Sylvie Goulard : une démission clairement liée aux affaires

GOULARD - Elle était pressentie à Matignon et a finalement été nommée au prestigieux poste de chef des Armées. Sylvie Goulard démissionne à la surprise générale. L'affaire des assistants du Modem est en cause...

[Mis à jour le 20 juin 2017 à 13h05] Sylvie Goulard le dit le plus clairement du monde. Sa démission du gouvernement est bien liée à l'affaire des emplois d'assistants du Modem au Parlement européen. Selon LCI, la ministre de la Défense démissionnaire tient à démentir que cette sortie du gouvernement Macron soit liée à toute raison "personnelle". Sylvie Goulard "s'applique des critères d'exigence qui peuvent étonner" selon un de ses proches. La démission a  le cette femme portée à l'un des postes les plus importants de l'équipe d'Edouard Philippe a en tout cas pris tout le monde de court ce matin, comme celle de Richard Ferrand hier. Mais la ministre des Armées l'a dit d'entrée : elle démissionne car elle veut"démontrer sa 'bonne foi' dans l'enquête préliminaire sur les assistants parlementaires du MoDem".

C'est d'ailleurs la ministre de la Défense Sylvie Goulard elle-même qui a demandé au chef de l'Etat de ne pas figurer dans la liste des ministres du prochain gouvernement. Cette élue centriste, grande spécialiste de l'Europe, était pourtant pressentie il y a encore peu de temps pour Matignon, avant qu'Edouard Philippe ne soit finalement nommé. Désormais, elle s'en va, préférant sans doute, comme Richard Ferrand, prendre les devants avant une mise en examen qui serait synonyme de démission forcée et qui ferait mauvais genre à quelques semaines seulement de l'élection d'Emmanuel Macron.

Sylvie Goulard complique les plans de Macron

C'est un exercice très délicat auquel doit désormais se plier Emmanuel Macron : composer un gouvernement "bis" avant mercredi soir après des élections législatives victorieuses, mais avec des ministres "sortants" sur la sellette à cause des affaires. Ce lundi, il a lui même demandé à son plus proche lieutenant, Richard Ferrand, de quitter ses fonctions de ministre de la Cohésion des Territoires, officiellement pour briguer la présidence du groupe LREM à l'Assemblée. Mais beaucoup auront souligné que Ferrand, visé par une enquête préliminaire sur une affaire immobilière, a pu être "exfiltré". Sylvie Goulard démissionne cette fois de son propre chef et fait explicitement référence à l'affaire qui la touche, avec d'autres, sur les assistants parlementaires du Modem.

La démission de Sylvie Goulard est lourde de conséquence. Après Richard Ferrand, le départ de ce poids lourd va contraindre Edouard Philippe et Emmanuel macron à un remaniement plus important que prévu, alors que seuls des "ajustements techniques" étaient annoncés. Elle pourrait aussi provoquer d'autres départs, comme celui de Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes elle aussi citée dans l'affaire des emplois d'assistants parlementaires du Modem. Le nom de François Bayrou vient lui aussi immédiatement à l'esprit puisque le ministre de la Justice est le président et le fondateur du Modem. Il s'est personnellement impliqué dans ce dossier en contactant des journalistes pour leur reprocher le traitement de l'affaire.

Sylvie Goulard : un profil parfait pour le gouvernement

Sylvie Goulard avait pourtant le profil parfait pour un poste clé au sein du gouvernement : cette ancienne eurodéputée centriste, qui connaît bien François Bayrou est l'ancienne présidente du Mouvement européen, elle a de bonnes relations avec Angela Merkel, Romano Prodi - dont elle a été conseillère de 2001 à 2004 - et Mario Monti. Elle a travaillé 10 ans au Quai d'Orsay, de 1989 à 1999, alors que la diplomatie française négociait avec Berlin les conditions de la réunification allemande. Elle connaît parfaitement les rouages des institutions et des administrations européennes, a développé ces dernières années un carnet d'adresse utile, voire indispensable. C'est elle qui a rendu possible la rencontre entre Emmanuel Macron et la chancelière allemande durant la campagne de l'élection présidentielle. En la nommant à la Défense, Emmanuel Macron envoyait un signal fort à Berlin, lui qui compte générer une "nouvelle impulsion franco-allemande" pour "refonder l'UE".

Sylvie Goulard, énarque, diplômée de Sciences-Po, maîtrise parfaitement l'anglais, l'allemand et l'italien. Elle a été enseignante au Collège d'Europe de Bruges de 2005 à 2009,  a été chercheur associé au Centre d'études et de recherches internationales CERI. Son CV révèle à quel point sa carrière s'est construite au sein de l'Union européenne (à consulter ici).

Article le plus lu : Johnny Hallyday : son cancer et la rumeur contre-attaquent : voir les actualités

Premier ministre / Emmanuel Macron