Manifestation du 21 septembre [Direct] : moins de monde, quelques tensions

Manifestation du 21 septembre [Direct] : moins de monde, quelques tensions MANIF LOI TRAVAIL - Sur l'ensemble de la France, les opposants à la réforme du code du travail ont été moins nombreux dans les rues que mardi dernier. A Nantes et à Bordeaux, des débordements ont eu lieu.

L'essentiel - Une nouvelle journée de mobilisation contre les ordonnances réformant le code du travail a été organisée ce jeudi 21 septembre, à l'initiative de la CGT. A Paris, le défilé a réuni entre 16 000 (police) et 55 000 manifestants (syndicats). La manifestation s'est globalement déroulée dans le calme et la bonne humeur, même si quelques échauffourées ont eu lieu dans la capitale, mais aussi à Nantes et à Bordeaux. Salariés, étudiants et quelques retraités ont manifesté aux quatre coins du pays (en bas de cette page, la carte de France des manifs). A Bordeaux, des incidents ont éclaté en marge de la manifestation (voir plus bas).

En direct : suivez les manifs contre la loi travail

19:03 - Fin du direct et fin de la manifestation à Paris

La dispersion a eu lieu dans le calme à Paris, après une nouvelle mobilisation contre la réforme du code du travail. Les manifestants se sont donné rendez-vous dans deux jours, ce samedi 23 septembre, pour une nouvelle journée d'action contre les ordonnances du gouvernement.

17:26 - Tensions à Paris en marge de la manifestation

Des échauffourées ont été constatées dans la capitale française ce jeudi après-midi : des scènes d'affrontements entre quelques manifestants et les forces des CRS ont été filmées et partagée sur les réseaux sociaux.

16:53 - A Nantes, des manifestants construisent un mur

Ambiance d'affrontement à Nantes. Alors que certains tronçons du cortège ont été évacués, que quelques affrontements ont eu lieu en marge du défilé, certains manifestants ont décidé de construire un mur devant le CHU, rapporte France Bleu Loire Océan.

16:43 - 16 000 manifestants à Paris, selon la police

Selon la préfecture de police, ce jeudi 21 septembre, les manifestants qui battent le pavé parisiens sont moins nombreux que la semaine passée. Mardi dernier, la police avait compté 24 000 personnes dans le cortège. La CGT reconnaît elle-aussi qu'il y a moins de monde aujourd'hui malgré le grand soleil. Elle a dénombré 55 000 manifestants, contre 60 000 le 12 septembre.

16:32 - Quelques tensions à Nantes en marge de la manifestation

Plusieurs manifestants et journalistes font état de quelques débordements dans la ville de Nantes. Le cours des 50 otages est le théâtre de quelques affrontements entre certains manifestants et les CRS. France 3 Pays de la Loire rapporte que "les gendarmes mobiles bloquent l'accès au cours des 50 otages" et que "du gaz lacrymogène" a été envoyé en direction des manifestants. Des "échauffourées éclatent", écrit le média.

16:19 - Pendant ce temps, Macron pris à partie à Marseille

Le chef de l'Etat s'est rendu aujourd'hui dans la ville phocéenne pour visiter des installations conçues pour les Jeux Olympiques de 2024. Cet après-midi, il a été interpellé par une personne au sujet de la loi travail. L'échange est un peu décousu, mais un peu tendu.

16:10 - Manifestation à Paris : des étudiants et des lycéens dans le cortège

"Macron t'es foutu, la jeunesse est dans la rue !" Des élèves de plusieurs établissements parisiens ou de banlieue parisienne ont choisi de ne pas se rendre en cours aujourd'hui pour manifester leur désaccord avec les ordonnances réformant le code du travail.

15:55 - A Paris, des salariés CFDT dans la manifestation

Alors que la direction de la CFDT n'a pas appelé à manifester ce jeudi 21 septembre, le syndicat dit réformisme, désormais plus important de France, doit compter avec des militants qui passent outre les consignes nationales. A Paris cet après-midi, quelques délégations, comme la CFDT de la Métallurgie parisienne du nord, sont présentes. Des syndiqués FO sont aussi dans le cortège.

15:48 - A Nantes, des salariés, des retraites, des étudiants et quelques fumigènes

A Nantes, les syndicats ont choisi d'appeler à descendre dans la rue dans l'après-midi plutôt que dans la matinée. Dans le cortège, quelques jeunes personnes ont défilé le visage masqué, tenant à la main des fumigènes. Aucun incident n'est signalé ici pour le moment.

15:30 - A Bordeaux, débordements et quelques violences

Les journalistes de France Bleu Gironde rapportent que la manifestation contre la loi travail à Bordeaux a été perturbée par "l'arrivée d'un groupe d'anarchistes" et évoquent "une violente altercation. Une vidéo montrant une partie des débordements a été mise en ligne :

15:29 - Les insoumis nombreux à Paris, à deux jours de "leur manif" contre la loi travail

Oubliées les dissensions entre les syndicats et Jean-Luc Mélenchon, qui ont choisi d'organiser des manifestations différentes et se disputant le leadership de la contestation ? Ce qui est sûr, c'est que si Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez ne sont pas encore prêts à tenir la même banderole, le leader de la France Insoumise a réussi à faire venir nombre de ses militants. Accompagnés des députés du partis, ces derniers sont nombreux à tracter pour la mobilisation de samedi 23 septembre.

15:09 - Le patron du PCF est aussi dans la manifestation parisienne

Il n'est pas bras-dessus, bras-dessous avec Jean-Luc Mélenchon, il est même à bonne distance du premier des Insoumis : Pierre Laurent est présent lui-aussi pour s'opposer dans la rue à la réforme du gouvernement sur le code du travail. Il s'est réjoui que "des salariés venus de confédérations très différentes sont en train de montrer que la très grande majorité des syndiqués de tous les syndicats sont opposés aux ordonnances".

14:55 - Mélenchon, dans la manifestation, juge que Macron est "de plus en plus autoritaire"

Le leader des Insoumis a été rapidement pris d'assaut par les journalistes et les caméras. Appelé à commenter la petite phrase du président français sur CNN ("La démocratie, ce n'est pas la rue"), Jean-Luc Mélenchon a montré son agacement : "D'abord, le mot "la rue", il y a un côté méprisant. [...] Les noirs américains n'auraient jamais obtenu aucun droit s'ils n'étaient pas passés par la rue, ni les femmes le droit de vote. Je pense que c'est pas bien de parler comme ça. Il y a quelque chose de plus en plus autoritaire dans sa manière de parler, qui est assez calculée de sa part. [...] Il a un vocabulaire qui se droitise de plus en plus".

14:45 - Manifestation du 21 septembre : sans doute moins de monde à Lille

A Lille aussi, le cortège des manifestants semble moins dense que celui de la semaine dernière, selon les premières observations effectuées sur place. La manifestation s'est élancé il y a peu de temps dans le centre de la ville. Ce matin, à Valenciennes, près de 850 personnes ont manifesté.

14:35 - Manifestation à Paris : "visiblement moins de monde que le 12 septembre"

Selon la journaliste Raphaëlle Besse Desmoulières, les manifestants sont moins nombreux aujourd'hui que mardi dernier à arpenter les boulevards parisiens.

Manifestation du 21 septembre 2017 : la carte de France

 

Manifestation du 12 septembre 2017

La semaine dernière déjà, les syndicats CGT, la FSU et Solidaires avaient tous appelé les salariés à faire grève. Quelques fédérations et unions départementales FO et CFE-CGC étaient aussi dans les cortèges, mais il s'agissait d'initiatives isolées, prises contre l'avis de leur direction nationale, qui n'appelait pas à manifester. Le Parti communiste a décidé de se joindre au mouvement, tout comme le syndicat étudiant de l'Unef et plusieurs organisations de jeunesse. Du côté de la France Insoumise s'est manifesté un certain embarras. Si les syndicats ont refusé d'appeler à gonfler les cortèges du 23 septembre - pour le mouvement social initié par LFI - Jean-Luc Mélenchon avait tout de même appelé ses partisans à manifester. De son côté, la direction de la CFDT avait décidé de ne pas appeler les salariés à descendre dans la rue.

Autour du même sujet