Boris Faure - M'Jid El Guerrab : les détails de leur altercation

Boris Faure - M'Jid El Guerrab : les détails de leur altercation Le débuté LREM M'Jid El Guerrab a été placé en garde à vue après l'hospitalisation du socialiste Boris Faure, qu'il a frappé à "à coups de casque" mercredi. "L'affaire Boris Faure" prend des proportions importantes...

[Mis à jour le  1er septembre 2017 à 16h09] Une enquête pour "violences aggravées" avait été ouverte hier. Ce vendredi on apprend que M'Jid El Guerrab, le député macroniste des Français de l'étranger qui a frappé le socialiste Boris Faure "à coups de casques" mercredi, a été placé en garde à vue. Il se serait présenté de lui même aux enquêteurs soucieux de plaider sa bonne foi. L'hebdomadaire Marianne rapportait ce jeudi que M'Jid El Guerrab a violemment agressé Boris Faure dans la soirée du mercredi 30 août. Le député LREM  passait rue Broca, dans le Ve arrondissement, en scooter quand il a aperçu le socialiste. Ce dernier est premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'Étranger. Une conversation s'est engagée entre les deux hommes, mais elle a dérapé très rapidement selon un témoin.

"Au bout de quelques minutes, le député lui assène un coup de casque très violent puis un deuxième", expliquait ce témoin à Marianne. Boris Faure serait "tombé par terre, en sang". Ce sont des agents de sécurité qui auraient séparé M'Jid El Guerrab et sa victime avant l'intervention des pompiers qui ont conduit Boris Faure à l'hôpital. Ce dernier a été "opéré en urgence" et a été placé "en soins intensifs" selon son épouse, qui s'est exprimée dans les médias. "Les médecins ne se prononcent pas à ce stade sur les suites pour son état de santé".

"Il a vu M. El Guerrab prendre son casque, prendre de l'élan, et taper, taper très fort"

Selon Delphine Langlois qui a recueilli les explications de son époux avant qu'il ne perde connaissance, Boris Faure "est tombé tout à fait par hasard sur M. El Guerrab. Il lui a dit 'Il faut qu'on remette à plat nos conflits'. Ils ont commencé à discuter", explique-t-elle avant de poursuivre : "Tout d'un coup, il a vu M. El Guerrab prendre son casque, prendre de l'élan, et taper, taper très fort" Il n'a vraiment pas compris, il n'a pas vu venir le coup".

Contacté par Marianne dès le début de cette affaire, M'Jid El Guerrab dit avoir voulu se défendre après avoir été "empoigné par le bras" et "traité d'imposteur, de communautariste de merde" et même de "sale arabe", par Boris Faure. Une version réitérée sur sa page Facebook et dans les dires de son avocat, qui annoncé sa garde à vue. M'Jid El Guerrab reconnait avoir donné des coups de casque à Boris Faure, mais assure qu'il essayait de se défendre : "Boris Faure avait vraisemblablement la volonté d'en découdre. Il m'a agressé verbalement et physiquement en me tordant le poignet devant témoin", assure le député.  "Je me suis légitimement senti agressé physiquement et je me suis défendu". M'Jid El Guerrab dit s'être vu prescrire six jours d'Incapacité totale de travail et annoncé son intention de "porter plainte pour agression" et pour "harcèlement".

"Mon client est sous le choc, M. El Guerrab a été agressé, menacé, il y a des propos racistes graves qui ont été tenus", abonde Me Yassine Yacouti, son avocat ce jeudi. "M. El Guerrab regrette profondément la tournure prise par les évènements, qui ne correspond en aucune manière à sa personnalité ou à son engagement politique".

Boris Faure et M'Jid El Guerrab : une vieille inimitié

Les raisons de l'altercation sont anciennes. En 2016, M'Jid El Guerrab a quitté le PS pour rejoindre Emmanuel Macron et l'année suivante, Boris Faure taxait ce dernier d'"opportuniste ordinaire" dans un billet de blog de Mediapart. Boris Faure était alors le directeur de campagne de Didier Le Bret, candidat PS aux législatives dans la 9e circonscription des Français de l'étranger et adversaire malheureux de M'Jid El Guerrab.

Le Parti socialiste s'est empressé de dénoncer cette violence sur Twitter et a publié un communiqué condamnant "avec la plus grande fermeté cette agression". Et d'ajouter : "Si les circonstances restent encore à éclaircir, il semble établi que notre camarade a reçu des coups, notamment de casque de scooter, d'une violence telle que les pompiers ont été contraints de le transporter en urgence à l'hôpital où il a dû subir une opération chirurgicale. De son côté le parti d'Emmanuel Macron a réagit : "La République en marche condamne les actes de violence commis à l'encontre de Boris Faure (...) Si les circonstances de cette altercation doivent encore être précisées, aucun comportement ne saurait justifier des actes de violence", a communiqué le parti majoritaire.

M'Jid El Guerrab a annoncé qu'il se mettait en retrait du parti et du groupe à l'Assemblée nationale. Mais il n'a pas pour l'instant répondu aux demandes de démissions venant notamment d'un militant Les Républicains. de son côté, la famille de Boris Fauure dément par ailleurs les accusations d'insulte raciste qui auraient été proférées par le socialiste lors de l'altercation, comme un collaborateur de Faure au sein du Parti socialiste qui juge cette accusation "risible".

Parti socialiste