Yannick Jadot vainqueur de la primaire EELV et candidat à la présidentielle 2017

Yannick Jadot vainqueur de la primaire EELV et candidat à la présidentielle 2017 RESULTAT PRIMAIRE EELV- C'est Yannick Jadot qui remporte le second tour de la primaire d'Europe Écologie les Verts avec 54,9% des voix, face à sa rivale Michèle Rivasi. L'écologiste représentera son parti à la prochaine élection présidentielle.

[Mis à jour le 7 novembre 2016 à 22h26] Dernière info - Yannick Jadot est désigné vainqueur de la primaire EELV, à l'issue du second tour de la primaire écologiste, lundi 7 novembre. Le député européen a obtenu 54,25% des suffrages, contre 40,75% des voix pour sa rivale Michèle Rivasi. 3,66% des bulletins étaient blancs. A 49 ans, le député européen est propulsé dans la course de la campagne électorale et de l'élection présidentielle 2017. L'ancien de Greenpeace doit  désormais recueillir 500 parrainages pour être officiellement candidat à la présidentielle de 2017.

Primaire écologiste - Le candidat écologiste a-t-il une chance de remporter l'élection présidentielle ? Avant même d'avoir été investi par EELV, Yannick Jadot affirmait de son propre chef qu'il n'y croyait pas et qu'l visait les 5% des suffrages au premier tour. L'ancien directeur de campagne de GreenPeace, arrivé en politique après le militantisme associatif, veut jouer la carte du "renouveau". "Le paysage politique français, c'est Walking Dead, un film de zombies, des morts-vivants qui, quels que soient leurs échecs, se relèvent toujours pour faire croire que ce sont eux qui ont la solution", s'amusait-il à L'Obs récemment.

Première réaction, celle de la sénatrice Marie-Noël Lienemann, candidate à la primaire de la gauche :

Le résultat de la primaire (premier tour)

Les électeurs de la primaire écologiste ont tranché : ils n'accordent pas leur confiance à Cécile Duflot, sans doute trop marquée par son expérience au gouvernement. Ils ont finalement choisi Yannick Yadot au second.

  • Yannick Jadot : 35,61 %
  • Michèle Rivasi : 30,16 %
  • Cécile Duflot : 24,41 %
  • Karima Delli : 9,82 %

La primaire EELV, dans les statuts du parti

C'est un parti en crise, en proie aux divisions internes, mais Europe Ecologie-Les Verts est un parti qui compte toujours peser politiquement dans les mois et les années à venir. Pour cela, les écologistes sont déterminés à présenter un candidat au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, afin de relancer une dynamique alternative à celle que veut initier le parti socialiste, qui organisera sa primaire en début d'année 2017. L'organisation de la primaire écologiste est figure dans les statuts du parti. En 2011, Eva Joly avait battu Nicolas Hulot, en 2006, Dominique Voynet avait remporté l'élection interne face à Yves Cochet.

Les écologistes d'Europe Ecologie-Les Verts ont choisi de se démarquer de la majorité gouvernementale. Ils ont également été pressés de définir une stratégie pour 2017 après le retrait de Nicolas Hulot, qui a finalement décidé de ne pas concourir à la course à l'Elysée. Le conseil fédéral du parti a acté début juillet l'organisation de la primaire, avec plus de deux tiers des voix.

La défaite de Duflot, le choc de la primaire EELV

Cécile Duflot craignait un phénomène "Tous contre elle" au sein du parti durant cette primaire, elle voyait assez juste. Elle admettait mi-octobre à Linternaute.com qu'elle ne se considérait pas comme "la favorite". "Normalement, cette élection, je la perds", confiait-elle même en off. Et d'ajouter : "Mais tant pis, nous verrons, c'est la campagne que je veux faire". Cécile Duflot avait en mémoire la défaite de Nicolas Hulot en 2011, le grandissime favori qu'elle soutenait, qui avait été battu par Eva Joly. Mais surtout celle de Noël Mamère, qui avait été battu au second tour par Alain Lipietz, alors que le député de Gironde était arrivé très largement en tête au premier tour. 

"Cécile a fait une campagne tournée vers l'extérieur, sa stratégie de l'écologie majoritaire n'a pas été retenue", estimait le soir du désaveu sa directrice de campagne au Figaro. "Elle a parié sur une écologie de dépassement, cela n'a pas été compris", ajoutait le secrétaire national du parti, David Cormand, qui soutenait publiquement l'ancienne ministre. Cécile Duflot, en somme, s'est sans doute trompée de campagne, en s'adressant aux sympathisants de gauche sensibles à une candidature écologiste, avant de s'adresser aux adhérents et militants du parti.

La victoire de Michèle Rivasi et Yannick Jadot, une "volonté de renouvellement" au sein d'EELV ?

Date de la primaire EEVL (calendrier)

Les inscrits à la primaire écologistes avaient jusqu'au lundi 17 octobre 2016 au soir pour participer au vote par correspondance afin de départager Cécile Duflot, Yannick Jadot, Michèle Rivasi et Karima Delli. Les résultats ont été annoncés ce mercredi 19 octobre, dans la foulée du dépouillement. Les modalités pratiques ont été arrêtées lors du conseil fédéral du samedi 24 septembre 2016. Les candidatures ont été déposées et validées : trois femmes et un homme se font face désormais et se concurrencent pour l'investiture du parti.

EEVL a donc choisi d'organiser sa compétition interne avant la primaire PS de "la Belle alliance", qui intronisera le candidat officiel du Parti socialiste et de ses proches alliés en janvier 2017. David Cormand, secrétaire national d'EELV, avait fustigé en juin cet exercice qui, pour l'heure, semble fait sur-mesure pour François Hollande : "C'est l'ardoise magique, ce jeu pour enfant : on dessine dessus, on la secoue et on repart à zéro. Cette opération, au mois de janvier, je crois, aurait pour vertu de faire oublier ce qui s'est passé depuis quatre ans. Je ne suis pas sûr que les Français soient prêts à effacer l'ardoise".

Calendrier de la primaire EELV
15 et 16 octobre - Vote par Internet pour les résidents dans les DROM-COM et pour les Français de l'étranger
17 octobre - Dernier jour du scrutin du 1er tour pour les Français résidents en France
19 octobre 19h - Annonce des résultats du premier tour
4 novembre - Dernier jour du scrutin du 2nd tour pour les Français résidents en France
7 novembre - Annonce des résultats du second tour

Comment voter à la primaire EELV ?

Ont pu voter les adhérents EELV, mais aussi les "sympathisants" écologistes. Pour participer concrètement, les votants ont dûsimplement signer une charte et contribuer financièrement à hauteur de 5 euros. Il fallait par ailleurs être de nationalité française ou bien "résidant sur le territoire français", et être âgé d'au moins 16 ans. Ceux qui désirent voter devaient s'inscrire (ici) avant le 1er octobre 2016. "

Les écologistes ont enregistré l'inscription sur le site de près de 10 000 personnes. Au total, avec les adhérents et coopérateurs EELV inscrits automatiquement, ce sont près de 17 000 personnes qui pouvaient participer au vote.

Candidats à la primaire EELV

Le porte-parole du parti, Julien Bayou, avait fait savoir à l'issue du conseil fédéral du parti que la primaire était ouverte à "la possibilité de candidatures de la société civile". Et d'ajouter : "Si on a par exemple le leader d'une grande association paysanne ou écologiste qui veut se présenter, il sera accueilli, je pense, avec bienveillance". Pour être candidat, il suffisait d'obtenir le parrainage de 36 conseillers fédéraux (sur un total de 240).

Cécile Duflot (Eliminée) - L'ancienne ministre du Logement avait ouvertement exprimé son scepticisme à l'égard de ce mode de désignation, mais elle a pourtant décidé de jouer le jeu. Le 20 août, Cécile Duflot s'est passée des médias, annonçant sa candidature aux militants, par emails. "Je mesure la responsabilité qui est la mienne. La notoriété que j'ai acquise dans nos combats communs grâce à la confiance que les militantes et les militants m'ont accordée, je me dois de la mettre au service de l'intérêt général. C'est un immense honneur bien évidemment, mais c'est avant tout une épreuve", expliquait-elle. Dans une autre lettre publiée début juillet, adressée aux militants, elle se montrait réticente à l'exercice : "La règle n'a souffert aucune exception : une primaire pousse les candidats à dire du mal des autres et encore davantage les candidats les moins connus à taper sur les plus connus pour - notamment - que leur nom figure dans le journal". Cependant, Cécile Duflot n'a jamais caché pas ses ambitions. Il y a quelques semaines, elle a lancé le site Internet "Jesignepourlecologie.fr" pour s'assurer un nombre important de parrainages.

Yannick Jadot - L'eurodéputé, ancien de Greenpeace, est à l'origine du mouvement initié pour l'organisation de la primaire. Le 13 juillet, il a officialisé sa candidature. Dans une interview à Presse Océan, le 6 juillet, ce cadre d'EELV s'était dit prêt à se lancer dans la course : "J'avais dit que si Nicolas n'y allait pas, j'envisagerais de proposer ma candidature pour porter la parole écologique dans la campagne présidentielle, y compris pour défendre le projet européen, qui est très malmené à l'heure actuelle".

Michèle Rivasi - L'ancienne dirigeante de Greenpeace, députée européenne depuis 2009, s'est lancée dans la course le 1er août 2016. "Je suis candidate pour représenter le peuple de l'écologie, la voix des lanceurs d'alerte et des défenseurs des Biens communs en 2017", écrivait-elle dans un communiqué, dans lequel elle revenait sur ses plus solides convictions. "Tous mes combats, que ce soient contre le tout nucléaire, les grands projets inutiles ou l'accès à la santé pour tous et la reconnaissance du facteur environnemental dans l'explosion de maladies émergentes ou d'épidémies de cancers ont été centrés sur la lutte contre l'opacité et le mensonge, les conflits d'intérêts et la corruption qui gangrènent trop souvent notre démocratie et sapent nos fondements républicains".

Karima Delli (Eliminée) - La jeune députée européenne de 37 ans, ancienne membre du collectif "Jeudi noir", a décidé de se lancer dans la course pour, écrit-elle dans un communiqué daté du 23 août, "faire vivre l'autonomie de l'écologie politique dans ce beau pays". "Les mauvaises langues diront que je vise trop haut. Qu'elles se rassurent. Je ne suis pas là pour le coup d'après, ou pour négocier en douce une place aux législatives ou un poste ministériel", poursuit cette jeune figure de l'aile gauche de EELV.

Primaire EELV : les sondages

Selon un sondage Odoxa pour France Info daté du 21 octobre 2016, les sympathisants de gauche sont davantage favorables à l'investiture de Yannick Jadot qu'à celle de Michèle Rivasi. A la question "Qui est selon vous le meilleur ou le moins mauvais candidat pour Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle 2017 ?", l'ancien président de GreenPeace recueille 52 % de réponses positives, tandis que 39 % des sondés choisissent Michèle Rivasi. Autre indication de l'enquête : 78 % des Français ne connaissent pas les deux candidats, mais ceux qui les connaissent préfèrent Yannick Jadot à 56 %. Voir le détail sur le site d'Odoxa

Une primaire vraiment utile ?

Selon une enquête réalisée par Elabe pour BFMTV, pour 53 % des Français, la présence d'un candidat écologiste à l'élection présidentielle est jugée "inutile". Ils sont pourtant 59 % à considérer que la priorité du parti EELV pour l'élection présidentielle de 2017 doit être "la défense de l'écologie même si cela divise la gauche". Les résultats filtrés par obédience politique ont davantage de sens. Ainsi, parmi les principaux intéressés à ces deux questions, les "sympathisants de gauche", les réponses apportées sont bien différentes : 61 % d'entre-eux jugent en effet "utile" une candidature EELV à l'élection présidentielle. Par ailleurs, 63 % des sympathisants de gauche estiment que la priorité des écologistes devrait être de rassembler la gauche plutôt que de présenter un candidat. Lire l'intégralité de l'enquête Elabe

Des sondages pour l'élection peu encourageants

Quel que soit le candidat investi, il aura fort à faire pour convaincre les Français lors de la campagne présidentielle de 2016, car les sondages sont peu reluisants pour les écologistes. Le parti EELV est crédité d'entre 1 et 3 % pour le premier tour. Les instituts de sondages ne se sont pour l'heure intéressés qu'à la candidature de Cécile Duflot : la ministre recueille 2 % des intentions de vote selon l'enquête BVA menée du 8 au 10 juillet 2016. Nicolas Hulot était lui crédité de 10 % d'intentions de vote le 21 juin dernier, selon une enquête Elabe.  

En janvier 2016, un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France révélait que 85 % des Français ne souhaitaient pas une candidature de Cécile Duflot à l'élection présidentielle, 74 % rejetaient également une candidature de François Hollande et Nicolas Sarkozy. 

Primaire EELV : résultats de 2011

En 2011, EELV avait déjà organisé une élection primaire pour désigner son candidat à la présidentielle de 2012. Nicolas Hulot avait été battu au second tour par Eva Joly, avec respectivement 41,34 % des voix contre 49,74 % des suffrages exprimés. Cécile Duflot avait choisi de ne pas se présenter et avait soutenu la candidature d'Eva Joly. Investie par EELV, la juge écologiste franco-norvégienne avait recueilli 2,31 % des voix lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2012.

Débat des candidats EELV

Le premier débat entres les écologiste de EELV a eu lieu mardi 27 septembre sur la chaîne LCP. Les quatre candidats à la primaire ont répondu à tour de rôle aux questions des journalistes, sans avoir à se contredire directement. L'échange a plutôt fait apparaître les convergences entre tous les prétendants à l'investiture, de la nécessité d'instaurer un revenu universel de base au besoin de réformer nos institutions afin de diminuer les prérogatives présidentielles, en passant par la législation du cannabis. Tous sont aussi d'accord sur le fait que le candidat désigné porterait le programme du parti, ce dernier étant en court d'élaboration via une plateforme participative. De là à dire que la primaire EELV n'est qu'une question d'egos, il n'y a qu'un pas. Voir le premier débat sur la chaîne LCP.

En vidéo - Cécile Duflot considère la campagne pour les présidentielles comme une "épreuve" :

Crédit image - Sipa / ALAIN ROBERT / NICOLAS MESSYASZ

Présidentielles / Les Verts

Annonces Google