Emmanuel Macron : ses photos de vacances, la polémique

EMMANUEL MACRON - Emmanuel Macron, qui a choisi de passer ses vacances d'été à Marseille avec son épouse Brigitte, vient de porter plainte contre un photographe de presse.

 

[Mis à jour le 16 août 2017 à 23h16] Emmanuel Macron le sait. Les premières vacances d'un Président peuvent lui coûter très cher en terme d'image, comme ce fut le cas pour Nicolas Sarkozy et François Hollande. Le chef de l'État a donc choisi de diffuser les images de ses jours de repos au compte-gouttes, comme celles où il rend visite aux joueurs de l'OM, dont il est fan, au centre Robert Louis-Dreyfus, ou encore celle où il visite le chantier naval Borg (voir ci-dessous). 

Une communication une nouvelle fois ultra maîtrisée, au point de porter plainte pour "harcèlement et tentative d'atteinte à la vie privée" contre un photographe de presse, qui se serait "introduit sur la propriété privée" du couple présidentiel, selon l'Élysée, ce dont se défend le photographe en question, qui estime avoir été "traité comme un criminel" par les forces de l'ordre. Ces dernières l'ont interpellé à la demande du vigile posté devant le lieu de villégiature du chef de L'État. Interviewé par VSD, le photographe de presse raconte qu'"ils ont fouillé tout [son] matériel, [ses] sacs". "J'ai dû retirer mes lacets de chaussure, ma montre. […] C'était de l'intimidation. Le but était clairement de me faire peur. Je suis scandalisé et choqué par la méthode employée. C'est à croire que le Président entre en guerre avec la presse", s'est-il insurgé.

Quoi qu'il en soit, ce photographe est loin d'être un illustre inconnu des services de sécurité d'Emmanuel Macron. Selon L'Express, il s'agirait même d'un récidiviste. Lors de la campagne, Thibaut Daliphard, tel est son nom, directeur de l'agence E-Press Photo, a eu plusieurs différends avec les services de sécurité du candidat d'En Marche !. Il travaillait alors avec "une autre signature d'E-Press, Sébastien Valente, photographe attitré de Nicolas Sarkozy", rapporte également l'hebdomadaire. Par ailleurs, le jeune paparazzi de 30 ans s'est également illustré par le passé comme l'auteur de clichés peu glamour du Président François Hollande. Dans son objectif, "le crâne luisant de crème solaire" de l'ex-chef d'État en vacances, rapporte L'Express. C'était en 2014.

Les premières difficultés d'Emmanuel Macron

Comme l'illustre la détérioration de ses relations avec la presse, le Président Emmanuel Macron est confronté aux premières difficultés internes de son quinquennat, après une séquence internationale qualifiée par beaucoup de "sans faute". Au sein de son propre parti politique La République en Marche (LRM), des dizaines d'adhérents ont par exemple dénoncé lundi 24 juillet un manque de démocratie interne et, surtout, contesté devant le tribunal la validité des statuts de la nouvelle institution. 

Le chef de l'Etat français semble aussi toucher la fin de son "état de grâce". Selon un sondage paru dimanche 23 juillet dans le JDD, la cote de popularité d'Emmanuel Macron a chuté de 10 points au mois de juillet, se retrouvant ainsi qu'à 54% de Français satisfaits de son action, là où François Hollande et Nicolas Sarkozy étaient respectivement à 56% et 66% de français satisfaits au bout de trois mois de mandat. En cause notamment : trop de communication, le gel du point d'indice des fonctionnaires et la suppression du jour de carence, la démission du chef d'état major des armées Pierre de Villiers et l'invitation de Donald Trump au défilé du 14 juillet. 

Emmanuel Macron et Donald Trump

Pour célébrer le centième anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis sur le sol français, Emmanuel Macron a invité Donald Trump et sa femme, Mélania, à assister au défilé du 14 juillet, grillant ainsi la politesse à la Grande-Bretagne, qui bénéficie traditionnellement de la première visite du président des Etats-Unis sur le continent Européen. Contre toute attente, ce dernier a fini par accepter, suite à un échange téléphonique entre les deux hommes.

La première invitation écrite qui lui avait été envoyée était restée lettre morte. D'abord parce que Donald Trump n'avait pas apprécié que les médias américains jugent que la première poignée de main qu'il avait échangée avec Emmanuel Macron, le 25 mai dernier à Bruxelles, avait été "remportée" par le Président français. Ensuite parce que les relations entre les deux hommes s'étaient encore dégradées après la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, qu'Emmanuel Macron avait violemment et publiquement critiquée.

Il faut croire que l'impulsif Donald Trump, qui ne jure que par les gagnants, admire autant qu'il s'agace de l'ascension éclair du Président français. Son goût pour les défilés militaires, de notoriété publique, et celui sa femme pour l'Hexagone, qui a vécu en France du temps où elle était mannequin, ont peut-être aussi penché dans la balance. 

Emmanuel Macron au Congrès de Versailles

Dans son discours au Congrès de Versailles, Emmanuel Macron a annoncé qu'il voulait réduire d'un tiers le nombre de parlementaires, introduire une dose de proportionnelle à l'Assemblée Nationale et supprimer la Cour de justice de la République. Comme s'il voulait, en creux, brandir une menace en cas de blocage de sa réforme des institutions par les mêmes parlementaires, Emmanuel Macron a aussi indiqué aux élus qu'il n'hésiterait pas à recourir au référendum si nécessaire. Il veut achever sa réforme "d'ici un an".

Le Président s'en est aussi pris à la presse qu'il accuse de chercher le scandale : "J'appelle à la retenue, à en finir avec cette recherche incessante du scandale, avec le viol permanent de la présomption d'innocence." Emmanuel Macron s'est aussi justifié d'avoir convoqué les parlementaires en Congrès dès le début de son mandat, un jour avant le discours de politique générale de son Premier ministre, de manière inédite sous la Ve République. Il a indiqué qu'il viendrait chaque année à Versailles tenir ce discours "pour rendre compte" de son action.

Programme d'Emmanuel Macron

Aux yeux du monde, et pour une grande partie des Français, Emmanuel Macron incarne sans conteste une forme de renouveau et de modernité. Mais renouveau ne signifie pas forcément rupture politique. En réalité, Emmanuel Macron est un social-démocrate, qui se revendique "réformiste" et "progressiste". Sa première chapelle politique est celle de la gauche dite "de gouvernement", celle qui a fait le choix de se tourner vers le social-libéralisme ces dernières années.

Emmanuel Macron poursuit donc le chemin qu'avaient parcouru François Hollande et Manuel Valls, et va plus loin, rompant avec l'héritage du PS pour s'adresser aux centristes et au centre-droit. Son ambition : se départir des réflexes économiques trop ancrés à droite ou à gauche sur la plupart des sujets. Son leitmotiv : le pragmatisme, sur les questions économiques, en matière sociale, sur les questions de la laïcité ou encore de l'Europe et les relations internationales.

Le nouveau Président s'est fixé quelques priorités pour son quinquennat : l'éducation, l'emploi, la lutte contre le terrorisme et l'Europe. Il a aussi établi une feuille de route pour les premiers mois de son quinquennat : d'ici la fin de l'été, il entend faire voter une grande loi de moralisation de la vie publique, entreprendre une réforme importante portant sur le code du travail - par ordonnances - et légiférer sur l'Etat d'urgence. 

Biographie d'Emmanuel Macron

Collégien puis lycéen dans l'établissement privé catholique de La Providence, à Amiens - là où il rencontrera sa future épouse -, Emmanuel Macron a intégré le lycée Henri IV à Paris dès la première. Il a été admis en hypokhâgne puis en khâgne dans le même établissement. Après un échec au concours de l'Ecole normale supérieure, il se consacre à la philosophie - matière dans laquelle il obtient un DEA à l'université de Paris-Nanterre, et aux sciences politiques - il décroche le diplôme de Sciences Po Paris en 2001. Il fait ensuite l'ENA et intègre une fois diplômé l'inspection générale des Finances.

Macron banquier chez Rotchschild

Fort de ce cursus et d'un profil brillant, Emmanuel Macron est très tôt promis aux plus hautes fonctions. Avant de devenir l'un des principaux conseillers de François Hollande, Emmanuel Macron était banquier d'affaires dans la société Rotchschild, avec des responsabilités importantes qui l'amèneront notamment à diriger la négociation du rachat de Pfizer par Nestlé, un deal de 9 milliards d'euros, qui constitue l'un des plus impressionnants contrats menés par la banque. Cette mission, qui lui vaudra d'être appelé par certains de ses pairs comme "le Mozart de la finance" lui permet de se faire un nom dans le milieu. Mais au-delà du surnom, c'est surtout l'étiquette de "banquier de chez Rothschild" qui lui reste associée, il est d'ailleurs encore aujourd'hui désigné de cette manière par certains adversaires politiques. 

Famille d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est le fils d'un couple de médecins, Jean-Michel Macron et François Noguès. Sa grand-mère maternelle était principale de collège. Marié à Brigitte Trogneux, il n'a pas d'enfants, mais vit une forme de paternité par procuration, puisqu'il est très proche des sept petits-enfants de son épouse, qui a eu trois enfants issus de son précédent mariage. Pour Emmanuel Macron, qui tient à préserver sa famille de l'exposition médiatique, le sujet de la vie privée est sensible. Ces derniers mois, il a dû faire face à de fausses rumeurs de plus en plus insistantes faisant mention d'une double vie, lui prêtant des aventures extraconjugales, notamment avec le PDG de Radio France, Mathieu Gallet.   

Femme d'Emmanuel Macron

Si la presse people s'intéresse autant au couple Macron, c'est sans doute parce que Brigitte Macron a plus de 24 ans de plus que son époux. Elle était enseignante dans le lycée dans lequel Emmanuel Macron était élève et admet aujourd'hui avoir été très vite séduite. Leur première rencontre a lieu alors que lui était collégien, en troisième, lors d'un cours de théâtre qu'elle animait. Si l'on en croit les anciens camarades de classe d'Emmanuel Macron, que Le Parisien a récemment interrogés, Brigitte Macron ne cachait pas à quel point elle était impressionnée par son élève : "En classe, elle le citait tout le temps en exemple. Elle était totalement subjuguée par ses talents d'écriture. [...] Il écrivait tout le temps des poèmes et elle les lisait devant tout le monde". Tout savoir sur Brigitte Macron

Taille et âge d'Emmanuel Macron

Le candidat d'En Marche! n'est pas le plus grand de ceux qui sont dans la course à l'Elysée. Il mesure 1,73 m, c'est un peu moins que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (qui mesurent tous les deux 1,74 m). Encore à titre de comparaison, François Fillon mesure quant à lui 1,75 m. Donald Trump, lui, mesure 1,88 m.

Emmanuel Macron est né le 21 décembre 1977. Il se présente donc à l'élection présidentielle âgé de 39 ans. Jamais un président de la République française n'a été élu aussi jeune (le record en la matière était jusque là détenu par Louis Napoléon Bonaparte, qui fut élu en 1848 avant de devenir empereur en 1852). Pour autant, si cette jeunesse étonne, il est à noter que de nombreux pays, dans une période récente, ont désigné à leur tête des hommes et femmes de la même génération qu'Emmanuel Macron. Matteo Renzi est devenu chef du gouvernement italien à 39 ans, Charles Michel est devenu Premier ministre de la Belgique plus jeune encore, à 38 ans. La Grèce avait choisi Alexis Tsipras en 2015 alors qu'il n'avait que 40 ans. Justin Trudeau est devenu le Premier ministre du Canada à 43 ans.

Article le plus lu : Attentats de Barcelone et Cambrils : ce que l'on sait : voir les actualités

Versailles / Donald Trump