Résultat de NKM : les chiffres de sa défaite

RÉSULTAT NKM LÉGISLATIVES - Après une campagne tendue, une agression et une hospitalisation, Nathalie Kosciusko-Morizet jouait sa dernière carte dans une circonscription à l'origine "en or".

Consultez les résultats dans votre ville ou dans votre département en saisissant leur nom ci-dessous :

[Mis à jour le 18 juin 2017 à 22h24] Elle a confirmé elle-même les chiffres qui la donnent perdante dans la 2e circonscription de Paris. Dans un message Facebook, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé sa défaite : "Ce soir, malgré un net sursaut des électeurs en faveur de ma candidature par rapport au premier tour, Gilles Le Gendre a remporté l'élection législative [...]" Dans la soirée, les résultats partiels donnaient pourtant tantôt NKM devant, tantôt derrière son adversaire de la République en Marche Gilles le Gendre. Mais finalement, le résultat est sans appel : 54,53% pour LREM, 45,47% pour LR, comme l'appuient les chiffres définitifs transmis par le ministère de l'Intérieur en fin de soirée (voir les résultats des législatives par circonscription à Paris).

La droite avait peur. Ce dimanche, pour le 2e tour des élections législatives à Paris, le résultat de Nathalie Kosciusko-Morizet était particulièrement scruté. Car NKM héritait d'une circonscription en théorie "imperdable". Entre les 5e, 6e et 7e arrondissements de la capitale, cette zone n'est autre que l'ancienne circonscription de François Fillon, parti dans l'oubli après sa défaite cuisante à la présidentielle. Mais le score de NKM ce soir pouvait être le révélateur d'une campagne extrêmement tendue, marquée par les divisions à droite après la débâcle du 23 avril, et parfois même violente au sens strict, NKM sortant elle-même de l'hôpital après une agression, jeudi matin, sur un marché. 

Nathalie Kosciuscko-Morizet arrivait deuxième seulement de ce premier tour des élections législatives, très loin derrière Gilles Le Gendre de La République En Marche, qui enregistrait 41,81 % des voix. Elle était suivie du candidat dissident de la droite Jean-Pierre Lecoq (9,17 % des voix), maire du 6e arrondissement, soutenu notamment par Rachida Dati qui n'avait pas manqué de pointer le "parachutage" de l'ancienne candidate aux municipales dans une circonscription qu'elle convoitait ardemment. De fait, une flopée de candidats de droite figuraient sur la ligne de départ dimanche dernier, et face à eux Nathalie Kosciuscko-Morizet n'a été que très peu soutenue par les autres cadres de la droite, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin exceptés. La faute à son profil "Macron-compatible" et à de veilles rancœurs qu'elle inspire encore dans son parti Les Républicains.

Mais il y avait pire : alors qu'elle a signé, avec d'autres figures de la droite et du centre, l'appel à saisir la "main tendue" du nouveau président de la République, NKM n'avait pourtant pas bénéficié du traitement de faveur que La République en Marche a réservé à d'autres (Valls, Solère, Le Maire, Riester), qui n'avaient pas de candidat En Marche!  en face d'eux.

Article le plus lu : Les nouvelles perles du bac, édition 2017 : voir les actualités

Elections législatives / Nathalie Kosciusko-Morizet