Gouvernement Macron : composition, ministres et secrétaires d'Etat

Gouvernement Macron : composition, ministres et secrétaires d'Etat COMPOSITION DU GOUVERNEMENT MACRON - Suite à un premier remaniement, le gouvernement Macron compte, depuis le 21 juin 2017, dix-neuf ministres et neuf secrétaires d'État. Liste et biographies express.

[Mis à jour le 18 juillet 2017 à 12h27] La liste des ministres du gouvernement Macron, dévoilée le 17 mai 2017 et modifiée le 21 juin 2017, comprend pour l'instant 28 membres à parité hommes-femmes : dix-neuf ministres et neuf secrétaires d'État. Elle a été modifiée de manière importante après les élections législatives, quatre ministres de poids (François Bayrou du MoDem, Marielle de Sarnez du MoDem, Sylvie Goulard du MoDem et Richard Ferrand de LRM) ayant été écartés parce que cités dans diverses affaires.

Cette équipe exécutive est qualifiée de "gouvernement d'experts", dans le sens où elle ne compte que très peu d'hommes ou de femmes politiques d'envergure. Là où le Président et le Premier ministre expliquent avoir voulu privilégier l'expertise à la carrière politique dans le choix des ministres (un médecin à la tête du ministère de la Santé, un membre du Conseil constitutionnel à la tête du ministère de la Justice, etc...), les mauvaises langues analysent qu'Emmanuel Macron a fait ce choix pour mieux asseoir son autorité, sans avoir à gérer de fortes têtes politiques.  

Composition gouvernement : la liste des ministres

La liste des ministres du gouvernement Macron est la suivante, les nouveaux ministres étant présentés en gras : Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur ; Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique l'Environnement ; Nicole Belloubet, ministre de la Justice ; Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères ; Florence Parly, ministre des Armées ; Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires ; Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé ; Bruno Le Maire, ministre de l'Economie ; Françoise Nyssen, ministre de la Culture ; Murielle Pénicaud, ministre du Travail ; Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale ; Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture ; Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics (Budget) ; Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur ; Annick Girardin, ministre des Outre-mer ; Laura Flessel, ministre des Sports ; Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes ; Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur ; Elisabeth Borne, ministre des Transports.

La liste des secrétaires d'Etat est la suivante : Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement ; Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes ; Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées ; Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique ; Sébastien Lecornu et Brune Poirson, secrétaires d'Etat auprès du ministre chargé de la Transition écologique ; Jean Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe ; Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées ; Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires ; Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des finances.

Premier ministre de Macron

Edouard Philippe a été nommé le lundi 15 mai 2017 à Matignon. Depuis le lundi 8 mai, plusieurs médias prêtaient à Emmanuel Macron l'intention de se tourner vers le député-maire du Havre. Ce (très) proche d'Alain Juppé a l'immense avantage de pouvoir tisser des liens très utiles avec une partie de la droite, dans la perspective - possible - de la fracture de LR. Edouard Philippe incarne aussi le renouveau, l'homme de 46 ans n'ayant jamais joué les premiers rôles sur la scène nationale. Par ailleurs, cet énarque, qui a un passé de militant rocardien durant ses années d'étudiant à Sciences-Po Paris, a travaillé quelques années dans le privé, ce qui lui offre d'autres atouts pour incarner, aux yeux d'Emmanuel Macron, l'homme de la situation.

Ministre de l'Intérieur

Le ministre de l'Intérieur est un proche du président Emmanuel Macron, le maire de Lyon, Gérard Collomb. Les bruits de couloirs le donnaient très réticent à occuper ce poste, très exigeant, en période de menace terroriste pesant sur la France. Mais à la tête de la deuxième ville de France pendant des années, cet ancien socialiste s'est forgé une réputation de "Monsieur Sécurité" puissante. Il est par ailleurs ministre d'Etat, un rang supérieur dans l'ordre protocolaire.

Gérard Collomb a reçu, lors du remaniement du 21 juin 2017, le renfort de Jacqueline Gourault en tant que "ministre auprès du ministre de l'Intérieur". Il s'agit d'une fidèle de François Bayrou. Cette sénatrice MoDem du Loir-et-Cher en poste depuis 2001, est sans aucun doute la nomination qui permet à Emmanuel Macron d'honorer son alliance avec le parti de François Bayrou, malgré la démission de ce dernier. Professeure d'histoire-géographie à l'origine, elle est la maire de La Chaussée-Saint-Victor depuis 25 ans. Depuis 2014, elle est également vice-présidente au Sénat.

Ministre de la Transition écologique l'Environnement

C'est une demi-surprise, en tout cas un coup de force : Emmanuel Macron a choisi de faire de Nicolas Hulot le ministre d'Etat chargé de la Transition écologique. L'ancien présentateur de télévision a mis depuis quelques années un pied en politique, d'abord en poussant les candidats à la présidentielle 2007 a signer un pacte pour l'environnement, qui donnera lieu au grenelle dès l'élection de Nicolas Sarkozy. Puis il envisagera plusieurs fois d'être candidat à la présidentielle, notamment en étant candidat, face à Eva Joly, à la primaire EELV en vue de la présidentielle de 2012. Il devient le numéro 2 du gouvernement Philippe, derrière Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur. Il est lui aussi ministre d'Etat.

Ministre de la Justice

C'est finalement Nicole Belloubet qui reprend le poste de garde des Sceaux depuis le 21 juin 2017. Ancienne élue locale socialiste, la nouvelle ministre de la Justice est âgée de 62 ans. En 2013, elle avait été nommée au Conseil constitutionnel par le président du Sénat, Jean-Pierre Bel. Elle remplace à ce poste le président du MoDem, François Bayrou, nommé garde des Sceaux le 17 mai 2017 et démissionnaire après les législatives. Le maire de Pau est à l'origine de la première loi que fera voter l'Assemblée nationale, la grande loi de moralisation de la vie publique, que portera Belloubet.

Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères

A ce poste, Emmanuel Macron a choisi Jean-Yves Le Drian, l'ancien ministre de la Défense de François Hollande. Ce socialiste canal historique change donc de portefeuille, mais reste à un poste régalien avec une grande partie de dossiers en commun avec son ancien poste. A la Défense, son bilan a été jugé positif avec la lutte contre l'Etat islamique mais aussi avec la signature de plusieurs gros contrats d'armements avec des pays étrangers, notamment pour le rafale.

Ministre des Armées (ministre de la Défense)

Florence Parly a été nommée ministre des Armées le 21 juin 2017. Agée de 54 ans, cette énarque n'est pas tout à fait étrangère au gouvernement. Elle a notamment déjà été secrétaire d'État du Budget entre 2000 et 2002. Socialiste, Florence Parly a adhéré au PS en 1995. Elle a également été directrice générale adjointe chez Air France de 2008 à 2014, puis directrice générale stratégies et finances à la SNCF, et directrice générale de SNCF Voyageur à partir du 1er mai 2016. Elle remplace Sylvie Goulard, eurodéputée centriste, démissionnaire après les législatives.

Ministre de la Cohésion des territoires

Jacques Mézard, sénateur PRG du Cantal, a été nommé le 21 juin 2017 au ministère de la Cohésion des Territoires. Il avait publiquement soutenu Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. Avant d'entrer au gouvernement, d'abord au poste de ministre de l'Agriculture, il a été conseiller général du Cantal et adjoint au maire d'Aurillac, sa ville d'origine. Il remplace Richard Ferrand, ancien secrétaire général de La République en Marche, qui a démissionné après les législatives.

Ministre des Solidarités et de la Santé

A ce grand ministère élargi, c'est Agnès Buzyn qui a été choisie par le président et le Premier ministre. Agnès Buzyn est médecin, spécialisée en hématologie, et enseignante à l'université. Elle a exercé à l'hôpital Necker jusqu'en 2011. Elle dirigeait depuis plus d'un an la Haute autorité de la santé, après avoir été présidente de l'institut national du cancer. La HAS est notamment chargée d'évaluer l'utilité et l'efficacité des médicaments ou actes médicaux et de juger de la pertinence de leur remboursement. Dans le gouvernement Philippe, elle est donc nommée ministre des Solidarités et de la Santé.

Ministre de l'Economie

Emmanuel Macron connaît très bien Bercy. Celui qu'il a désigné - en accord avec son Premier ministre Edouard Philippe - pour occuper son ancien poste est donc Bruno Le Maire. En acceptant de devenir le patron de Bercy, le député Les Républicains de l'Eure, qui avait fait campagne pour devenir président de l'UMP puis pour être investi candidat LR à la présidentielle rompt avec son parti.

Ministre de la Culture

La ministre de la Culture est Françoise Nyssen. Elle s'est fait un nom dans le monde de l'édition, comme PDG d'Acte Sud, qui a édité ces dernières années des best-sellers, des Prix Goncourt et un Prix Nobel. Françoise Nyssen fait parti de ces ministres issus de la société civile. Début mai, elle avait appelé à voter pour Emmanuel Macron dans une tribune publiée par le site littéraire Actualitté : "Dimanche je voterai avec détermination et joie pour Emmanuel Macron. (...) On a vu que lorsque l’extrême droite arrive au pouvoir ces libertés (d'expression) sont remises en cause. Avec Emmanuel Macron qui a mis la culture en première position de son programme, on pourra continuer".

Ministre du Travail

Murielle Pénicaud a été nommée ministre du Travail. C'est à elle que revient la lourde charge de piloter la prochaine réforme du droit du travail, très attendue par les syndicats. La nouvelle ministre fait partie des recrues issues de la "société civile". Murielle Pénicaud dirigeait jusqu'à présent et depuis janvier 2015 Business France, une agence publique dont le but est de promouvoir la France et ses entreprises dans le monde, pour convaincre des investisseurs de s'engager dans l'Hexagone. Elle a également travaillé au sein du groupe Danone et de Dassault Système. Elle a siégé au sein du conseil d'administration d'Aéroports de Paris, de la SNCF, du groupe Orange...

Ministre de l'Education nationale

C'est Jean-Michel Blanquer, directeur de l'Essec, grande école de commerce, qui est le ministre de l'Education nationale. Ancien étudiant de Sciences Po Paris et de Harvard, il a été recteur de l'Académie de Guyane entre 2004 et 2006, recteur de l'Académie de Créteil entre 2007 et 2009, directeur général de l'enseignement scolaire au ministère de l'Education nationale entre 2009 et 2012, puis directeur général du groupe ESSEC (écoles supérieures de commerce) à partir de juin 2013.

Ministre de l'Agriculture

Nommé ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation le 21 juin 2017, Stéphane Travert est un ancien socialiste qui a rallié la cause Macron en intégrant LREM en 2017. À 47 ans, il est également député de la 3e circonscription de la Manche depuis 2012. Il remplace à ce poste Jacques Mézard, sénateur PRG du Cantal, qui est passé au portefeuille de la Cohésion des Territoires par le jeu des chaises musicales post-législatives.

Ministre de l'Action et des comptes publics (Budget)

C'est le très proche de Xavier Bertrand, Gérald Darmanin, qui a été nommé ministre en charge de l'Action et des Comptes publics. Le jeune maire de Tourcoing se met lui-aussi en marge de son parti politique. Quelques semaines avant sa nomination au gouvernement, il s'affichait aux côtés de François Baroin pour préparer la campagne des Républicains des élections législatives.

Ministre de l'Enseignement supérieur

Frédérique Vidal a intégré le gouvernement le 17 mai 2017. Cette ancienne professeur de Sciences et Vie de la Terre, mariée, deux enfants, a 53 ans. Depuis 2012, elle dirigeait l'université de Nice Sophia Antipolis, après y avoir été professeur et maître de conférences. Fait amusant : sa nomination en tant que ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est intervenue alors qu'elle était en plein vol entre New York et Paris, de retour d'un déplacement professionnel...

Ministre des Outre-mer

Annick Girardin a été nommée le 17 mai 2017 ministre des Outre-mer. Comme Jean-Yves Le Drian, elle reste donc au gouvernement, mais change de poste. Elle était ministre de la Fonction publique dans les gouvernements Valls 2 et de Bernard Cazeneuve. Ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon entre 2007 et 2014, elle est également conseillère territoriale de cet archipel depuis dix-sept ans. De 2014 à 2016, elle a été secrétaire d'Etat chargée du Développement et de la Francophonie. Durant la primaire citoyenne de 2017, elle a soutenu Sylvia Pinel. Elle a ensuite soutenu Emmanuel Macron durant l'élection présidentielle.

Ministre des Sports

C'est l'ancienne championne d'escrime qui hérite du poste de ministre des Sports. Il s'agit d'une surprise, puisque d'autres personnalités étaient attendues à ce poste, notamment l'élu parisien Pierre-Yves Bournazel. A noter : la candidature de Paris à l'organisation des JO 2024, un projet soutenu par le président de la République Emmanuel Macron, sera donc portée par Laura Flessel. Dans le "civil", cette dernière a remporté deux fois le titre olympique et a été sacrée 6 fois championne du monde d'escrime. Elle faisait partie des sportifs signataires d'un appel à voter Macron au 2eme tour de l'élection présidentielle. La Guadeloupéenne avait pris sa retraite sportive en 2012. L'épéiste n'est pas la première escrimeuse à occuper le poste avant elle, Jean-François Lamour avait aussi été ministre des Sports.

Ministre des Affaires européennes

Nathalie Loiseau a été nommée le 21 juin 2017 ministre des Affaires européennes. Un temps porte-parole de l'ambassade de France aux États-Unis pendant la guerre d'Irak de 2003, puis directrice générale de l'administration du Quai d'Orsay en novembre 2011 et directrice de l'École nationale d'administration à Strasbourg depuis 2012, cette haute-fonctionnaire de 53 ans a 26 ans de diplomatie derrière elle et a passé une bonne partie de sa carrière au sein du ministère des Affaires étrangères. Elle remplace à ce poste Marielle de Sarnez, proche de François Bayrou, démissionnaire après les législatives.

Ministre des Transports

Diplômée de Polytechnique et des Ponts et chaussées, Elisabeth Borne est âgée de 56 ans. La haute-fonctionnaire était, avant sa nomination en tant que ministre des Transports, directrice de la Régie autonome des transports parisiens, et ce depuis mai 2015. Auparavant, elle a travaillé au sein du ministère de l'Ecologie (auprès de Ségolène Royal), a été préfet de Poitou-Charente, a officié au sein de la SNCF ou encore d'Eiffage. La thématique du Transport ne lui est pas étrangère puisqu'elle a déjà été conseillère technique chargée des transports dans le cabinet de Lionel Jospin à Matignon en 1997.

Ministre de l'Egalité des femmes et des hommes

Il s'agit en réalité d'un poste de secrétaire d'Etat, et non d'un ministère de pleine activité, ce qui a provoqué l'agacement de quelques associations féministes. Marlène Schiappa, 34 ans, est l'un des visages neufs de ce gouvernement. Elle s'est fait connaître en 2008 à travers le blog "Maman travaille", qui a rapidement trouvé une prolongation dans une association du même nom, destinée à promouvoir l'égalité parentale et la conciliation travail/domicile. Marlène Schiappa est également l'auteure de chroniques, essais et d'un roman (Pas plus de 4 heures de sommeil). En 2014, elle fait partie de la liste PS pour les élections municipales au Mans. Suite à la victoire de Jean-Claude Boulard dans la préfecture de la Sarthe, elle devient adjointe au maire, chargée de l'Egalité, de la Lutte contre les discriminations et de la Charte LGBT. Elle avait soutenu le mouvement En Marche! d'Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle.

Secrétaires d'Etat

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances - Benjamin Griveaux est diplômé de Sciences Po et de HEC. A 39 ans, il a déjà un CV politique bien rempli. Il a été successivement : conseiller municipal PS à Chalon-sur-Saône, conseiller départemental, vice-président du conseil général de Saône-et-Loire et vice-président de l'agglomération de Chalon-sur-Saône. Il a également fait partie du cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine sous la présidence Hollande et a travaillé dans la société du CAC 40 Unibail-Rodamco. Il a été l'un des tous premiers membres d'En marche!, avant de devenir porte-parole du mouvement du futur président de la République, dont il est très proche.

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire - Contrairement à sa collègue Brune Poirson, Sébastien Lecornu est loin d'être un novice en politique. Il a déjà été, à seulement 31 ans, assistant parlementaire du député UMP Franck Gilard, conseiller auprès de Bruno Le Maire, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes dans le premier gouvernement Fillon, maire de Vernon (Eure) et président de département. Le benjamin du gouvernement Philippe II a fait ses études en droit à la prestigieuse université d'Assas à Paris.

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire - Brune Poirson est née au Etats-Unis et a fait ses études à l'Institut d'Etude politique d'Aix-en-Provence, dont elle est diplômée. Elle a ensuite : travaillé avec une députée travailliste britannique, géré des projets de distribution d'eau dans les bidonvilles en Inde, fait de la recherche sur "l'innovation sociale et la responsabilité sociale des entreprises" à Boston, exercé dans le secteur public, pour l'Agence française de développement, et dans le privé, pour Veolia. Elle vient d'entrer en politique, ayant été élue au second tour des élections législatives dans la 3e circonscription du Vaucluse, où elle affrontait le redoutable candidat du FN Hervé de Lépinau, candidat à la succession de Marion Maréchal-Le Pen.

Ministre auprès du ministre de l'Intérieur - À 66 ans, Jacqueline Gourault est une fidèle de François Bayrou. Nommée ministre auprès du ministre de l'Intérieur, cette sénatrice MoDem du Loir-et-Cher en poste depuis 2001, est sans aucun doute la nomination qui permet à Emmanuel Macron d'honorer son alliance avec le parti de François Bayrou, malgré la démission de ce dernier. Professeure d'histoire-géographie à l'origine, elle est la maire de La Chaussée-Saint-Victor depuis 25 ans. Depuis 2014, elle est également vice-présidente au Sénat.

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires - Pour quelqu'un qui disait vouloir arrêter la politique, c'est raté. Julien Denormandie, 36 ans, est d'abord ingénieur des Eaux et Forêts, titulaire d'un MBA en économie. II a rencontré Emmanuel Macron à l'Élysée alors que le futur candidat à la présidentielle était secrétaire général adjoint, chargé des questions économiques. Julien Denormandie l'a ensuite suivi à Bercy, où il a été directeur adjoint du cabinet d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie. Surnommé "Macron Boy", il a ensuite été secrétaire général adjoint de La République en marche, dont il a activement participé au lancement, et pilotait jusqu'à sa toute récente nomination la refondation du parti avec Catherine Barbaroux.

Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l’Europe - Jean-Baptiste Lemoyne, 39 ans, est originaire de Vallery, une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Malgré son jeune âge, ce Vallériais a déjà une belle carrière politique derrière lui. Il a déjà été Conseiller général de l'Yonne élu dans le canton de Chéroy, Vice-Président de la Communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne, Maire de Vallery, Conseiller départemental de l'Yonne élu dans le canton de Gâtinais en Bourgogne et Sénateur de l'Yonne, poste qu'il occupe toujours actuellement. Il a évolué au sein du parti de droite Les Républicains depuis 1996. Le 15 mars 2017, Jean-Baptiste Lemoyne annonce qu'il rejoint le camp d'Emmanuel Macron. Cette défection, la première d'un parlementaire LR, est suivie aussitôt d'une annonce de sanction par l'état-major des Républicains. "En accord avec l'ensemble des parlementaires LR de l'Yonne,une procédure à fin d'exclusion (...) est engagée ce jour contre M. Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur et président de la fédération LR de l'Yonne", indique le communiqué, signé par Bernard Accoyer, secrétaire général de LR.

Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées - Avant de s'engager en politique, Geneviève Darrieussecq, 61 ans, été médecin allergologue pendant 25 ans et médecin du sport d'équipes de rugby. Cette mère de quatre enfants s'est faite élire conseillère régionale d'Aquitaine sur le tard, en 2004, puis conseillère départementale des Landes en 2015, siège qu'elle occupe toujours. Depuis 2008, elle est aussi maire de Mont-de-Marsan. Dimanche 18 juin dernier, cette proche de l'ex-ministre de la Justice François Bayrou a été élue députée MoDem des Landes avec 65,12% des voix face au socialiste Renaud Lagrave. 

Faisaient déjà partie du gouvernement Philippe I : Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique ; Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées ; Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement.

Gouvernement / Emmanuel Macron