Anne-Sophie Leclère : son mari a tenté de l'empêcher d'adhérer au FN

Anne-Sophie Leclère : son mari a tenté de l'empêcher d'adhérer au FN Le FN a-t-il signé le début des ennuis pour Anne-Sophie Leclère et pour sa famille ? Dans une interview accordée à l'Express en avril 2013, la candidate du FN avouait que son mari avait montré des réticences quant à son engagement.

Anne-Sophie Leclère est allée trop loin. En assumant sans tergiverser la comparaison de Christiane Taubira avec un singe en octobre 2013, dans un reportage diffusé par France 2 et en qualifiant la ministre de la Justice de "sauvage", celle qui était candidate pour le Front national aux municipales à Rethel, dans les Ardennes, a mis le doigt dans un engrenage qui lui a valu 9 mois de prison ferme et 50 000 euros d'amende. Si elle a été exclue du FN après ses propos, la jeune femme de 33 ans doit sans doute en partie son sort à son adhésion au parti frontiste début 2012. Une adhésion qui s'est faite à l'époque contre l'avis de son mari. Dans une interview accordée à l'Express en avril 2013, quelques semaines avant le scandale, Anne-Sophie Leclère avouait que son époux était "réticent".

Votant pour le Front national depuis "toujours", véritable groupie de Marine Le Pen qu'elle regarde "à chaque fois qu'elle passe à la télé", Anne-Sophie Leclère avoue à l'époque qu'elle voulait "prendre une carte d'adhérente depuis des années", mais que son mari estimait que ça ne servait "à rien". Quand elle adhère en février 2012 et commence à tracter pour le parti, il ira même jusqu'à lui demander d'arrêter. Et quand en mai 2012, n'écoutant qu'elle, elle s'engage dans la campagne des législatives dans les Ardennes, son conjoint, artisan menuisier, craint visiblement pour sa clientèle et sa famille. "Tu ne vas quand même pas t'exposer. On va voir ta tête sur les panneaux ! Avec le magasin, tout le monde nous connaît, on va nous taguer les vitres, rayer notre voiture", déclare alors M. Leclère. Convaincue par son choix, la jeune recrue du FN se vante de ses 17 % et estime au contraire que "beaucoup d'autres commerçants apprécient la délicatesse et l'intelligence de Marine Le Pen" en qui elle croit dur comme fer pour l'élection de 2017.

Anne-Sophie Leclère avoue tout de même dans cette interview avoir eu peur pour ses filles, mais avoir été vite rassurée par le comportement "des copains" qui "sont venus voir celle qui est lycéenne afin de prendre leur carte au FN". A l'époque, elle promettait une campagne de porte-à-porte pour les municipales et surtout de "parler du plus gros problème des gens ici : le chômage". C'est finalement avec une grossière provocation sur une ministre de la République qu'elle s'est illustrée.

Article le plus lu - Italie : un pont autoroutier s'écroule, les images › Voir les actualités

Annonces Google