Louis Aliot : mari ou compagnon de Marine Le Pen, sinon rien

LOUIS ALIOT - Marine Le Pen pourrait devenir présidente de la République en déjouant les pronostics face à Emmanuel Macron. Mais son compagnon Louis Aliot ne sera pas de l'aventure si elle se concrétise...

[Mis à jour le 27 avril 2017 à 17h37] Il l'a dit et redit. Si Marine Le Pen devient présidente de la République le 7 mai prochain, son compagnon, Louis Aliot, se cantonnera à un rôle privé, au mieux de "mari" de de la cheffe de l'Etat, sans aucune incursion dans les affaires du pays. La journaliste Béran­gère Bonte, auteure du livre "Hommes de" (Editions du Moment), le rappelle dans Vanity Fair ce jeudi : Louis Aliot "n'attend que" les résultats de la présidentielle "pour pouvoir rentrer dans le sud, pêcher et faire du bateau avec ses copains"Pas question par exemple d'être l'un des ministres de sa conjointe ou son Premier ministre. Très contesté au sein du Front National par la branche la plus droitière du parti, l'énarque pense que remplir de telles fonctions gênerait Marine Le Pen plus qu'autre chose. Louis Aliot "ne voudrait pas que l'on fasse du tort à Marine Le Pen à travers lui", ajoute la jour­na­liste, en assurant qu'Aliot veut écarter toute "in­fluence privée".

Pas question non plus de remplir le rôle traditionnel de "Première dame". Comme il l'a expliqué à une autre journaliste, Alix Bouilhaguet, auteure du livre "Le couloir de Madame" (Editions de l'Observatoire), paru pendant la campagne, Louis Aliot estime qu'on "n'élit pas un couple à l'Élysée, mais un homme ou une femme". "Les compagnes ou compagnons ne devraient même pas avoir leur mot à dire. Ni même s'installer à l'Élysée d'ailleurs", lâchait-il à l'époque. Louis Aliot avait déjà déclaré que le "respect des institutions" commande de ne plus se mêler de politique si l'on vit aux côtés du chef de l'Etat, "qu'il doit n'y avoir qu'un centre de pouvoir, et que ce centre ne doit surtout pas subir d'influence privée".

EN VIDEO - Si Marine Le Pen est élue, son compagnon Louis Aliot n'ira pas à l'Élysée. 

Louis Aliot a déjà travaillé pour Marine Le Pen

On l'aura compris : exit toute potentielle collaboration professionnelle avec sa compagne si elle devenait présidente. Reste à savoir ce que cet homme, qui n'a pas pour habitude d'être sur la touche, déciderait de faire si Marine Le Pen remportait effectivement l'élection présidentielle 2017. Car aujourd'hui, Louis Aliot est aussi député européen, conseiller municipal à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, vice-président du FN et l'un des principaux lieutenants politique de la candidate. Qu'on se rassure, il a beaucoup d'autres casquettes et de la ressource pour refaire sa vie loin de la politique. Avocat, passionné de rugby et originaire d'Ariège, c'est aussi un ancien enseignant en droit constitutionnel et droit public à Toulouse.

Louis Aliot veut éviter tout soupçon de népotisme. Et il a de bonnes raisons. Le compagnon de Marine Le Pen, au FN depuis qu'il a lâché Chirac en 1988, est surnommé "Loulou la purge" dans les rangs frontistes. C'est lui en effet qui a œuvré en coulisses pour pousser vers la sortie les éléments les plus extrémistes du mouvement frontiste, lors de la longue séquence de "dédiabolisation". Dans les rangs frontistes, il y a donc un "passif" à faire oublier. Mais pas seulement. Car Louis Aliot est aussi allé assez loin par le passé dans la collaboration professionnelle - pour ne pas dire politique - avec sa compagne, comme l'a récemment rappelé Le Canard Enchaîné. Il a été assistant parlementaire de Marine Le Pen entre 2011 et 2013, comme l'a récemment rappelé le Canard Enchaîné. Comme François Fillon avec son épouse Penelope, la candidate à l'élection présidentielle a elle aussi employé son conjoint, pour une rémunération de 5000 euros brut par mois, à temps partiel.

Louis Aliot : embaucher son conjoint est interdit à Strasbourg

Embaucher son conjoint en tant qu'assistant parlementaire est autorisé par le Parlement français, si tant est que ledit conjoint ne soit pas en situation d'emploi fictif (ce dont Penelope Fillon est suspectée). Mais à Strasbourg, la pratique est en revanche strictement interdite. Un élément gênant pour Marine Le Pen en plein scandale Fillon. Autre élément compromettant : comme Penelope Fillon, Louis Aliot s'est toujours gardé de mentionner son poste au Parlement européen et plusieurs médias, dont RTL, rappellent qu'en 2012, alors qu'il était censé travailler pour Marine Le Pen à Strasbourg, il s'occupait bel et bien de sa campagne présidentielle à Paris...

Louis Aliot n'est d'ailleurs pas le seul membre de la famille le Pen à être mentionné par le Canard Enchaîné. Yann Le Pen, la soeur de la candidate du Front national, qui compte parmi les cadres historiques du parti en coulisses, a elle aussi été embauchée par le parlement européen, mais par Bruno Gollnisch cette fois. Un proche parmi les proches du patriarche Jean-Marie Le Pen. Comme Louis Aliot, Yann Le Pen a été assistante parlementaire au Parlement européen, "à la demande expresse de Jean-Marie Le Pen", selon l'hebdo satirique.

Quand Marine Le Pen défend Louis Aliot

Invitée de l'Émission politique de France 2, jeudi 9 février, Marine Le Pen avait dû s'expliquer sur l'emploi de son campagnon. Sans répondre sur la suspicion d'emploi de complaisance pour celui qui partage sa vie, elle s'était emportée. "Les Français font bien la différence entre Monsieur Fillon et moi. Moi je suis d'une famille engagée dans la politique, ça fait 25 ans que vous nous le reprochez. Cette situation n'a rien à voir. Il n'y a pas d'enrichissement personnel", a-t-elle tout simplement affirmé, avant d'en venir plus précisément au salaire versé à Louis Aliot : "5000 euros brut pour un mi-temps, oui. En l'occurrence, avant d'être mon compagnon, il est avocat et docteur en droit. Et d'ailleurs, le Parlement européen n'a pas considéré que ça participait des niveaux de salaires, à ce niveau de compétence et d'études, attribué. Les Français doivent considérer que c'est beaucoup, mais comme le salaire des journalistes de France Télévision".

Reste que Louis Aliot et Marine Le Pen ont déjà, par le passé, été épinglés par l'Organisme antifraude de l'Union européenne (Olaf) en 2013, mais aussi par Mediapart la même année. A l'époque, la présidente du FN faisait valoir que sa relation avec Louis Aliot ne pouvait être qualifiée de "relation stable", les deux amants n'étant ni mariés, ni pacsés. Le retour de ces révélations est par ailleur malvenu pour Marine Le Pen qui doit déjà batailler dans une affaire d'emplois fictifs au Parlement européen. Ce dernier a commencé à effectuer des retenues sur l'indemnité de l'eurodéputée en contrepartie de l'emploi de Catherine Griset, ancienne belle-soeur et elle-même ancienne assistante parlementaire, qui est soupçonnée d'avoir travaillé en réalité en tant que cheffe de cabinet au sein du Front national.

Saisie de cette affaire, la justice française a demandé ce 14 avril 2017 la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen au Parlement européen. Jusqu'à présent, la candidate du FN avait refusé de se rendre aux convocations de la justice qui tente d'y voir plus claire sur ces soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires du Front national.

Article le plus lu : Macron - Le Pen : le grand comparatif : voir les actualités

Présidentielles / Marine Le Pen

Annonces Google