Pascal Perrineau : "Le Front national est devenu un front local"

Pascal Perrineau : "Le Front national est devenu un front local" Le politologue, spécialiste de la sociologie électorale et de l'extrême droite, était l'invité de #DirectPolitique sur Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France ce mardi.

A moins d'une semaine des élections départementales, Pascal Perrineau a commenté sur notre plateau la forte dynamique du FN au niveau local. Pour ce spécialiste de l'extrême droite, le parti de Marine Le Pen "apparaît aujourd'hui davantage comme le parti de l'opposition" face à une UMP toujours convalescente. Or "dans les élections intermédiaires, il y a toujours une prime à l'opposition", selon lui.

"Un vote de protestation qui est en train de devenir un vote d'adhésion"

Pour Pascal Perrineau, le vote FN, vote de protestation jusqu'ici, est surtout "en train de devenir un vote d'adhésion". "Il lui restera à franchir une troisième étape qu'il n'a pas franchie pour l'instant, c'est de devenir un vrai vote pour une alternance de gouvernement".

Valls et le FN : "une erreur stratégique"

Pour Pascal Perrineau, la volonté du gouvernement de nationaliser cette élection et de viser le Front national est "sans doute une maladresse". Le politologue estime que l'on a affaire à "des élections nationales départementalisées" dues à un "axe de campagne choisi par le gouvernement". "Je crois que la manière réitérée avec laquelle le Premier ministre a mis le FN sur le devant de la scène ne contribue pas à baisser la fièvre mais au contraire l'alimente", analyse le professeur à Sciences Po qui poursuit : "La priorité du Premier ministre était tellement de mobiliser l'électorat de gauche, qu'il est allé chercher dans la vieille boite à outils de la gauche l'antifascisme".

VOIR AUSSI

"Pour l'instant, le FN a un programme départemental extrêmement léger"

"13% des électeurs qui ont voté François Hollande [...] vont voter FN"

"Les candidats ne connaissent pas les limites des circonscriptions dans lesquels ils se présentent"

Le réforme de la carte électorale et du mode de scrutin avant les départementales pèseront sur ces élections selon Pascal Perrineau et en particulier sur l'abstention qu'il annonce à plus de 50 %. "Ces élections sont relativement illisibles", indique l'expert de la sociologie électorale qui ajoute de surcroit qu'on va "voter pour une assemblée dont on ne connait pas les compétences" avec la réforme territoriale en cours. "Je crois que les socialistes se sont trompés", ose même le politologue, affirmant que changer les règles avant et même pendant les élections sera préjudiciable. "Ça a été fait trop près des échéances électorales. Dimanche, beaucoup de Français vont aller voter dans des territoires dont ils ne connaissent plus les limites", conclue-t-il avec un terrible constat : "Les candidats ne connaissent pas les limites des circonscriptions dans lesquels ils se présentent".

VOIR AUSSI

"Il aurait été beaucoup plus raisonnable de stabiliser d'abord les compétences"

"La France n'a pas les moyens de s'orienter vers le vote obligatoire"

Tour de France : 10 départements clés à la loupe

Le Nord et les Bouches-du-Rhône, départements très peuplés où la gauche hégémonique est contestée ; Corrèze et Essonne, fiefs de Hollande et Valls menacés ; Aisne, Oise, Vaucluse, Var, les départements visés par le FN ; mais aussi Ille-et-Vilaine et Loire Atlantique, symboles d'une droite conquérante dans le Grand Ouest : Pascal Perrineau a décrypté les enjeux des départementales dans 10 départements clés.

VOIR AUSSI

"Nicolas Sarkozy a du mal à revenir, il a du mal à exister"

PS - "Il s'agira sans doute bien plus que d'une défaite"

"L'hyper centre n'est pas une hyper puissance électorale"

Et après ? Un troisième tour "encore plus explosif"

L'après-élections s'annonce "encore plus explosif" selon Pascal Perrineau qui pronostique un "troisième tour" tendu quand il s'agira, dans les assemblées élues, de dégager des majorités. "Dans certaines terres de gauche, où la droite aura effectué une forte poussée, il va y avoir un rapport de force relativement équilibré entre le bloc des droites et le bloc des gauches", prévoit l'ancien dirigeant du Cevipof. Des élus pourraient alors être tentés de s'allier avec "les quelques élus Front national" pour diriger le département. Un scénario semblable à celui des cantonales 1998, quand plusieurs élus avaient pactisé avec le FN, n'est pas à exclure selon lui.

VOIR AUSSI

"Le PS est très exposé" aux régionales"

"Explosion du PS lors du Congrès ? "Les socialistes ne sont pas complètement fous"

REPLAY - L'intégralité de l'émission avec Pascal Perrineau

Pascal Perrineau invité de #DirectPolitique

Le premier tour des départementales aura lieu le 22 mars et c'est bien une vague "bleu-marine" qui se profile. Dans la quasi-totalité des sondages publiés avant cette élection, le Front national est donné en tête avec 30 % des suffrages au niveau national. L'UMP, alliée à l'UDI dans la majorité des départements, semble d'ores et déjà relégué au rôle de challenger. Si la droite peut encore prendre la première place dimanche, c'est en effet en tant que compétiteur d'un favori désigné qu'elle le fera. Le PS, lui, est relégué à la troisième place avec un peu plus de 20 % des intentions de votes. Divisée, la gauche, qui détient aujourd'hui une soixantaine des 100 départements français, pourrait en perdre la moitié. Le tout avec une abstention record annoncée. Quels sont les véritables enjeux de ces élections départementales 2015 ? Peut-on faire confiance aux sondages qui pronostiquent une poussée du Front national ? Le vote FN aux départementales est-il un vote d'adhésion ? Comment analyser l'implantation du parti de Marine Le Pen au niveau local ? Combien de cantons et surtout combien de départements sont susceptibles de basculer à droite mais aussi à l'extrême droite ?

Dans ce contexte électoral particulier, Pascal Perrineau, politologue, professeur des Universités à Sciences Po, était l'invité de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France ce mardi 17 mars. Spécialiste de la sociologie électorale et de l'extrême droite, il a répondu aux questions des rédactions ainsi qu'à celles des internautes.

Pascal Perrineau

Enseignant dans le Collège universitaire et le Master de Sciences Po, Pascal Perrineau a dirigé le CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, jusqu'en décembre 2013. Ses nombreux ouvrages et articles sur l'évolution de l'idéologie et des clivages politiques européens, le vote en France et en Europe, mais aussi les comportements électoraux en ont fait une référence dans le monde de la recherche en sciences politiques en France. Expert de l'extrême droite, il a décelé parmi les premiers l'évolution de l'électorat du Front national en France dans les années 1990, de plus en plus tourné vers les ouvriers. Pascal Perrineau, chargé du domaine "Fait politique" aux Presses de Sciences Po avec Janine Mossuz-Lavau et de la collection CEVIPOF aux Editions Autrement, aux côtés d'Anne Muxel, remplit par ailleurs plusieurs missions d'expertise politique auprès de plusieurs organisations, comme par exemple le Conseil de l'Europe.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Annonces Google