Résultat régionale : les résultats, les scores du FN

ÉLECTIONS RÉGIONALES – Les résultats des régionales 2015 sont maintenant connus. Le FN ne remporte aucune région. La gauche résiste mieux que prévu mais la droite remporte 7 régions.

[Mis à jour le 13 décembre 2015, à 23h34] Continuez à suivre les résultats complets des élections régionales ici. Les résultats des élections régionales 2015 ont été diffusés par le ministère de l'Intérieur. Ainsi, d'après les derniers chiffres, l'alliance de la droite et du centre remporterait cette élection au niveau national avec 40,36% des suffrages, devant le FN à 28,82% et la gauche à 28,12%. La droite sort vainqueure de ce scrutin et remporte 7 régions. Mais elle fait toutefois un score moins élevé que prévu. Les listes conduites par Les Républicains ou l'UDI ont gagné en Ile de France, en Provence Alpes Côte d'Azur, en Nord Pas de Calais Picardie, en Normandie, dans les Pays de la Loire, en Alsace Champagne Ardenne Lorraine et en Auvergne-Rhône-Alpes. Hormis l'Alsace qui était déjà à droite, les autres régions ont basculé. Mais le Languedoc Roussillon Midi Pyrénées et la Bourgogne Franche Comté, où LR avait de bons espoirs, restent dans les mains de la gauche. La gauche, elle, remporte 5 régions dans ces élections : la Bretagne, l'Aquitaine Limousin Poitou Charentes, Languedoc Midi Pyrénées Roussillon, Bourgogne Franche Comté et Centre Val de Loire. Elle résiste aussi mieux que prévu en Ile de France et en Normandie, même si elle doit concéder la victoire. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a salué "une bonne résistance pour la gauche et le PS". Le Front national, lui, ne remporte aucune région. Dans les 3 circonscriptions administratives où il était idéalement placé (Nord Pas de Calais Picardie avec Marine Le Pen, PACA avec Marion Maréchal Le Pen et ALCA avec Florian Philippot) et où la liste de gauche s'était désistée en faveur des listes de droite, le FN échoue à dépasser les 50% des suffrages. Aucune région ne comptera donc de président Front National.

Les résultats donnent donc Xavier Bertrand gagnant en Nord-Pas-de-Calais, Picardie à 57,21% contre 42,79% pour Marine Le Pen. En PACA, Christian Estrosi est en tête avec 52,81% des voix, devant Marion Maréchal-Le Pen à 47,19%. En Ile-de-France, la candidate de droite Valérie Pécresse termine en tête de ce scrutin avec 45,17% des suffrages, devant Claude Bartolone à 39,77% et Wallerand de Saint Just à 15,05%. En Bretagne, Jean-Yves Le Drian remporte la région avec 51,41% des voix alors que Marc Le Fur est à 29,72% et Gilles Penelle à 18,87%. Dans la région Pays-de-la-Loire, les résultats définitifs donnent la droite à 42,70%, la gauche à 37,56% et le FN à 19,74%. En Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, Philippe Richert remporte le scrutin avec 48,40% des voix et met Florian Philippot en échec (36,08%). Jean-Pierre Masseret recueille 15,51% des voix. En Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, la gauche emmenée par Alain Rousset arrive en tête à 44,27% contre 34,06% pour Virginie Calmels et 21,67% pour le candidat FN. En Auvergne, Rhône-Alpes, la droite termine devant avec 40,61% contre 36,84% pour la gauche et 22,55% pour le FN. En Bourgogne, Franche-Comté, la gauche sort gagnante à 34,68%, devant la droite à 32,89% et le FN à 32,44%. En Centre-Val de Loire, les résultats sont serrés. La droite serait à 34,58%, la gauche à 35,43% et le FN à 30%. En Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, la gauche serait en tête avec 43,75% des suffrages, devant le FN à 35,02% et la droite à 21,23%. En Normandie, les résultats définitifs donnés par le ministère donne Hervé Morin (LR-UDI-MoDem) vainqueur de l'élection avec 36,43% des suffrages, devant Nicolas Mayer-Rossignol (PS-EELV-FdG) à 36,08% et Nicolas Bay (FN) à 27,50%. Enfin, en Corse, les régionalistes terminent en tête avec 35,34% des voix, devant le candidat de la droite à 28,49%, celui de la gauche à 28,49% et celui du FN à 9,09%.

"Par rapport à 2010 nos listes passent de 9% à 30%", a déclaré Marine Le Pen après la publication des premiers résultats. "En triplant le nombre de nos conseillers élus, le FN sera désormais la première dans les conseils régionaus de France". "Le premier résultat concret a été obtenu dès le premier tour en provoquant l'éradication total d'un parti malfaisant", a également déclaré la présidente du parti frontiste en référence au retrait de la liste PS en Nord-Pas-de-Calais, Picardie où elle se présentait. "Chaque Français doit se réjouir car il n'y a pas de débat utile lorsque l'abstention est trop forte", a de son côté dit Nicolas Sarkozy. "Je veux remercier les électeurs qui se sont reportés sur les listes des Républicains et du centre". "Cette mobilisation ne doit pas faire oublier les avertissements qui ont été adressés aux responsables politiques", a-t-il ajouté. Manuel Valls a, lors de son discours, fait une référence aux attentats de Paris. "Le 13 novembre, il y a un mois jour pour jour, nos valeurs, notre démocratie était frappé par les terroristes mais nous n'avons rien cédé. Chaque électeur a pu exercer son droit en toute sécurité", a déclaré le Premier ministre. "Ce soir aucun soulagement, aucun triomphalisme. Le danger de l'extrême droite n'est pas écarté et je me mesure la responsabilité qui est la mienne, le nôtre, celle de mon gouvernement", a-t-il également dit.

Christian Estrosi, donné en tête de l'élection régionale en PACA, s'est exprimé vers 20h30. "C'est une joie, mais je prend ce résultat avec modestie puisqu'il y a eu un retrait au 1er tour.", a-t-il affirmé. "Une lourde responsablité pèse sur mes épaules. Les voix qui n'ont pas pu s'exprimé au 2e tour seront entendues", a-t-il promis. Jean-Yves Le Drian devrait remporter l'élection en Bretagne. "Si j'étais candidat c'etait pour assurer mes fonctions et c'est le Premier ministre qui appréciera le temps que je dois rester ministre", a-t-il affirmé dimanche soir.

20h09 - FIN DU DIRECT Selon les chiffres diffusés par France Télévisions, Xavier Bertrand remporterait l'élection régionale en Nord-Pas-de-Calais, Picardie à 57,7% devant Marine Le Pen à 42,3%. En Bretagne, Jean-Yves Le Drian serait en tête avec 51,3% des voix contre 29,5% pour le candidat de la droite et du centre. En Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, Alain Rousset garderait la région à gauche avec 44,1% des voix. En Normandie, le résultat reste très incertain, gauche et droite sont donnés à égalité à 36,3%. Dans les Pays-de-la-Loire, le candidat de la droite et du centre devrait l'emporter avec 42,3%, devant celui du PS à 37% et celui du FN à 20%. En Corse, les nationaliste devraient prendre le pouvoir au conseil régional avec 36,1% des voix.

20h04 - Selon les estimations de la TNS Sofres pour TF1, Christian Estrosi remporterait l'élection en PACA avec 55% des voix, devant Marion Maréchal-Le Pen donnée à 45%. Valérie Pécresse l'emporterait en Ile-de-France, selon les informations de la RTBF. 20h01 - Selon la première synthèse nationale du ministère de l'Intérieur, l'alliance de la droite et du centre devrait remporter 38,18% des suffrages, devant le FN à 30,43% et le PS et ses alliés à 27,8%.

20h00 - Selon les estimations des résultats diffusées par La Libre Belgique, le FN ne remporterait aucune région. En Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Xavier Bertrand l'emporterait avec 55 à 58% des voix, devant Marine Le Pen donnée entre 42 et 45%. En PACA, Christian Estrosi serait gagnant avec 54 à 56% des suffrages contre 44 à 46% pour Marion Maréchal-Le Pen. Dans le Grand Est, Philippe Richert remporterait 46% des suffrages, devant Florian Philippt à 37,5% et Jean-Pierre Masseret à 16%. En Bourgogne, Franche-Comté, le résultat est encore difficile à déterminer : les candidats du PS et des Républicains sont donnés à égalité par les estimations à 34% contre 32% pour le FN. En Auvergne, Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez devrait remporter l'élection avec environ 40% selon La Libre Belgique. En Bretagne, Jean-Yves Le Drian remporterait largement le scrutin avec 51% des voix contre 19% pour ses concurrents. Enfin, dans le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Carole Delga devrait être en tête avec environ 45% des voix.

19h54 - Le média suisse Le Temps commence également à diffuser des grandes tendances de ces résultats des élections régionales. 19h47 - Selon l'Ifop, le taux de participation national est de 58,5% à 19 heures. 19h44 - Florian Philippot, candidat du FN en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine est arrivé à son QG vers 18h15. Il n'aurait pas dit un mot et serait allé directement s'isoler dans une pièce fermée avec ses plus proches collaborateurs afin d'analyser les premiers résultats, selon Le Monde.fr.

19h32 - Le journal belge Le Soir continue à donner les premières estimations des résultats dans toutes les régions. Ils annoncent maintenant le gagnant en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées ainsi qu'en Corse.

19h22 - Jean-Christophe Cambadélis doit tenir un discours à 21h15, selon BFMTV. A Matignon, Manuel Valls s'est notamment entouré de Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Stéphane Le Foll, Harlem Désire, selon la chaîne d'information en continu. Jean-Yves Le Drian est arrivé à son QG de Rennes. Valérie Pécresse est par contre, elle, toujours attendue. Elle devrait prendre la parole à 21h30 dans un bar du 8e arrondissement de Paris. Carole Delga devrait s'exprimer depuis son GQ de Montpellier à 21 heures avant de partir pour Toulouse.

19h13 - Comme promis, La Libre Belgique a donné un premier résultat sur les régions à fort enjeu pour le Front national. Une information qui a ensuite été confirmée par le compte Twitter Radio Londres et Le Soir. Les médias belges croient aussi savoir qui de Xavier Bertrand ou de Marine Le Pen l'emportera en Nord-Pas-de-Calais, Picardie. Pour connaître les premières estimations des instituts de sondage ainsi que les premiers résultats partiels officiels, il faudra toutefois patienter jusqu'à 20 heures.

19h08 - L'Ile-de-France est la région où le taux de participation était le plus faible à 17 heures (41,83%). Mais d'après un internaute présent sur place, il y avait la queue pour voter dans son bureau de vote du 12e arrondissement de Paris. Dans les grandes villes, les bureau de vote ferment à 20 heures.

18h59 - Les premières rumeurs sur les résultats des élections régionales commencent à affluer sur les réseaux sociaux, notamment sur ceux du Nord-Pas-de-Calais, Picardie où Marine Le Pen est candidate. Le journal local Nord Littoral commence aussi à donner de premières tendances, bien avant 20 heures donc et la levée de l'embargo en France.

18h55 - La réunion voulue par Nicolas Sarkozy au siège des Républicains a démarré. Sont notamment présents, selon un journaliste du Monde, François Baroin, Alain Joyandet, Luc Chatel, NKM, Eric Woerth. L'ancien chef d'Etat devrait s'exprimer à 20h15. Du côté de Matignon, Manuel Valls est dans son bureau, entouré de quelques membres du gouvernement, rapporte BFMTV.

18h48 - Les journées électorales apportent toujours leur lot de scènes cocasses. Jean-Pierre Masseret, le candidat de gauche qui a tenu à se maintenir en Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, contre la consigne du PS, a eu des problèmes pour rejoindre son QG de campagne à Metz aujourd'hui, selon un journaliste de l'AFP. Il s'est en effet retrouvé à la porte car personne n'était là pour lui ouvrir. Après quelques minutes, il a toutefois réussi à rentrer.... Philippe Richert, candidat de la droite dans le Grand Est, devrait tenir un discours à 21h30 à Strasbourg.

18h38 - Les journalistes commencent à arriver dans les QG des différents candidats aux régionales et notamment ceux du FN, qui sont particulièrement scrutés lors de ces éléctions après le score important réalisé dimanche dernier. A la permanence de Florian Philippot, il y aurait même plus de journalistes que de militants pour le moment, rapporte un journaliste du Monde. Au QG de Marion Maréchal-Le Pen, une dizaine de professionnels sont déjà sur place. La jeune candidate devrait s'y exprimer vers 22h.

18h32 - Les médias belges qui ne sont pas soumis à la législation française, comme La Libre Belgique et Le Soir, promettent de diffuser des premières tendances sur les résultats des élections régionales dès 19h. Ces deux sites d'information avaient tenu promesse dimanche dernier. En France, il est interdit de publier tout pronostic ou résultat avec 20 heures, horaire de fermeture des derniers bureaux de vote.

18h28 - Nicolas Sarkozy s'est rendu au siège des Républicains où il est arrivé vers 18 heures, rapporte BFMTV. Le président du parti entend réunir une quizaine de personnalités politiques LR afin d'analyser les premières tendances et d'établir la marche à suivre. Alain Juppé, son concurrent pour la primaire de 2016, n'a toutefois pas été convié à cette réunion. La suite du programme pour Nicolas Sarkozy ? Il devrait faire une allocution à 20h15, juste après la publication des premiers résultats.

18h23 - Bernard Cazeneuve a pris quelques minutes pour saluer les équipes et journalistes réunis au ministère de l'Intérieur. Une salle est en effet reservée aux médias qui souhaitent avoir accès au résultats des élections régionales dès leur publication. C'est également depuis ce lieu que journalistes de télévision et de radio font leur intervention en direct.

18h08 - Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate aux régionales en Nord-Pas-de-Calais, Picardie devrait prendre la parole peu après 20 heures pour commenter les premiers résultats. Valérie Pecresse, tête de liste LR-UDI-MoDem a, elle, décidé d'attendre 21h30 pour faire part de ses premières imporessions.

18h06 - Le fameu compte Twitter Radio Londres a annoncé se mettre au travail à 18h. Bien qu'il soit interdit de publier toute estimation ou tout résultat avant 20 heures, moment de la fermeture des derniers bureaux de vote, des chiffres fuitent sur les réseaux sociaux à chaque élection - ça a bien sûr été le cas lors du 1er tour. S'ils ne publient pas les scores sans autre formalité, les internautes diffusent en général un message crypté accompagné du hashtag #RadioLondres.

17h58 - Une alerte est en cours au QG de Christian Estrosi à Nice, selon les journalistes sur place. Les gendarmes seraient actuellement à l'oeuvre pour sécuriser le site avec l'aide d'une équipe de déminage et de chiens. Après quelques minutes, l'alerte a été levée, les forces de l'ordre n'ont rien trouvé de suspect. Par ailleurs, un incendie a touché un bureau de vote à Dettwiller, dans le Bas-Rhin. Les électeurs auront en conséquence la possibilité d'exprimer leur voix jusqu'à 19h, au lieu de 18h.

17h44 - Chaque institut de sondage publie ses estimations de l'abstention à 20 heures. Ainsi, elle s'élèverait à 42,5%, selon les chiffres d'Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP/Public Sénat. Le taux d'abstention atteindrait toutefois "seulement" 41,5% selon Harris Interactive pour M6 et 41% selon l'Ifop pour iTélé, Paris-Match et Sud-Radio.

17h35 - Marie Tondelier, élue EELV d'Hénin-Beaumont en Nord-Pas-de-Calais, Picardie, affirme sur Twitter avoir repréré des irrégularités dans un bureau de vote de sa ville. Elle publie en effet des photos d'affichettes de consignes qui auraient été prises dans un isoloir. Des consignes qui incitent à rayer les noms des candidats que l'électeur ne souhaite pas voir entrer au conseil régional, ce qui, en réalité, invalide le bulletin. Marie Tondelier explique par la suite dans un autre message qu'il s'agit vraisemblablement d'affiches mises en place pour une élection de parents d'élèves qui n'auraient pas été retirées. L'élue affirme l'avoir signalé à la présidente du bureau de vote qui a refusé de retirer les consignes litigueuses.

17h24 - La participation pourrait atteindre 58,5% à 20 heures selon les estimations réalisées la semaine dernière par OpinionWay/B2S pour BFMTV. Pour rappel, 49,91% des électeurs avaient exprimé leur voix dimanche dernier. La région qui connaît le taux de participation le plus élevé ce dimanche est la Corse, comme habituellement, puis le Nord-Pas-de-Calais, Picardie où Marine Le Pen était arrivée en tête au 1er tour et ensuite la région Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées. C'est toujours en Ile-de-France que la participation est la plus faible. Il reste un peu moins de deux heures - trois heures dans les grandes villes - aux électeurs pour se déplacer au bureau de vote.

17h07 - A 17 heures, 50,54 % des électeurs s'étaient déplacés au bureau de vote pour exprimer leur voix pour ces élections régionales. Ce taux de participation est en forte hausse par rapport au 1er tour où il avait atteint 43,01% à la même heure. En 2010 aussi, lors des dernières régionales, la mobilisation des électeurs était moins importante : 43.47% d'entre eux avaient glissé leur bulletin dans l'urne à 17 heures.

16h54 - Le "3e tour" des élections régionales aura lieu vendredi dans les régions dont les frontières n'ont pas été modifiées par la réforme territoriale et le 4 janvier dans les nouvelles grandes régions. Ce 3e tour vise à élire le président de chaque conseil régional à la majorité absolue des voix des conseillers régionaux. En général, c'est la tête de liste élue lors du 2e tour qui préside cette assemblée.

16h43 - La plupart des hommes et femmes politiques ont déjà voté ce matin. Ainsi, François Hollande s'est rendu dans un bureau de vote de Tulles vers 10h30. Manuel Valls a visité plusieurs bureau de vote d'Evry, la ville dont il a été longtemps maire, avant de glisser son bulletin dans l'urne peu de temps avant midi. Valérie Pécresse, candidate LR-UDI-MoDem en Ile-de-France, a choisi de se rendre à Versailles pour exprimer sa voix. Marine Le Pen, tête de liste FN en Nord-Pas-de-Calais, Picardie, a voté dans un bureau d'Hénin-Beaumont en fin de matinée. Christian Estrosi qui se présente en PACA sous l'étiquette LR-UDI-MoDem était lui à Nice, ville dont il est maire. Nicolas Sakozy était comme à son habitude accompagné de sa femme Carla Bruni-Sarkozy pour faire part de son vote dans le 16e arrondissement de Paris.

16h37 - Un léger incident a ponctué cette journée électorale à Carpentras, dans le Vaucluse. Le maire aurait en effet interdit aux journalistes de pénétrer dans le bureau de vote où Marion Maréchal-Le Pen a voté ce matin, selon l'AFP. Pour justifier cette décision, Francis Adolphe a mentionné le code électoral qui dispose que "seuls les électeurs peuvent entre dans les bureaux de vote", a rapporté une employée de la mairie. Lors de précédents scrutins, des bousculades avaient eu lieu d'où la mise en place d'un niveau de sécurité supplémentaire et la présence de policiers municipaux chargés de filtrer l'entrée de la mairie de Carpentras où est situé le bureau de vote en question.

16h21 - Lors de ce 2e tour, la participation est en hausse. A la mi-journée, 19,59% des électeurs avaient déjà exprimé leur voix soit plus de trois points supplémentaires par rapport à dimanche dernier. Une participation également supérieure à celle des dernières élections régionales à la même heure, en 2004 et en 2010. Dans la matinée, c'est en Corse, en PACA et en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées que les électeurs se sont déplacés le plus massivement. Mais il est toutefois difficile d'établir à quelle force politique ce regain de participation profite vraiment. L'Ile-de-France connaît le taux le plus faible : seulement 13,60% des électeurs avaient glissé leur bulletin dans l'urne à midi. Cette région compte toutefois beaucoup de grandes villes où les bureaux de vote sont ouverts jusqu'à 20 heures. Le taux de participation pourrait donc grimper en fin de journée.

Pour connaître les résultats des régionales 2015, il faudra patienter jusqu'à 20 heures ce dimanche, le moment où les derniers bureaux de vote fermeront leurs portes et où les premières estimations seront publiées par les instituts de sondages. Ceux qui ne veulent pas attendre pourront toujours se mettre à l'affût des rumeurs diffusées sur les réseaux sociaux ou consulter les derniers sondages réalisés durant l'entre-deux-tours. Ces chiffres peuvent donner une idée des résultats des élections régionales et des rapports de force dans chaque territoire. Mais que disent-ils à quelques heures du scrutin ?

Dimanche dernier, le FN était arrivé en tête dans six régions et ambitionnait d'en remporter au moins deux. Finalement, le parti frontiste ne devait arriver au pouvoir dans aucun territoire selon les derniers sondages. Lors de ce 2e tour, les électeurs sont appelés à élire leurs conseillers régionaux, au nombre de 1 757, ainsi que les 153 conseillers territoriaux de Corse, Guyane et Martinique. Ce dimanche, ce sont deux duels, dix triangulaires et une quadrangulaire qui se jouent en métropole. Au total, 46 listes sont encore dans la course. Ainsi, l'alliance LR-UDI-MoDem affrontera le FN en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et en PACA. Le PS, allié avec EELV et le Front de Gauche dans 9 régions sur 10, complète le choix des électeurs dans le cas des triangulaires. Enfin, en Corse, il faudra choisir entre une liste de gauche, une de droite, une régionaliste et une frontiste.

EN VIDEO - Tout savoir sur les élections régionales

Les régions où le FN était arrivé en tête dimanche dernier

En PACA, Christian Estrosi (LR-UDI-MoDem) remporterait cette élection avec 51% des voix contre 49% pour Marion Maréchal-Le Pen (FN), selon un sondage BVA pour La Provence, Nice-Matin et Var-Matin. Et là aussi, le candidat de la droite et du centre devrait bénéficier du front républicain. 61% des électeurs ayant voté PS au 1er tour se reporteraient sur le maire de Nice au 2e, un peu moins de la moitié des écologistes feraient le même choix. Le résultat reste toutefois très serré en PACA bien qu'un sondage Ifop Fiducial pour iTélé, Paris Match et Sud Radio diffusé jeudi donnait une victoire légèrement plus large de Christian Estrosi à 52% contre 48% pour Marion Maréchal-Le Pen.

En Nord-Pas-de-Calais, Picardie aussi, le FN serait tenu en échec. Marine Le Pen (FN) devrait s'incliner face à Xavier Bertrand (LR-UDI-MoDem) avec respectivement 47% et 53% des voix, selon un sondage BVA pour la Voix du Nord publié ce vendredi. Même pronostic pour celui réalisé par Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et diffusé la veille. Xavier Bertrand devrait donc bénéficier du retrait de la liste de Pierre de Saintignon (PS) - 68% de ses électeurs se reporteraient sur le candidat de la droite et du centre selon l'étude de BVA – mais également d'un retour des abstentionnistes vers les urnes – 31% voteraient pour Xavier Bertrand.

En Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, les résultats seraient favorables à Philippe Richert (LR-UDI-MoDem). Alors que le FN était arrivé en tête au 1er, ce serait le candidat de la droite et du centre qui devrait remporter cette élection avec 43% des voix selon un sondage Elabe pour Les Echos, Radio Classique et Alila paru jeudi soir. Mais Florian Philippot (FN) ne serait toutefois pas loin derrière puisqu'il est crédité de 41% des voix. Jean-Pierre Masseret (gauche), qui n'a pas voulu retirer sa candidature pour faire barrage au FN, recueillerait 16% des voix, soit le même score qu'au 1er tour. A noter pour autant que 46% de ses électeurs devraient choisir de voter pour Philippe Richert au 2e tour.

En Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Carole Delga devrait mettre en déroute le candidat frontiste, gagnant du 1er tour. Un sondage Ifop de vendredi pour La Dépêche crédite la candidate socialiste de 43% des intentions de vote, devant Louis Aliot (FN) à 35% et Dominique Reynié (LR-UDI-MoDem-CPNT) à 22%. Dans les deux dernières régions où le FN était arrivé en tête au 1er tour, à savoir la Bourgogne, Franche-Comté et le Centre – Val de Loire, aucun sondage n'a été commandé durant l'entre-deux-tours.

Les régions où le candidat de la droite et du centre était en tête

En Normandie, c'était Hervé Morin (LR-UDI-MoDem) qui avait remporté le 1er tour des élections régionales. Au 2e, les résultats devraient être plus serrés puisqu'un sondage BVA pour Paris Normandie le donne à égalité avec Nicolas Mayer-Rossignol à  36% des intentions de vote, contre 28%  pour Nicolas Bay (FN).

En Auvergne, Rhône-Alpes, les résultats aussi sont incertains. Un sondage Ifop pour Le Progrès publié jeudi crédite Laurent Wauquiez (LR-UDI-MoDem) de 38% des intentions de vote, juste devant Jean-Jack Queyranne (PS) à 37% et Christophe Boudout (FN) à 25% des voix.

Même incertitude en Ile-de-France où Valérie Pécresse est donnée gagnante avec seulement deux points d'avance. Selon sondage Ifop/Fiducial pour Paris Match, iTélé et Sud Radio publié ce vendredi, la candidate de la droite et du centre recueillerait 42% des suffrages contre 40% pour Claude Bartolone (PS) et 19% pour Wallerand de Saint-Just (FN). L'écart était encore plus ténu dans un sondage datant de mercredi soir et réalisé par Elabe pour Les Echos et Radio Classique : Valérie Pécresse était donnée à 41,5% et Claude Bartolone à 41%.

Par ailleurs, la droite était arrivée en tête dimanche dernier dans la région Pays-de-la-Loire mais aucun sondage n'a été réalisé entre les deux tours.

Les régions où le candidat de la gauche était en tête

Aucun sondage n'a été réalisé dans les trois régions où la gauche avait remporté le scrutin, à savoir l'Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, la Bretagne et la Corse.

Crédit vignette : SIPA/Linternaute.com

Article le plus lu : Macron - Le Pen : le résultat des premiers sondages : voir les actualités

Elections régionales

Annonces Google