Emmanuel Macron : comment a réagi le président burkinabé à sa blague ?

EMMANUEL MACRON - Le chef de l'Etat français, en déplacement à Ouagadougou, s'est laissé aller à un trait d'humour qui lui a valu d'être taxé de mépris envers le président du Burkina Faso. Mais M. Kaboré ne l'a pas interprété de cette façon...

[Mis à jour le 29 novembre 2017 à 18h28] Emmanuel Macron avait l'air très en forme ce mardi 28 novembre, dans l'amphithéâtre de l'université de Ouagadougou. Dans un discours plein d'entrain, le président français s'est laissé aller à un trait d'humour qui n'a pas plu à tout le monde, surtout vu de France. Lorsque qu'une étudiante lui demande si la climatisation de l'université continuera à fonctionner après son départ, faisant référence à la centrale nucléaire financée par la France qui alimente en électricité l'université, Emmanuel Macron a d'abord eu cette réponse : "Vous me parlez comme si j'étais toujours une puissance coloniale, mais moi je ne veux pas m'occuper de l'électricité dans les universités au Burkina Faso ! C'est le travail du président !", avant que le chef d'Etat burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, ne quitte la salle.

Le président burkinabé avait un besoin pressant

Emmanuel Macron, voyant son homologue déserter les lieux, n'en démord pas et ironise la scène. "Il s'en va... Reste là !", lance-t-il. Avant de poursuivre : "Du coup, il est parti réparer la climatisation !". Cette scène très peu formelle dans le cadre d'un discours officiel a provoqué des réactions accusatrices depuis la France. Mépris, arrogance, racisme... Emmanuel Macron n'a pas été épargné. Pourtant, le président burkinabé ne semble pas l'avoir pris comme tel. Si Roch Marc Christian Kaboré a bien quitté l'amphithéâtre, ce serait en réalité dû à un besoin pressant. "Il avait juste un besoin humain", selon un des ses proches, questionné par une journaliste du Parisien présente sur place.

D'ailleurs, les deux chefs d'Etat se sont retrouvés, après le discours, dans une ambiance tout à fait détendue pour un déjeuner lors duquel "tout s'est très bien passé ", comme le rapporte un membre de la délégation. Quid de la réaction des étudiants burkinabés auxquels s'adressait Emmanuel Macron ? Elle est en totale décalage avec les accusations des personnalités politiques en France. "C'était une réussite totale. Cette bonne ambiance pendant le discours prouve la proximité entre les deux hommes", témoigne un proche de M. Kaboré, lui aussi interrogé par Le Parisien.

"Mépris, arrogance, racisme..."

Malgré ces précisions, plusieurs personnalités politiques ont donc réagi de manière virulente envers l'attitude d'Emmanuel Macron. A commencer par le groupe parlementaire de Jean-Luc Mélenchon qui, via un communiqué, a dénoncé une attitude "indigne de la part du président de la République française". Ce mercredi matin sur Europe 1, Nicolas Dupont-Aignan n'a pas été tendre avec le président français. "Il a été d'une arrogance, d'une violence à l'égard des autorités du Burkina Faso à la limite du racisme". Même son de cloche ou presque du côté du vice-président du FN Nicolas Bay, interviewé sur France 2, pour qui Emmanuel Macron a eu une "attitude de mépris incroyable". Pour le numéro 2 du Front National, le président français a bel et bien crée un "incident diplomatique"...

Une arrivée houleuse au Burkina Faso

Le président français, avant de provoquer cette polémique, a eu droit à un comité d'accueil plutôt hostile. Lors du trajet effectué par Emmanuel Macron dans la capitale du Burkina Faso, pour se rendre au Palais présidentiel, le convoi de la délégation qui accompagne le président a été ciblé par des jets de pierres. En marge des déplacements du chef de l'Etat français, des personnes se sont réunies pour manifester leur désaccord avec la réception d'Emmanuel Macron. Un jeune journaliste sur place indiquait sur Twitter que des "manifestants anti-impérialistes" avaient "barricadé" des voix d'accès, avant que les forces de l'ordre n'interviennent. L'AFP confirme qu'il y a eu des "heurts" entre la police et les manifestants près de l'université.

Article le plus lu : Géminides : comment voir la pluie d'étoiles filantes ? : voir les actualités

François Hollande / Versailles

Annonces Google