Emmanuel Macron : réforme du code du travail, les tensions montent

MACRON - Le Président Macron a reçu toute la journée les partenaires sociaux pour discuter de sa réforme potentiellement explosive du code du travail. Il n'a cédé ni sur les ordonnances, ni sur le calendrier prévu.

18:26 - Le point sur les principaux dossiers du jour

C'est la fin de ce direct. Merci de nous avoir suivi. Rendez-vous demain 9 heures pour continuer à suivre l'actualité d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Voici le point sur les principaux dossiers du jour. Le Président Macron a consulté tout au long de la journée les chefs de file de l'ensemble des syndicats pour échanger à propos de la réforme du code du travail, qu'il souhaite mettre en place le plus rapidement possible. En ce début de soirée, le chef de l'Etat n'a pour le moment pas cédé sur l'utilisation des ordonnances et le calendrier à respecter, malgré les réticences de nombreux syndicats. Il souhaite une "grande concertation" jusqu'à mi-juin, une loi d'habilitation à légiférer par ordonnances "durant l'été", puis une loi de ratification des ordonnances "courant septembre". L'agenda d'Emmanuel Macron a été perturbé au cours de la journée suite à l'attentat terroriste de Manchester revendiqué par Daesh, qui a eu lieu dans la nuit du 22 au 23 mai, faisant 22 morts et 59 blessés. 

17:49 - Réforme du code du travail : Christian Jacob (LR) opposé au recours aux ordonnances

"On est dans quelque chose d'invraisemblable. Ce texte [la loi El Khomri adoptée en 2016] a généré des violences partout en France. Il n'y a pas eu de débat parlementaire, je vous rappelle que nous n'avons pas travaillé sur le texte, avant même la discussion sur les articles, on a déclenché le 49.3. Et là, de la même façon, au lendemain d'une élection législative, ce gouvernement voudrait dire aux parlementaires: circulez, il n'y a rien à voir" ?", s'est inquiété Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale. Le Président Macron maintient, au sortir de cette journée de consultation des syndicats, sa volonté de légiférer par ordonnances sur la réforme du code du travail.

17:40 - Pour Pierre Laurent (PCF), le recours aux ordonnances reste un "passage en force"

Le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Pierre Laurent, voit un "passage en force" et "une manière de ne pas vouloir affronter le débat démocratique" dans le recours aux ordonnances souhaité par Emmanuel Macron pour réformer le droit du travail. Le Président consulte l'ensemble des syndicats tout au long de la journée pour échanger sur la question.

16:30 - Le ministre du Budget Gérard Darmanin a commencé à rencontrer les syndicats de fonctionnaires

Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin reçoit jusqu'à lundi prochain les différents syndicats de la fonction publique. Au coeur des discussions: la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires prévue par Emmanuel Macron, que la CGT qualifie déjà de "point de rupture".

15:56 - Réforme du code du travail : Macron veut des ordonnances ratifiées "courant septembre"

Le Président Macron a confirmé mardi 23 mai à François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, le calendrier resserré de sa réforme du code du travail, auquel s'oppose la majorité des syndicats de salariés. Il souhaite une "grande concertation" jusqu'à mi-juin, une loi d'habilitation à légiférer par ordonnances "durant l'été", puis une loi de ratification des ordonnances "courant septembre".

15:51 - Réforme du code du travail : le patronat reçu dans l’après-midi par Macron

Après la réception du Médef, les entretiens entre le Président Macron et les syndicats se poursuivent, avec François Asselin de la CPME à 15 heures, Alain Griset de l’U2P, l’union des entreprises de proximité, à 16 heures, François Hommeril de la CFE-CGC à 17 heures et Philippe Louis de la CFTC à 18 heures.

15:45 - Réforme du code du travail : les contours du projet Macron restent flous

Hormis le plafonnement des indemnités prud’homales, le regroupement des instances représentatives du personnel et le référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, les contours de la réforme du code du travail voulue par Macron restent flous, tout comme la place laissée aux partenaires sociaux dans son élaboration.

15:43 - Attentat de Manchester : le président de la République s'est exprimé depuis l'ambassade Britannique

"Je veux exprimer tout notre soutien et nos condoléances au peuple britannique. C'est toute l'Europe libre qui a été attaquée. J'ai exprimé ces sentiments à Theresa May. Nous serons déterminés et résolus avec l'ensemble de nos partenaires européens pour lutter contre le terrorisme.Demain nous tiendrons un nouveau conseil de défense(...). Ce qui s'est passé hier à Manchester, nous avons montré que les terroristes ont encore une cible, le monde libre", a déclaré Emmanuel Macron depuis l'ambassade Britannique. Il doit reprendre sa série de rendez-vous avec les syndicats en vue de réformer le code du travail.  

Ce qu'il faut savoir sur Emmanuel Macron - Aux yeux du monde, et pour une grande partie des Français, Emmanuel Macron incarne sans conteste une forme de renouveau et de modernité. Mais renouveau ne signifie pas forcément rupture politique. En réalité, Emmanuel Macron est un social-démocrate, qui se revendique "réformiste" et "progressiste". Sa première chapelle politique est celle de la gauche dite "de gouvernement", celle qui a fait le choix de se tourner vers le social-libéralisme ces dernières années. Emmanuel Macron poursuit donc le chemin qu'avaient parcouru François Hollande et Manuel Valls, et va plus loin, rompant avec l'héritage du PS pour s'adresser aux centristes et au centre-droit. Son ambition : se départir des réflexes économiques trop ancrés à droite ou à gauche sur la plupart des sujets. Son leitmotiv : le pragmatisme, sur les questions économiques, en matière sociale, sur les questions de la laïcité ou encore de l'Europe.

Programme d'Emmanuel Macron

Le nouveau président s'est fixé quelques priorités pour son quinquennat : l'éducation, l'emploi, la lutte contre le terrorisme et l'Europe. Il a aussi établi une feuille de route pour les premiers mois de son quinquennat : d'ici l'été, il entend faire voter une grande loi de moralisation de la vie publique, entreprendre une réforme importante portant sur le code du travail - par ordonnances - et légiférer pour que simplifier les rapports entre les entreprises françaises et l'administration.

Biographie d'Emmanuel Macron

Collégien puis lycéen dans l'établissement privé catholique de La Providence, à Amiens - là où il rencontrera sa future épouse -, Emmanuel Macron a intégré le lycée Henri IV à Paris dès la première. Il a été admis en hypokhâgne puis en khâgne dans le même établissement. Après un échec au concours de l'Ecole normale supérieure, il se consacre à la philosophie - matière dans laquelle il obtient un DEA à l'université de Paris-Nanterre, et aux sciences politiques - il décroche le diplôme de Sciences Po Paris en 2001. Il fait ensuite l'ENA et intègre une fois diplômé l'inspection générale des Finances.

Macron banquier chez Rotchschild

Fort de ce cursus et d'un profil brillant, Emmanuel Macron est très tôt promis aux plus hautes fonctions. Avant de devenir l'un des principaux conseillers de François Hollande, Emmanuel Macron était banquier d'affaires dans la société Rotchschild, avec des responsabilités importantes qui l'amèneront notamment à diriger la négociation du rachat de Pfizer par Nestlé, un deal de 9 milliards d'euros, qui constitue l'un des plus impressionnants contrats menés par la banque. Cette mission, qui lui vaudra d'être appelé par certains de ses pairs comme "le Mozart de la finance" lui permet de se faire un nom dans le milieu. Mais au-delà du surnom, c'est surtout l'étiquette de "banquier de chez Rothschild" qui lui reste associée, il est d'ailleurs encore aujourd'hui désigné de cette manière par certains adversaires politiques. 

Famille d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est le fils d'un couple de médecins, Jean-Michel Macron et François Noguès. Sa grand-mère maternelle était principale de collège. Marié à Brigitte Trogneux, il n'a pas d'enfants, mais vit une forme de paternité par procuration, puisqu'il est très proche des sept petits-enfants de son épouse, qui a eu trois enfants issus de son précédent mariage. Pour Emmanuel Macron, qui tient à préserver sa famille de l'exposition médiatique, le sujet de la vie privée est sensible. Ces derniers mois, il a dû faire face à de fausses rumeurs de plus en plus insistantes faisant mention d'une double vie, lui prêtant des aventures extraconjugales, notamment avec le PDG de Radio France, Mathieu Gallet.   

Femme d'Emmanuel Macron

Si la presse people s'intéresse autant au couple Macron, c'est sans doute parce que Brigitte Macron a plus de 24 ans de plus que son époux. Elle était enseignante dans le lycée dans lequel Emmanuel Macron était élève et admet aujourd'hui avoir été très vite séduite. Leur première rencontre a lieu alors que lui était collégien, en troisième, lors d'un cours de théâtre qu'elle animait. Si l'on en croit les anciens camarades de classe d'Emmanuel Macron, que Le Parisien a récemment interrogés, Brigitte Macron ne cachait pas à quel point elle était impressionnée par son élève : "En classe, elle le citait tout le temps en exemple. Elle était totalement subjuguée par ses talents d'écriture. [...] Il écrivait tout le temps des poèmes et elle les lisait devant tout le monde". Tout savoir sur Brigitte Macron

Taille et âge d'Emmanuel Macron

Le candidat d'En Marche! n'est pas le plus grand de ceux qui sont dans la course à l'Elysée. Il mesure 1,73 m, c'est un peu moins que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (qui mesurent tous les deux 1,74 m). Encore à titre de comparaison, François Fillon mesure quant à lui 1,75 m. Donald Trump, lui, mesure 1,88 m.

Emmanuel Macron est né le 21 décembre 1977. Il se présente donc à l'élection présidentielle âgé de 39 ans. Jamais un président de la République française n'a été élu aussi jeune (le record en la matière était jusque là détenu par Louis Napoléon Bonaparte, qui fut élu en 1848 avant de devenir empereur en 1852). Pour autant, si cette jeunesse étonne, il est à noter que de nombreux pays, dans une période récente, ont désigné à leur tête des hommes et femmes de la même génération qu'Emmanuel Macron. Matteo Renzi est devenu chef du gouvernement italien à 39 ans, Charles Michel est devenu Premier ministre de la Belgique plus jeune encore, à 38 ans. La Grèce avait choisi Alexis Tsipras en 2015 alors qu'il n'avait que 40 ans. Justin Trudeau est devenu le Premier ministre du Canada à 43 ans.

Article le plus lu : Attentat de Manchester : le nom de l'auteur dévoilé : voir les actualités

Présidentielles / Retraite