Le Pen, Gérin, Chatillon, Crochet : le FN dans la tourmente Panama Papers

PANAMA PAPERS - Jean-Marie Le Pen nie en bloc. Pourtant, plusieurs personnalités du FN, dont lui et Gérald Gérin, sont suspectées d'avoir dissimulé de l'argent au fisc français. L'affaire pourrait prendre une dimension politique...

[Mis à jour le 5 avril 2016 à 16h45] Les révélations des "Panama Papers" sont des plus embarrassantes pour le Front national. Le Monde, qui a eu accès aux fichiers du Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ), démontre que l'enquête ouverte en juin 2015 pour "blanchiment de fraude fiscale" visant Jean-Marie Le Pen est à lier avec l'affaire du scandale des montages financiers offshore mis au jour par les Panama Papers. Le parquet financier a formulé l'an dernier des soupçons à l'endroit de Jean-Marie Le Pen, dont les liens avec l'un de ses hommes de confiance, Gérald Gérin, font l'objet d'interrogations. Ce dernier, ex-majordome du patriarche du FN, élu conseiller régional FN du PACA lors des élections régionales de décembre 2015, est l'ayant droit officiel de la société offshore Balerton Marketing Limited. Or, Le Monde nous apprend que cette société apparaît sur sur les fichiers de la firme panaméenne de domiciliation de sociétés offshore Mossack Fonseca. Pour le quotidien français, cette société a été créée dans une parfaite opacité.

Le Monde assure que désormais, les magistrats possèdent suffisamment d'éléments pour établir un lien entre Jean-Marie Le Pen, son épouse Jeanine, et les avoirs détenus par Balerton Marketing Ltd. Les juges s'appuient notamment sur un rapport de Tracfin - l'organisme du ministère de l'Économie et des Finances en charge de la lutte contre le blanchiment d'argent - qui émet l'hypothèse d'une confusion de gestion et de patrimoine entre les époux Le Pen et l'ex-majordome, Gérald Gérin : "Il est possible que l'intéressé assume pleinement son rôle d'homme de confiance, jusqu'à intervenir comme prête-nom", écrit Tracfin dans une note communiquée à la justice. Balerton Marketing Ltd détient une fortune considérable : près d'un million d'euros en titres, en billets de banque, en lingots et en pièce d'or. Le parquet financier enquête pour découvrir l'identité du véritable bénéficiaire de ce compte, mais certains virements, de 506 000 euros chacun, ont été effectués en septembre 2004 sur ledit compte, par une banque suisse ayant hébergé la fortune d'Hubert Lambert, dont Jean-Marie Le Pen a été désigné héritier.

"Gérald Gérin, c'est Gérald Gérin"

"Ce n'est pas mon argent. Gérald Gérin c'est Gérald Gérin, moi c'est moi. Et ceux qui affirmeront le contraire auront droit à un procès en diffamation", menace désormais Jean-Marie Le Pen, interrogé par Le Parisien. "Tout ce qui me vise semble surtout me viser parce que je suis un ancien proche de Marine Le Pen", assure-t-il, se défendant d'être de quelque manière que ce soit impliqué dans "l'affaire des Panama Machin".

Panama Papers : au moins deux affaires liées au FN ?

Le Monde révèle par ailleurs une autre affaire Panama Papers, touchant cette fois des proches de Marine Le Pen : Frédéric Chatillon et Nicolas Crochet. Les deux hommes ont été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur le micro-parti Jeanne, suspecté de mouvements financiers illégaux pour le financement des dernières campagnes présidentielle et législatives. Le quotidien du soir décrit un "système offshore sophistiqué", mis en place entre Hongkong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama, et dans lequel Frédéric Chatillon joue un rôle majeur. Ce dernier n'est autre que le président de la société Riwal, principal prestataire du FN pour les services de communication déployés dans le cadre des campagnes électorales du FN. D'autres soupçons se portent désormais sur l'homme chargé du programme économique de Marine Le Pen en 2012, l'expert comptable Nicolas Crochet. Il aurait notamment proposé d'utiliser l'une des sociétés offshore hongkongaises de son frère pour réceptionner une partie des fonds en contournant les règles fiscales.

En vidéo - Frédéric Chatillon dit avoir investi en Asie une partie des bénéfices de son entreprise en toute légalité :

Article le plus lu : Remaniement : du nouveau dans le staff gouvernemental : voir les actualités

Front national / Elections régionales

Annonces Google