François Asselineau (UPR) : programme et biographie du candidat

PROGRAMME & BIOGRAPHIE - En couple ou célibataire ?... Plus ou moins d'Europe ?... Découvrez le programme et la biographie de François Asselineau, candidat UPR à l'élection présidentielle 2017.

[Mis à jour le 21 avril 2017 à 18h42] François Asselineau, candidat UPR à l'élection présidentielle 2017, a eu 15 minutes pour convaincre les électeurs jeudi 20 avril en direct sur France 2, Franceinfo TV et France Inter alors qu'un attentat terroriste sur les Champs-Elysées (1 mort et 3 blessés) revendiqué par Daesh venait perturber l'émission. L'UPR assume le fait que le programme conçu en 2011 - pour l'élection de 2012 à laquelle François Asselineau n'avait pas pu se présenter - soit essentiellement le même pour 2017. Pour le parti, cela montre même "qu'à la différence de la plupart des politiciens qui présentent un programme différent à chaque élection, celui de François Asselineau reste constant à travers les années".

François Asselineau marque incontestablement cette campagne par ses propositions étonnantes, formulées avec une certaine grandiloquence, démontrant une vision du monde assez dichotomique - sinon manichéenne. "La France vit actuellement une période sombre de son histoire bimillénaire", écrivait-il sans ambages dans son programme de 2012. "Comme toujours dans ces périodes, une dictature veut imposer sa conception de la vie, imposer un modèle de rapports économiques et sociaux, imposer un type de culture et imposer une soumission diplomatique et militaire, qui révulsent au plus profond d'eux-mêmes une grande majorité des Français". Face à cette "dictature de plus en plus implacable, destructrice, guerrière et prédatrice" qui est "l'œuvre de la construction européenne" (sic), le président de l'UPR propose tout simplement un "programme de libération". 

Programme de François Asselineau : les principales propositions

  • Sortir de l'Union européenne
  • Sortir de l'Euro
  • Sortir de l'OTAN
  • "Mettre un terme à la propagande de l'oligarchie euro-atlantiste qui postule l'impuissance des peuples à maîtriser leur propre avenir"
  • Relocaliser en France le plus grand nombre possible de commandes publiques
  • Développer l'actionnariat salarié
  • Valoriser les bas salaires par rapport aux systèmes d'indemnisation du chômage
  • Fixer un cadre constitutionnel aux médias et renationaliser TF1
  • "Refuser la stigmatisation insidieuse des Français d'origine arabe"
  • Réattribuer à la Banque de France son rôle de financement
  • Interdire la privatisation des services publics stratégiques existant actuellement dans le domaine de la santé et de l'éducation
  • Lancer un grand plan de construction de logements sociaux
  • Assurer un meilleur remboursement des frais de santé pour tous les Français, notamment les soins oculaires et dentaires
  • Inscrire dans la Constitution le principe de la retraite par répartition
  • "Arrêter l'américanisation subliminale des cerveaux", en renforçant l'aide des pouvoirs publics à "la création artistique française, aux films et aux chansons françaises"

Pour lire l'intégralité du programme de François Asselineau, cliquez ici

Lutte contre le terrorisme : renflouer le budget de la défense 

En réaction à l'attentat mortel sur les Champs-Elysées perpétré jeudi 20 avril au nom de Daesh et à l'arrestation mardi 18 avril de deux hommes suspectés de préparer un attentat contre les candidats de l'élection présidentielle 2017, François Asselineau a rappelé ses propositions en matière de lutte contre le terrorisme, ou plutôt contre "toutes les formes de terrorisme" comme il le précise dans son programme. Il souhaite ainsi renflouer le budget de la défense, qui a été diminué au cours de ces dix dernières années, pour le faire remonter "d'ici la fin du quinquennat à 3% du PIB". Par ailleurs, le candidat UPR veut mettre un terme à "toute  complaisance avec l'émirat du Qatar ou avec l'Arabie Saoudite". Enfin et surtout, François Asselineau veut que la France sorte de l'OTAN, afin que le nouveau gouvernement puisse choisir librement dans quel conflit il souhaite intervenir.

En matière de lutte contre le terrorisme, le candidat à la présidentielle 2017 est par ailleurs très critique vis-à-vis de ses concurrents ayant déjà occupé des postes à responsabilité au sein des précédents gouvernements, tels que François Fillon (ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy) ou Emmanuel Macron (ex-ministre de l'Economie de François Hollande). "Monsieur Fillon, comme monsieur Macron, qui est le Hollande bis, sont les partisans d'une seule et même politique qui est la politique d'alignement complet sur les Etats-Unis et donc approuvent les guerres illégales au Moyen-Orient, désorganisent les services de police, suppriment des policiers, font une politique de rigueur généralisée, en fait désorganisent l'Etat", s'est-il désolé sur BFM TV. A noter que François Asselineau ne fait par ailleurs aucun lien direct entre terrorisme et immigration, contrairement à certains de ses concurrents comme la candidate du Front national, Marine Le Pen. 

Immigration : Asselineau souhaite organiser un référendum 

Le candidat de l'Union populaire républicaine (UPR) à l'élection présidentielle française 2017 a en effet déclaré il y a quelques jour dans notre émission .pol (voir ci-dessous) vouloir, s'il parvenait à accéder à l'Elysée, organiser un grand débat national de plusieurs mois sur la question de l'immigration avant de prendre des mesures concrètes, s'opposant ainsi aux 10 autres programmes des candidats de la présidentielle - qui présentent tous des mesures déjà arrêtées sur la question - et plus particulièrement à celui de Marine Le Pen (Front National) ou de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise). Le candidat UPR considère en effet qu'il s'agit d'un sujet très difficile, sur lequel il faut bien peser les pour et les contre, parce qu'il "touche des êtres humains" et que "personne ne quitte son pays par plaisir".

Ce débat, organisé de "façon loyale", serait suivi, selon François Asselineau, d'un référendum. Interrogé sur la nature de la question qui serait éventuellement posée aux Français, le candidat UPR reste assez flou, précisant qu'elle n'était pas encore finalisée. Il a tout de même évoqué la possibilité de demander par exemple aux citoyens "s'ils voulaient oui ou non rester dans l'espace Schengen". Une thématique liée à celle de la sortie de la France de l'Union européenne, que le candidat souhaite absolument et envisage de manière très concrète.


Sortie de l'Europe : Asselineau programme un retour au franc en 3 jours 

Mercredi 12 avril, sur France Info, François Asselineau a détaillé les modalités de sa proposition de sortir de l'euro pour revenir au franc, ou plus précisément de "créer un nouveau franc", ce qui permettrait selon lui de faire baisser de 1 à 2 millions le nombre de chômeurs au sein de l'Hexagone. Alors que l'éditorialiste Jean-Michel Apathie lui faisait remarquer que changer de monnaie nationale prenait du temps, notamment pour retirer les billets de la circulation et en imprimer de nouveaux, François Asselineau a répliqué au contraire qu'une telle opération pouvait se faire très rapidement, en l'espace de trois jours. "Pendant un week-end ou pendant quatre ou cinq jours, on met des coups de tampon ou des timbres secs sur des billets existants ce qui montre qu'ils sont devenus des billets en franc, le temps d'imprimer de nouvelles coupures", a détaillé le candidat à la présidentielle, estimant par ailleurs que la mise en circulation complète du nouveau franc pouvait se faire en moins d'un an sur tout le territoire.

Asselineau 2017 contre la "dictature" européenne

Ces détails pratiques lui permettent de se démarquer des autres candidats à l'élection présidentielle, technique déjà mise en place sur lors du grand débat organisé par BFM TV et CNews mardi 4 avril dernier. Celui qui selon ses propres mots à "toujours créé la surprise" a profité de l'événement pour se dissocier de Marine Le Pen avec qui il ne partage pas tout à fait les mêmes opinions. Au sujet d'une sortie de la France de l'Union européenne, "Madame Le Pen ne propose pas la sortie de l'UE, c'est une légende urbaine. Elle veut renégocier les traités européens", a-t-il notamment estimé.

Biographie de François Asselineau 

François Asselineau, candidat de l'Union populaire républicaine (UPR) à la présidentielle 2017, en est convaincu : les sondages ne reflètent pas la réalité du terrain, et son résultat au premier tour sera bien meilleur que celui avancé pour le moment (1% des suffrages exprimés selon le "PrésiTrack" Opinionway-Orpi pour Radio Classique et Les Echos). Mercredi 12 avril, l'invité politique de France Info a ainsi assuré être accueilli comme une véritable star lors de tous ses déplacements, se comparant même à Madonna, et faire des meeting plein à craquer.

Diplômé de HEC, de l'ENA, ancien directeur de cabinet de Françoise de Panafieu lorsqu'elle était ministre dans le gouvernement d'Alain Juppé, collaborateur de l'ancien ministre Gérard Longuet, le président de l'UPR n'a rien du candidat hors système, bien qu'il fasse depuis des années de la politique de manière atypique, en étant très actif sur le Web et mobilisant des centaines de militants, qui consacrent une énorme énergie à coller des affiches. Depuis les années 2000, il développe dans son parti une théorie conspirationniste, convaincu que l'administration des Etats-Unis tire les ficelles de l'exécutif français et européen (en lire plus).

Côté vie privé, le candidat ne dévoile presque rien. Marié, il dit être fier de sa femme, "une universitaire très discrète", '"qui a eu son bac à 15 ans", sans révéler son identité, pour "la protéger" des médias, comme il le fait pour ses deux enfants. 

Article le plus lu : La PMA pour les couples lesbiens bientôt légale ? : voir les actualités

Présidentielles / Union européenne