). Lire sur le site de l'Ifop

6 juin 2015 : La popularité de Hollande chute encore (BVA)

Selon le baromètre BVA, la popularité de François Hollande baisse encore avec seulement 26 % des sondés déclarant avoir une bonne opinion du chef de l'Etat. Une baisse de 1 point, similaire à celle de Manuel Valls qui dispose quant à lui de 40 % de bonnes opinions. Alain Juppé maintient quant à lui sa cote auprès des sympathisants des Républicains, avec 75 % d'entre eux souhaitant qu'il ait plus d'influence dans la politique française, tandis que Nicolas Sarkozy, Bruno le Maire et François Fillon sont en baisse. Lire sur le site de BVA

5 juin 2015 : Bayrou meilleur candidat que Sarkozy (Odoxa)

Selon une série de sondages d'Odoxa pour iTélé et Le Parisien-Aujourd'hui en France, 43 % des Français seraient favorables à une candidature de François Bayrou. Le maire de Pau serait même préféré à Nicolas Sarkozy par 56 % des sondés. Les sympathisants de gauche font nettement pencher la balance en faveur du centriste. La même série nous apprend que le candidat idéal ne dépend ni du sexe, ni de la sensibilité politique. Si l'expérience est régulièrement citée, les partis politique, eux, sont pointés comme des freins à l'émergence de nouvelles personnalités de talent. 71 % des Français sont favorables à l'organisation de primaire à gauche. Lire sur le site d'Odoxa

4 juin 2015 : Valls préféré à Hollande, les sympathisants veulent une primaire (OpinionWay)

Selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI, Manuel Valls est préféré à François Hollande par 42 % des Français pour la présidentielle de 2017. Par ailleurs, 76 % des sympathisants socialistes souhaitent une primaire, même en cas de candidature de François Hollande. En cas de primaire, le Premier ministre emporterait 25 % des suffrages contre 12 % à Martine Aubry, 8 % pour Arnaud Montebourg et 7 % pour le chef de l'Etat. 47 % des sondés n'opteraient pour aucune de ces personnalités. Lire sur le site d'OpinionWay

4 juin 2015 : Sarkozy toujours devancé par Juppé (CSA)

Selon le baromètre CSA pour Les Echos et Radio Classique, Nicolas Sarkozy est toujours largement devancé par Alain Juppé dans le cœur des Français après le congrès des Républicains. L'ancien chef de l'Etat est à 35 % d'opinions favorables contre 57 % pour le maire de Bordeaux. Les deux perdent en revanche des points après leur animosité manifeste lors du congrès, perturbé par les sifflets d'un public acquis à Nicolas Sarkozy. Bruno le Maire gagne quant à lui 4 points auprès de l'ensemble des Français (33 %) et 8 points auprès des sympathisants de droite (51 %). Lire sur le site de CSA

4 juin 2015 : les Républicains ne profitent pas à Sarkozy (TNS)

Selon le baromètre TNS Sofres pour le Figaro magazine, François Hollande gagne des points au début du mois de juin avec 19 % de cote de confiance contre 16 % début mai. Manuel Valls est quant à lui en progression de 5 points avec 50 % d'opinions favorables. Nicolas Sarkozy ne tire pas d'avantage du congrès des Républicains. L'ancien chef de l'Etat dispose de 29 % d'opinions favorables, à égalité avec François Fillon mais loin derrière Alain Juppé dont 43 % des Français souhaitent qu'il joue un rôle important dans les mois et les années à venir. Lire sur le site de TNS

4 juin 2015 : Valls et hollande remontent (YouGov)

Selon le baromètre YouGov pour le HuffingtonPost, François Hollande comme Manuel Valls redressent leur cote de popularité en juin avec respectivement 20 % (en hausse de 1 point) et 28 % de bonnes opinions (+3 points). A noter : alors que François Hollande gagne des points au centre, c'est à gauche que Manuel Valls, souvent catalogué comme séduisant pour les électeurs de droite, fait la différence. 65 % des sympathisants PS-EELV jugent le Premier ministre positivement, en hausse de 4 points. Lire sur le site de YouGov

3 juin 2017 : Le duel Valls-Juppé plus attendu pour la présidentielle (Ifop)

Selon un sondage de l'Ifop pour Paris Match, un second tour opposant Manuel Valls à  Alain Juppé semble être à ce jour la configuration préférée des Français. Ils sont 47 % à citer cette éventualité contre 45 % pour un second tour Hollande-Juppé et  seulement 29 % Hollande-Sarkozy, un remake de 2012 largement rejeté puisqu'il est en 6e position des différents duels cités. Notons qu'en réalité, aucune de ces oppositions ne convient réellement aux personnes interrogées, puisqu'ils ont à chaque fois moins de 50 % à souhaiter ce type de second tour. Lire sur le site de l'Ifop

3 juin 2015 : Sursaut de Hollande (Ifop)

Le tableau de bord politique Ifop-Fiducial du mois de juin offre un bol d'air à François Hollande qui reste sous les 30 % de satisfaits de son action (28 %), mais grappille tout de même 2 points par rapport à mai. Le soutien des sympathisants socialistes notamment se fait plus fort. Manuel Valls quant à lui recule de 3 points, mis en difficulté notamment par les polémiques sur la réforme du collège. Il conserve cependant la confiance de 46 % des Français. L'opposition progresse de 3 points. Lire sur le site de l'Ifop

1er juin 2015 : Les Républicains améliorent leur image (Ifop)

Selon un sondage Ifop, la transformation de l'UMP en Les Républicains serait plutôt une bonne opération pour le parti de Nicolas Sarkozy. L'image de la formation politique se redresse avec 56 % des sondés affirmant qu'elle s'oppose suffisamment au gouvernement, en augmentation de 4 points depuis fin mai 2014. Bien qu'en hausse de 9 points, seuls 40 % des Français jugent en revanche que le parti a des dirigeants de qualité. Ils ont moins encore à juger que Les Républicains disposent d'un projet pour la France (38 %, +9) ou est proche des préoccupations des Français (30 %, +4). Lire sur le site de l'Ifop

Suggestions de contenus