Les sondages de janvier 2016

30 janvier 2016 : qui pour incarner la gauche ? (BVA)

Selon le baromètre BVA pour Orange et iTélé, Emmanuel Macron incarnerait l'avenir de la gauche pour une majorité de Français. Le ministre de l'Economie enregistre la plus forte progression de sa cote d'avenir (+10 points), avec 53% de sondés souhaitant lui voir jouer un rôle important dans les prochaines années. C'est Christiane Taubira (63%) qui occupe la première place dans le, cœur des sympathisants de gauche avec 63%, devant Martine Aubry (60%). Manuel Valls et plusieurs membres du gouvernement sont aux aussi bien placés à quelques mois du résultat de la présidentielle 2017.  74% des sympathisants de gauche la souhaiteraient une alliance du PS avec Europe-Ecologie-les-Verts. Lire sur le site der BVA

29 janvier 2016 :  Taubira très loin d'une candidature en 2017 (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour iTélé, l'image de Christiane Taubira auprès des Français est mitigée. Si ses traits de personnalité sont plutôt jugés positivement ("entière", "résistante" pour 71% des Français, pleine de convictions pour 76%…), elle est juge sévèrement en tant que ministre (65% d'insatisfaits). Si elle reste une icône à gauche (70% de bonnes opinions), sa démission a satisfait près des trois quarts des Français (73%). L'envie de Taubira est aussi assez faible pour une éventuelle primaire de la gauche comme pour la présidentielle en elle-même. Elle n'est citée qu'en troisième position des personnalités susceptibles de représenter la gauche de la gauche à la présidentielle 2017 (16% de citations), loin derrière Arnaud Montebourg (cité par 34% des sondés). Lire sur le site d'Odoxa

28 janvier 2016: Taubira ne sera pas regrettée (OpinionWay)

Selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro, Christiane Taubira ne sera que peu regrettée par les Français. 73 % des sondés indiquent ainsi ne pas regretter son départ, seuls 51 % des électeurs de François Hollande auraient préféré son maintien au gouvernement. Le bilan est par ailleurs jugé négativement par 66 % des Français interrogés. Ce qui fait d'une éventuelle candidature en 2017 une option très décriée. 82 % des sondé estiment ainsi que Christiane taubira ne ferait pas une bonne candidate. Lire sur le site d'OpinionWay

26 janvier 2016 : Hollande, Valls et Sarkozy distancés (Odoxa)

Selon le baromètre Odoxa pour le presse régionale, L'Express et France Inter, François Hollande et manuel Valls subissent de lourdes pertes ce mois-ci avec 5 points perdus pour l'un comme pour l'autre. François Hollande ne satisfait désormais plus que 22% des Français contre 35% qui pensent que Manuel Valls est un bon Premier ministre. 71% des personnes interrogées se prononcent pour une primaire, et si possible, de toute la gauche avant la présidentielle 2017. Nicolas Sarkozy stagne quant à lui à) 21% d'opinions favorables, loin derrière Alain Juppé (45%) et Marine Le Pen (25%). Lire sur le site d'Odoxa

24 janvier 2016 : moins d'un quart de "satisfaits" de François Hollande (Ifop)

Selon les indices de popularité d'Ifop pour le JDD, François Hollande continue de chuter, atteignant désormais 24% de personnes se déclarant satisfaites. Il perd notamment trois points parmi les 7 gagnés après les attentats de la fin 2015. Le président est notamment jugé sévèrement pour ses piètres résultats économiques, et notamment à gauche où il perd 5 point parmi les sympathisants écologistes, 4 au Front de Gauche et autant chez les sympathisants socialistes. Manuel Valls, quant à lui, progresse d'un point à 39%, bénéficiant d'un regain de popularité à droite. Lire sur le site d'Ifop

23 janvier 2016 : Juppé, même pas mal (BVA)

Selon l'observatoire BVA pour Orange et iTélé, François Hollande chute encore de 5 points ce mois-ci et tombe à 25% de bonnes opinions, perdant la totalité des points engrangés après les attentats. La baisse est particulièrement forte chez les sympathisants de gauche selon BVA. De son côté, Manuel Valls résisterait mieux mais perdrait tout de même des points, à 39% de bonnes opinions. A droite, Alain Juppé perd 8 points, mais conserve la tête du classement, avec 49% des sondés souhaitant lui voir jouer un rôle important dans le futur. Chouchou des sympathisants de droite, il devance désormais Nicolas Sarkozy sur tous les plans. Lire sur le site de BVA

22 janvier 2016:  le livre de Sarkozy n'arrangera pas son impopularité (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Atlantico mené après la sortie du lire de Nicolas Sarkozy, 28% des Français indiquent qu'ils ont une bonne image du chef des Républicains, contre 72% déclarant en avoir une " mauvaise" et même 40% une "très mauvaise". Pire : pour 73% des sondés, le livre de repentance annoncé ne changera absolument rien. Seuls 4% pensent que leur opinion peut changer en bien avec l'ouvrage (3% en mal). Si Nicolas Sarkozy séduit encore dans son électorat de 2012, son vivier d'électeur se réduit. Lire sur le site de l'Ifop

22 janvier 2016 : le retour laborieux de Sarkozy (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour iTélé et Paris Match, Nicolas Sarkozy devrait renconter le succès avec son nouveau livre avec près de 10% des sondés déclarant avoir envie de la lire. Ils appellent pourtant de leur vœux un changement dans sa personnalité y compris à droite (68%) et chez les Républicains (63%). Ils sont en revanche 74% à penser l'ancien chef de l'Etat incapable de réaliser ce changement et encore plus à douter de la sincérité de sa démarche. Près de 90% des sondés pensent ainsi que sa volonté de revenir au contact du terrain se résume à un coup de com'. Lire sur le site d'Odoxa

20 janvier 2016 : qui regrette Sarkozy ? (Elabe)

Selon un sondage Elabe pou BFMTV, 63% des Français interrogés ne regrettent pas Nicolas Sarkozy comme Président de la République. Par rapport à un précédent sondage publié par BFMTV en octobre 2013, la proportion de Français interrogés affirmant ne pas regretter Nicolas Sarkozy comme Président de la République progresse de 9 points. A l'inverse, 31% des sondés (-9) regrettent l'ancien chef de l'Etat. Lire sur le site d'Elabe

18 janvier 2016 : Hollande dégringole  (Ifop)

La nouvelle vague du tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris-Match et Sud Radio est marquée par un net reflux de François Hollande qui reperd 10 des 14 points qu'il avait gagnés en décembre suite aux attentats. Un recul s'observe également pour d'autres personnalités du gouvernement : - 6 points pour Christiane Taubira et Laurent Fabius et -5 points pour Jean-Yves Le Drian. Autre enseignement de cette enquête, la très forte progression de Xavier Bertrand qui gagne 12 points ce mois-ci par rapport à la vague précédente réalisée entre les deux tours des élections régionales. Lire sur le site de l'Ifop

18 janvier 2016 : la primaire à droite à la cote (Harris)

Selon un sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico, les Français, et tout particulièrement les sympathisants de Droite et du Centre se montrent largement favorables (79% et 87%) à l'organisation d'une primaire à Droite et au Centre pour déterminer leur candidat à l'élection présidentielle de 2017. Cette attitude favorable à la primaire, également valable à l'organisation d'un tel scrutin à Gauche, est sans doute en partie due à l'efficacité perçue de ce dispositif pour créer une dynamique de campagne et pour maximiser les chances d'atteindre le 2 tour de la présidentielle. Lire sur le site d'Harris

16 et 17 janvier 2016 : l'envie de Sarkozy chute à 19% (BVA)

Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé, moins d'un Français sur cinq souhaite aujourd'hui que Nicolas Sarkozy soit candidat en 2017. Le souhait que Nicolas Sarkozy soit candidat en 2017 régresse encore pour s'établir à seulement 19%. Une minorité des sympathisants Les Républicains déclarent désormais souhaiter que le chef de file de leur parti se présente en 2017 (45%). Par ailleurs, plus des trois-quarts des Français jugent que l'ancien président serait en 2017 un moins bon candidat qu'il l'a été cinq ans auparavant (76%). Pour autant, 30% des Français jugent que si Nicolas Sarkozy avait été élu Président de la République en 2012, la situation de la France aurait été meilleure qu'aujourd'hui. Lire sur le site de BVA

16 et 17 janvier 2016 : et l'envie de Hollande n'est qu'à 22% (BVA)

Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé, seuls 22% des Français souhaitent voir François Hollande candidat à sa propre succession en 2017. Cette opinion reste minoritaire dans l'ensemble de la population, hormis auprès des sympathisants socialistes (58%) et des électeurs de François Hollande au 1er tour de l'élection présidentielle de 2012 (52%). L'idée de réaliser une primaire commune PS-EELV séduit une partie des sympathisants de gauche: 61% y sont favorables, contre 45% des Français dans leur ensemble. Notons qu'une part identique de sympathisants écologistes (61%) et socialistes (62%) souhaiteraient voir les deux partis jouer le jeu d'une primaire commune, afin de désigner un candidat unique en vue de 2017. Lire sur le site de BVA

16 janvier 2016 : Juppé meilleur adversaire de la gauche (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour le Parisien, si la droite se choisissait Juppé, elle serait aujourd'hui assurée de l'emporter dans toutes les configurations alors qu'elle aurait de sérieuses chances de perdre si elle se choisissait comme champion Sarkozy. Réciproquement, la gauche aurait toutes les "chances" de perdre avec Hollande comme champion, alors qu'elle pourrait l'emporter avec Macron, à condition qu'il ait Sarkozy et non Juppé comme adversaire en mai 2017. Lire sur le site d'Odoxa

14 janvier 2016 : pour une primaire à gauche  (Harris)

Selon une étude Harris Interactive pour Marianne, les Français, et plus encore les sympathisants de Gauche font montre d'une forte appétence pour l'organisation d'une primaire à Gauche, respectivement 76% et 85% déclarant y être favorables. Ce processus est principalement perçu comme un élément de dynamique pour le candidat de Gauche qui en sortirait vainqueur, mais le doute subsiste quant à un possible effet d'affaiblissement de François Hollande en tant que Président de la République. Si Emmanuel Macron arriverait en tête des souhaits de victoire exprimés par l'ensemble des Français, Manuel Valls apparaît comme la personnalité recueillant le plus les faveurs à Gauche (et notamment au Parti socialiste). Lire sur le site d'Harris

14 janvier 2016 : Juppé écrase tout, Hollande pas dans les choux (ViaVoice)

Selon le baromètre Vivavoice Libération, le paysage politique se clarifie alors que s'installe le débat sur l'opportunité d'une primaire à gauche. Alain Juppé apparaît comme l'homme fort de ce début d'année 2016. Non seulement la "bulle Juppé" n'a pas éclaté, mais elle se renforce. Mieux, les concurrents directs du maire de Bordeaux, et le premier d'entre eux, Nicolas Sarkozy, perdent du terrain. L'ancien Premier Ministre ferait ainsi, pour 51% des Français (+4), "un bon Président de la République", loin devant tous les autres candidats de droite ou du centre déclarés ou pressentis, qu'il s'agisse de François Fillon (31%, stable), François Bayrou (28%, +1) ou Nicolas Sarkozy (24%, -2). Lire sur le site de ViaVoice

14 janvier 2016 : chute Hollande-Valls (YouGov)

Selon le baromètre YouGov pour le HuffingtonPost, le Président et le Premier ministre voient leurs images se détériorer dans l'opinion en ce début d'année, après un sursaut républicain dont les effets positifs sur la popularité du couple exécutif semblent s'estomper. Le Président François Hollande est crédité ce mois-ci de 22% d'opinions positives, en baisse de 5 points par rapport au mois de décembre. Le Premier ministre Manuel Valls connaît, comme François Hollande, une baisse de 5 points dans sa cote de popularité ce mois-ci, avec 27% d'opinions favorables. Lire sur le site de YouGov

13 janvier 2016 : retour à la normale (TNS)

Selon le baromètre TNS Sofrès pour la Figaro magazine, après le baromètre de décembre, réalisé deux semaines après les attentats, qui avait vu la progression exceptionnelle de la cote de confiance de François Hollande (+20 points) et de Manuel Valls (+11 points), la dernière vague de notre baromètre politique de janvier pour le Figaro Magazine, signe un retour à la normale ; la séquence post-attentats n'ayant pas permis au couple exécutif de davantage capitaliser en termes d'image. La cote de confiance de François Hollande régresse nettement ce mois-ci avec une chute de 12 points et revient ainsi à son niveau de janvier 2015 avec 23% des Français qui lui font confiance. L'image du Premier ministre souffre elle aussi en ce début d'année : 36% des Français lui font confiance, soit une diminution de 7 points par rapport au mois dernier. Lire sur le site de TNS

13 janvier 2016 : net reflux pour Hollande (Ifop)

La vague de janvier du tableau de bord politique Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, marquée par le net reflux de l'approbation de l'action de François Hollande, livre les enseignements suivants.L'effet post-attentats de novembre 2015 s'estompe pour François Hollande. 36% des Français déclarent en effet approuver l'action du Président de la République, ce qui représente une baisse de 14 points par rapport à décembre, consécutive à une hausse de 22 points entre novembre et décembre. La cote d'approbation de Manuel Valls semble en revanche avoir été peu affectée par les événements de novembre. 48% des Français approuvent tout à fait ou plutôt l'action du Premier ministre, soit une baisse de 2 points par rapport à décembre (mais toujours une hausse d'un point par rapport à novembre). Lire sur le site de l'Ifop

13 janvier 2016 : 78% des sympathisants de gauche favorables à une primaire  (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, 78% des sympathisants de gauche sont favorables à une primaire à gauche. Plus précisément, le souhait d'une primaire pour désigner le candidat de la gauche à la prochaine élection présidentielle atteint 70% chez les sympathisants du Front gauche, 79% chez ceux d'Europe-Ecologie-Les Verts et jusqu'à 81% chez les sympathisants socialistes. Au global, 69% des sondés se prononcent en faveur de l'organisation d'une primaire à gauche (dont 78% des sympathisants de la droite et du centre, 53% des sympathisants du Front national et 62% des personnes n'exprimant aucune préférence partisane). Lire sur le site d'Elabe

11 janvier 2016 : Hollande perd 12 points (Ipsos)

Selon le baromètre politique Ipsos pour Le Point, la popularité du président de la République recule de 12 points en janvier. 29% des Français sont favorables à son action contre 66% qui y sont défavorables. La situation est différente pour le Premier ministre qui perd la quasi-totalité des points acquis en novembre. 39% des Français sont favorables à son action (-8 après +9 dans la vague précédente) contre 56% d'avis défavorables (+9 après -10).  En janvier, c'est surtout à droite que les lignes bougent suite aux élections régionales. Les têtes de liste LR voient leur popularité progresser, même si les gains ne sont pas les mêmes pour tous. Lire sur le site d'Ipsos

11 janvier 2016 : 9% de votants à la primaire de la droite (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour le figaro, l'intention d'aller voter à la primaire organisée par Les Républicains demeure stable : 9% des Français déclarent aujourd'hui être certains d'y participer ; ils étaient 9% en octobre novembre et 8% à la rentrée. Le corps électoral annoncé pour le moment est principalement composé de sympathisants des Républicains (44%) et d'électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012 (47%). Concernant l'intention de vote lors de cette primaire, posée uniquement aux personnes certaines d'y participer, Alain Juppé apparaît creuse l'écart, avec 38% des intentions de vote (contre 35% en octobre-novembre), devant Nicolas Sarkozy (29%, contre 34% en octobre-novembre). Bruno Le Maire et François Fillon se maintiennent quant à eux dans la position du troisième homme (12% chacun), devant Nathalie Kosciusko-Morizet (4%), Nadine Morano (2%), Jean-Frédéric Poisson (2%) et Hervé Mariton (1%). Lire sur le site d'Ifop

8 janvier 2016 : Juppé séduit 73% des sondés (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour iTélé et paris Match, la rentrée est réussie pour Alain Juppé : ses mesures et son positionnement politique séduisent et il prend désormais nettement l'ascendant sur son rival Nicolas Sarkozy, y compris auprès des sympathisants de droite. Le positionnement politique d'Alain Juppé est plébiscité par les Français (73%) comme par les sympathisants de droite (66%). Juppé "plie le match"auprès des Français – deux fois plus nombreux à juger que Juppé est plus rassembleur (64%) et plus compétent (68%) que Sarkozy – et domine désormais Sarkozy auprès des sympathisants de droite sur la compétence (53% contre 43) et la capacité à rassembler (53% contre 42% ). Lire sur le site d'Odoxa

7 janvier 2015 : Hollande, Valls, Sarkozy : rien ne va plus

Selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio classique, François Hollande rechute lourdement dans l'opinion après une embellie post-attentats de courte durée. Le chef de l'Etat est crédité de 26% d'opinions positives en baisse de sept points. Manuel Valls est lui aussi en régression à 32% de bonnes opinions, soit quatre points de moins que lors du précédent baromètre. Nicolas Sarkozy souffre lui aussi comme dans les précédentes enquêtes avec 24% d'opinions positives (-4 points). Alain Juppé reste loin devant avec 73% d'image positive chez les électeurs de droite notamment. Lire sur le site d'Elabe

2 janvier 2016 : le "ni-ni" pour Hollande et Sarkozy

Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui, près des trois quarts des Français (74%) ne veulent plus de Hollande ni de Sarkozy, les deux finalistes de la précédente élection, pour la prochaine présidentielle de 2017. Le sondage, portant sur le "renouvellement du personnel politique", donne pourtant Alain Juppé comme la seule personnalité dont la candidature est souhaitée. 61% des sondés rejettent celle de Marine Le Pen. Plus globalement, 88% des interrogés pensent que la classe politique souffre d’un manque de renouvellement de son personnel. Selon un autre sondage Odoxa, 67% pensent que le parti de Nicolas Sarkozy "risque d'imploser".  Lire sur le site d'Odoxa

Suggestions de contenus