Elections européennes : le FN exprime sa colère et accuse le gouvernement

Les résultats des élections européennes 2014 approchent à grand pas. Premiers chiffres et colère du FN : les premiers faits marquant de ce dimanche 25 mai.

Une participation de 35,07 % à 17 heures. C'est la principale donnée de cette fin de journée électorale en France. Deux mois à peine après la correction infligée au Parti socialiste lors des municipales, les élections européennes enregistrent donc une faible participation. Alors qu'on annonce une forte poussée du FN, qui pourrait arriver en tête du scrutin ce soir, le scénario semble confirmer que les électeurs des partis pro-européens ne se sont que peu mobilisés pour cette élection. Le FN sera-t-il le premier parti de France ce soir ? Le cataclysme politique annoncé est possible, mais légèrement exagéré. En effet, avec un faible taux de participation, il reste probable que le parti de Marine Le Pen ne progresse pas en réalité en nombre de voix par rapport en 2009.Le Front national est en tout cas attentif au déroulement du scrutin de ce dimanche, et à même dénoncé de "très nombreux dysfonctionnements" accusant le gouvernement "de truquer par les moyens les plus odieux le vote des Français", citajt "l'absence de bulletins de vote du Front national" ou "la présence de bulletins de vote FN ne correspondant pas à la circonscription électorale du bureau concerné". Des allégation graves que dément le ministère de l'Intérieur. "Les allégations contenues dans un communiqué diffusé par un parti politique en début d'après-midi ont fait évidemment immédiatement l'objet de vérifications" explique le ministère qui précise "Il apparaît qu'aucun des faits avancés n'est en mesure de porter atteinte à la sécurité du scrutin, soit parce qu'ils ne sont pas avérés, soit parce qu'ils avaient déjà été traités".

Qui sera élu au parlement européen ce soir à l'issue des résultats des européennes ? Il semble donc probable que Marine le Pen, tête de liste dans le Nord renouvelle son mandat, tout comme son père Jean-Marie le Pen, candidat quant à lui dans le Sud-est et doyen de l'assemblée européenne. La nouvelle vedette du FN Florian Philippot, candidat quant à lui dans l'est, devrait peut être figurer dans la liste des 74 élus français au Parlement européen, permettant ainsi au Front national de compter ainsi un élu de plus. D'autres élus frontistes pourraient émerger comme en Ile-de-France. Des zones qui seront de nouveau sous le feu des projecteurs lors des départementales, en 2015. A droite, les têtes de liste sont toutes quasi-certaines de l'emporter comme Alain Lamassoure, secondé par Rachida Dati en Ile-de-France, Nadine Morano, Brice Hortefeux, Renaud Muselier, Michèle Alliot-Marie, Alain Cadec et Jérôme Lavrilleux. Côté PS, Vincent Peillon, Edouard Martin, Pervenche Berès, Gilles Pargneux, Isabelle Thomas, Virginie Rozière ou Jean-Paul Denanot devraient aussi obtenir leur ticket sauf grosse surprise. Restent quelques sièges à pourvoir selon la logique de la proportionnelle. Les vedettes ou les candidats de grands partis comme l'UDI-Modem (Marielle de Sarnez, Jean Arthuis), EELV (Pascal Durand, Eva Joly, José Bové, Sandrine Bélier, Yannick Jadot , Karima Delli), Front de Gauche (Jean-Luc Mélenchon, Jacky Hénin) seront aussi probablement élus. Ce sont donc près d'une trentaine de futurs députés européens sur 74 qu'on peut, sans trop de risque, d'ores et déjà citer, l'e scrutin de liste à la proportionnelle facilitant la présence de petit partis mais assurant au moins l'élection des chefs de file des plus grands.

Article le plus lu : Macron - Le Pen : le grand comparatif : voir les actualités

Elections européennes / A la une

Annonces Google