Assemblée nationale : la distorsion bluffante entre sièges et nombres de voix

ASSEMBLEE NATIONALE 2017 - La répartition en sièges à l'issue des élections législatives peut laisser songeur sur le mode de scrutin, uninominal et majoritaire.

[Mis à jour le 19 juin 2017 à 15h58] Après les résultats des élections législatives, plusieurs partis n'ont pas manqué de critiquer son type de scrutin, à cause des distorsions entre le nombre de votes au niveau national et le nombre d'élus à l'Assemblée. Par exemple, selon le ministère de l'Intérieur le Front national a recueilli 1,6 million de voix en France ce dimanche 18 juin, mais n'a obtenu que 8 sièges au Palais Bourbon. A titre de comparaison, le MoDem, qui a recueilli 1,1 million de votes, disposera de 42 sièges pour les 5 prochaines années. En raison de ce décalage entre le nombre de votes et le nombre d'élus, beaucoup de candidats à la présidentielle s'étaient prononcés pour un scrutin proportionnel aux législatives (Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou) ou un scrutin avec une dose de proportionnelle (Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Benoît Hamon).

© Ministère de l'Intérieur

Le scrutin faisant fi de toute proportionnalité des voix, une majorité écrasante se dégage pour Emmanuel Macron, à l'issue du second tour des législatives. Cela confirme le désir de renouveau du paysage politique malgré une abstention très élevée. Les troupes d'Emmanuel Macron, candidats de La République en Marche, ont largement remporté ces élections législatives 2017, obtenant une majorité très nette à l'Assemblée nationale, pour la législature 2017-2022.

Selon le rapport de force national, les candidats LREM s'imposent avec 42,89% des suffrages, devant les candidats de l'alliance LR à 22,38%. Le FN arrive en troisième position avec 8,86% des suffrages, devant le Modem à 6,05% le PS à 5,67%, la France insoumise à 4,80%, l'UDI à 3,03% (voir la totalité des résultats). A l'Assemblée nationale, cette victoire va se traduire par l'attribution de 361 sièges pour les élus de La République en Marche (319) et du Modem, contre 126 sièges pour les élus LR-UDI-Divers droite, 46 pour le PS-PRG-"divers gauche", 16 sièges pour La France insoumise, 10 sièges pour le PC, 8 sièges pour le FN, 10 pour des candidats Divers. Voici à quoi, ressemblera l'hémicycle dès les prochains jours.

© Source Ipsos Steria

Le renouvellement de l'Assemblée sera d'une ampleur inédite, sous l'effet de la vague Macron qui ouvre les portes à une nouvelle génération d'élus, dont une partie novices en politique, de la loi interdisant le cumul des mandats et des progrès de la parité hommes-femmes. Les deux familles politiques, droite et gauche, qui structurent la vie politique française depuis des décennies enregistrent de sérieux revers, avec l'effondrement du Parti socialiste et Les Républicains en grandes difficultés. Leur part du camembert est réduite à sa portion congrue. Le scrutin a débouché sur "le plus grand renouvellement du personnel politique depuis 1958 et peut-être 1945", lors de l'élection de l'Assemblée constituante, selon le constitutionnaliste Didier Maus, interrogé par l'AFP avant le second tour du scrutin.

Article le plus lu : Johnny Hallyday : son cancer et la rumeur contre-attaquent : voir les actualités

Elections législatives / Assemblée nationale