Benoist Apparu : "Juppé a plutôt bien réussi son entrée dans l'atmosphère, ça a l'air plus compliqué pour Sarkozy"

Benoist Apparu : "Juppé a plutôt bien réussi son entrée dans l'atmosphère, ça a l'air plus compliqué pour Sarkozy" Mariage pour tous, soutien à Juppé, vision de l'UMP... Le député de la Marne a souligné son désaccord de fond à Sarkozy dans notre émission ce mardi.

"Crédible, sérieux, qui reste sur une ligne" : Benoist Apparu estime qu'"Alain Juppé a plutôt bien réussi son entrée dans l'atmosphère, ça a l'air plus compliqué pour Sarkozy et encore plus pour François Fillon". Mais il précise prudemment que "nous sommes à 2 ans de l'élection". Le député de la Marne fustige tout de même les "martingales très marketées un peu dépassées" de ceux qui font campagne avec "la mallette du parfait candidat". Sur le fond, Benoist Apparu ne "partage pas l'analyse" de Nicolas Sarkozy sur la loi Taubira, ni sur les référendums, estime que "l'UMP est une formation de droite et du centre et doit le rester !". Et de tacler en creux l'ancien président sur sa volatilité : "L'enjeu n'est pas de savoir si on va draguer à droite, à gauche ou je ne sais quoi, mais de savoir ce qu'il faut proposer au pays". Alain Juppé, lui ", "dit exactement la même chose à Valeurs Actuelles et aux Inrocks".

"Alain Juppé a plutôt bien réussi son entrée dans l'atmosphère"

Loi Taubira : "Je ne partage pas l'analyse" de Nicolas Sarkozy

"L'UMP est une formation de droite et du centre et doit le rester !"

"Il faut garder, pour moi, ce qui est l'ADN de l'UMP" estime l'ancien ministre, qui rappelle que l'UMP "est un parti de centre et de droite qui réunit les sensibilités centristes et gaullistes". Interrogé sur la capacité de Nicolas Sarkozy à rassembler toutes les composantes de ce qui a fait le parti à sa création, il préfère botter en touche :

 Voir aussi :
Référendum, réforme du travail, préférence nationale : des propositions concrètes à l'UMP

"La carte régionale c'est du bricolage et je crains qu'il nous faudra la changer"

Pour Benoist Apparu, le premier problème de la réforme territoriale est celui de la méthode engagée. "On a fait des régions à la carte sans avoir de philosophie derrière, [...] du grand n'importe quoi !" estime-t-il, tout en craignant "qu'elle ne soit remise en cause dans 5 ans". Si les départementales 2015 ne sont pas concernées, la nouvelle carte sera en revanche en place lors des régionales en fin d'année.

Pas de hausse d'impôts en 2015 ? "Non, je n'y crois pas"

Quid de la promesse de François Hollande de ne pas augmenter les impôts jusqu'à la fin de son mandat ? "Ce n'est pas la première fois qu'il nous fait le coup !" ironise le député de la Marne. "L'engagement de Jean-Marc Ayrault était tout aussi formel, il ne l'a pas tenu" déclare-t-il, en assurant que "quand un responsable, un candidat s'engage sur quelque chose, il doit pouvoir le tenir".


 Voir aussi :
"L'APL doit être gelée"
Investissements étrangers en amélioration ? "Tant mieux et bravo !"
Châlons : "Je baisserai les impôts en 2016, je tiendrai cet engagement"
"Le choc de simplification, ils l'ont pris dans la gueule le BTP"
Professions réglementées : "Il ne faut pas leur mettre un coup de fusil"

"Oui, les élus doivent être sur-exemplaires"

"La Haute Aurorité, il semblerait qu'elle ait réussi à sortir quelques dossiers" répond Benoist Apparu lorsqu'on lui demande si le travail engagé pour obtenir davantage de transparence dans la vie publique porte ses fruits. Le député estime que les fraudeurs doivent être "durement" sanctionnés, mais tient à rappeler le principe de la présomption d'innocence pour chaque affaire. 

L'intégralité de l'émission

Benoist Apparu dans #DirectPolitique

L'UMP n'existera peut-être plus au mois de mars, si celle-ci est refondue au sein d'une nouvelle formation dirigée par Nicolas Sarkozy. Et c'est peu dire que le principal parti d'opposition vit ses probables dernières semaines dans une agitation peu commune : l'affaire Fillon-Jouyet, la suspicion de comptes dissimulés à l'étranger par des parlementaires et les contrecoups de l'affaire Bygmalion participent à accentuer la méfiance des Français vis-à-vis de l'opposition.

Pour préparer un projet d'alternance, pourtant, l'UMP doit préparer avec sérieux la séquence décisive qui s'ouvre, avec des échéances claires : fin novembre, l'élection du président du parti ; 2015, les élections régionales et départementales ; 2016, les primaires des présidentielles. En deux ans, la droite doit se trouver un nouveau leader pour incarner l'opposition à l'actuelle majorité et probablement trancher entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Benoist Apparu, fidèle soutien du maire de Bordeaux qui a le vent en poupe, est venu exposer, entre autres choses, sa vision des campagnes internes à venir, dans #DirectPolitique mardi 18 novembre à 8h30.

L'ancien ministre, député-maire de Chalons-en-Champagne, a eu 40 minutes pour commenter l'actualité politique, pour notamment revenir sur la discussion parlementaire sur la réforme territoriale, la loi sur la croissance présentée le mois prochain, la mise en oeuvre du pacte de responsabilité, ou encore le débat ouvert à l'Assemblée sur le budget 2015. Benoist Apparu a répondu aux questions des rédactions de Linternaute, Ouest-France et 20 Minutes, mais aussi à celles des internautes.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Annonces Google