Jean-Luc Mélenchon : le profond coup de blues du leader du Front de Gauche

Jean-Luc Mélenchon : le profond coup de blues du leader du Front de Gauche Epuisé, Jean-Luc Mélenchon n'en peut plus et affirme qu'il a besoin de repos. Le leader du Front de Gauche regrette les récents échecs de son parti et laisse entendre qu'il va se mettre en retrait.

Le patron du Parti de Gauche est un homme sensible. S'il a la peau dure, Jean-Luc Mélenchon exprime depuis des semaines sa fatigue et son désarroi face aux échecs électoraux à répétition et face aux divergences manifestes entre le Parti communiste et le Parti de gauche. "Là j'ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles" reconnaît le député européen dans un entretien au site Internet Hexagones. Doit-on comprendre que Jean-Luc Mélenchon va prendre sa retraite ? "J'ai besoin de temps, je ne peux plus continuer comme cela" précise-t-il, expliquant qu'il est de plus en plus las de tenter d'imposer sa ligne radicale au PCF et au sein du Front de gauche : "Depuis le début, il y a deux lignes en quelque sorte. Celle qui est portée par la direction du Parti communiste, qui est plus institutionnelle, plus traditionnelle, où on continue à penser que la gauche est une réalité partiaire, organisée et qu'on peut rectifier le tir du Parti socialiste. Et puis, il y a une autre qui pense que ça, c'est un monde qui est quasiment clos, qu'il faut construire et qu'on le fera progressivement à condition d'être autonome".

Depuis le premier tour de l'élection présidentielle, en 2012, le Front de gauche ne semble plus parvenir à mobiliser son électorat. Pire, selon Jean-Luc Mélenchon, cette incapacité manifeste à convaincre le PCF et les électeurs de voter pour une autre gauche, sans aucune compromission avec le PS, ouvre un boulevard à sa pire ennemie politique : Marine Le Pen. Comble du comble, le leader du Front de gauche a la certitude qu'elle sera au second tour de l'élection présidentielle en 2017. "Pourquoi elle va y arriver ? Parce que la société est en train de se vider de l'intérieur. Parce que la société est en train de se diriger vers le point 'qu'ils s'en aillent tous'. Et quand le point 'qu'ils s'en aillent tous' est atteint, tout saute en même temps" regrette-t-il. Jean-Luc Mélenchon aurait-il perdu la foi ? "J'aspire à ce que le niveau de pression sur moi baisse" précise-t-il. Même blessé, épuisé ou heurté dans ses convictions, cet animal politique n'est pas prêt de laisser son parti sans chef. Parions que l'homme a bien trop d'appétit pour ne pas affronter une nouvelle campagne présidentielle, son exercice préféré.

EN VIDEO - Sur le plateau de #DirectPolitique, Jean-Luc Mélenchon s'en prenait avec virulence à François Hollande en décembre dernier, considérant qu'il était un "gros menteur". Le leader du Front de gauche exprimait déjà une certaine exaspération :

Article le plus lu - Pont de Gênes : de jeunes Français parmi les victimes › Voir les actualités

Annonces Google