"Valls nazi" : avant Mélenchon, Manuel Valls était déjà moqué en Hitler

L'ancien Premier ministre aurait été traité de "nazi" par le leader des Insoumis à l'Assemblée, selon Le Canard Enchaîné. Ce n'est pas la première fois que Manuel Valls est insulté de la sorte.

[Mis à jour le 12 octobre 2017 à 12h30] "C'est insupportable". Manuel Valls n'en revient toujours pas. Ce jeudi matin, au micro d'Europe 1, l'ancien Premier ministre est revenu sur l'incident qui s'est déroulé il y a dix jours à l'Assemblée nationale, dans la salle de la commission des Lois, au cours de laquelle Jean-Luc Mélenchon l'a copieusement insulté. Le Canard Enchaîné assure, s'appuyant sur des témoins, qu'il l'aurait même notamment traité de "nazi". "Ce n'est pas un coup de colère de sa part. Je le connais bien. C'est parfaitement maîtrisé", a estimé Manuel Valls à la radio. "Quand vous traitez un responsable politique, un social-démocrate, un démocrate, un républicain, de droite ou de gauche, de fasciste, de nazi, quand vous l'insultez, c'est une manière de le disqualifier, d'empêcher le débat. C'est pour ça que c'est insupportable", a-t-il insisté.

"Je ne m'assois pas à côté de ce nazi"

C'est le 3 octobre 2017, lors d'une réunion à laquelle Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon se sont retrouvés, dans le cadre de la mission d'information sur la Nouvelle-Calédonie, que le leader de la France Insoumise s'est emporté, rapporte Le Canard Enchaîné. "Moi, je ne m'assieds pas à côté de ce nazi !" aurait lancé l'ancien candidat à la présidentielle, avant de s'adresser plus directement à Manuel Valls : "Tu n'es qu'une ordure ! Un pauvre type ! Une merde !". L'hebdomadaire satirique explique que l'ire de Jean-Luc Mélenchon avait été provoquée par la sortie médiatique du jour de l'ancien Premier ministre, qui avait évoqué le "discours islamo-gauchiste" de la député LFI Danièle Obono.

Jean-Luc Mélenchon, ce jeudi 12 octobre, dément quant à lui avoir utilisé le mot "nazi". Face à la polémique qui prend de l'ampleur, le leader de la France Insoumise a réagi sur Twitter.

"Valls nazi" : quand Twitter se lâche

Ce n'est pas la première fois que Manuel Valls dénonce ce type de dérapages dont il est, depuis longtemps, la cible. Lorsqu'il était à Matignon, il s'était construit aux yeux d'une partie de l'opinion publique l'image d'un homme politique autoritaire, notamment du fait de sa propension à utiliser l'article 49-3 de la Constitution. Souvenons-nous : le recours à cet instrument constitutionnel, mais aussi certains positionnements fermes et clivants - même au sein de sa famille politique -, lui avaient valu un torrent de critiques et d'insultes. Le Premier ministre, moqué, caricaturé, avait durement été pris pour cible par les réseaux sociaux, et la référence au IIIe Reich s'était propagée sur Twitter. 

En mai 2016, Le Parisien avait repéré une image détournée de celui qui était alors Premier ministre, qui avait suscité une vive colère dans l'administration de son ancien fief, à la municipalité d'Evry. Le maire de la commune, successeur de Manuel Valls, avait alors saisi le procureur de la République afin qu'une procédure judiciaire soit ouverte contre un conseiller municipal LR ayant relayé une photo de Manuel Valls, grimé en Adolf Hitler. L'image avait d'abord été mise en ligne par un animateur de la ville, qui avait été rapidement suspendu de ses fonctions.

Un autre photo-montage, également mise en ligne par ledit élu d'opposition de la commune, avait provoqué l'ire du maire d'Evry Francis Chouat. Sur celui-ci, on voyait Manuel Valls sur une chaussée, au-dessus d'un questionnaire reprenant les codes graphiques des examens du code de la route. Sous l'image, ce texte : "Manuel Valls traverse devant vous : a) je conserve mon allure, b) j'accélère, c) je marque l'arrêt sur sa tête et je fais patiner mes pneus, d) je stoppe et le castre avec un coupe-ongle, e) je le quenellise (sic) avec la bande blanche". Pour le maire d'Evry, "ce n'est pas de l'humour, c'est un appel au meurtre. Quant au Premier ministre en Hitler, cela dépasse l'entendement", jugeait-il alors.

A l'époque, cet incident public avait mis en lumière la multitude de comparaisons insultantes avec lesquelles devait composer Manuel Valls. Sur Twitter, Facebook et sur de nombreux réseaux sociaux, le locataire de Matignon, a été, durant des années, régulièrement grimé ou comparé à Adolf Hitler. Il suffit ainsi de taper "Valls + Hitler" dans un moteur de recherche sur Google, Facebook ou encore Twitter pour retrouver une longue série de clichés sous-titrés ou d'images détournées. Des caricatures d'un goût douteux qui sont aussi bien issues des réseaux d'extrême droite que de l"extrême gauche. 

Article le plus lu : Millas : premiers éléments pour expliquer le drame : voir les actualités

Manuel Valls / Adolf Hitler

Annonces Google