Affaire Guéant : piégé par Gérald Dahan, l'ancien ministre reste prudent

L'humoriste Gérald Dahan a piégé Claude Guéant et Patrick Devedjian en se faisant passer pour Manuel Valls. Les deux se sont confiés à un faux ministre de l'Intérieur.

Claude Guéant et Patrick Devedjian, respectivement anciens ministres de l'Intérieur et de la Relance de Nicolas Sarkozy, auraient été piégés coup sur coup par l'humoriste Gérald Dahan. Dans deux extraits audio, diffusés sur Internet par le Canard enchaîné, ce dernier se serait fait passer pour Manuel Valls lors de deux appels téléphoniques. Et les conversations obtenues semblent embarrassantes, bien que peu compromettantes à première vue. Dans le premier extrait, on entend la voix de Claude Guéant qui, croyant avoir affaire à son successeur au ministère de l'Intérieur, s'exprime sur le versement de 500 000 euros découvert sur son compte en banque par la justice la semaine passée. 

"Je suis très sensible, Monsieur le ministre, à votre appel, bien sûr, mais je ne sais pas comment on peut faire", peut-on entendre sur la bande diffusée par le Télégramme. Claude Guéant n'ira pas plus loin dans ses déclarations, malgré l'insistance de Valls-Dahan qui affirmait vouloir "l'aider". A-t-il flairé le canular ? Il promet en tout cas de rappeler le ministre de l'Intérieur plus tard, sur son "téléphone portable". L'appel supposé avec Patrick Devedjian est plus amical. Gérald Dahan, qui imite toujours Manuel Valls, semble d'abord surpris par le tutoiement employé par le député UMP à son égard. L'élu des Hauts-de-Seine et Antony a-t-il tissé des liens d'amitié avec son voisin socialiste de l'Essonne et d'Evry ?

Passée cette anecdote, la discussion ne donne pas plus d'éléments sur l'affaire en elle-même. Seul échange gênant : quand Gérald Dahan, dans son costume de ministre de l'Intérieur, affirme savoir "d'où vient l'argent" de Claude Guéant, estimant qu'il ne vient pas des "tableaux" , Patrick Devedjian acquiesce par un "oui, ça s'est sûr" péremptoire... Le président du conseil général des Hauts-de-Seine semble par ailleurs s'inquiéter de ce qui va "sortir" et de ce qui va être "rendu public".

Avec ce canular, Dahan n'obtiendra pourtant pas plus d'informations. Selon Le Figaro, Claude Guéant n'aurait pas été dupe de cet appel. "J'ai reçu un coup de fil qui m'a semblé étrange à la fois par la teneur et la voix. Je n'ai pas répondu, j'ai perçu que ce n'était pas Manuel Valls", a affirmé ce proche de Nicolas Sarkozy aux journalistes.

EN VIDEO - Le 17 mai 2012, Manuel Valls a pris la succession de Claude Guéant, au ministère de l'Intérieur.

Manuel Valls / Patrick Devedjian

Dernière minute