Présidentielle : ces candidats auxquels vous avez échappé

Présidentielle : ces candidats auxquels vous avez échappé Le Conseil constitutionnel vient de valider la liste des candidats à l'élection présidentielle. Une dizaine de prétendants "officiels" sont parvenus à obtenir les 500 parrainages. Ils étaient pourtant deux à trois fois plus nombreux sur la ligne de départ...

Dominique de Villepin et Corinne Lepage ne seront pas de la partie. Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou et surtout Jacques Cheminade ont finalement réussi à se qualifier. Le Conseil constitutionnel a dévoilé aujourd'hui la liste officielle des candidats à l'élection présidentielle. Une dizaine de "prétendants" seront ainsi départagés par les urnes les 22 avril et 6 mai prochain. Ils étaient pourtant deux à trois fois plus nombreux sur la ligne de départ. Du plus farfelu au plus motivé, du véritable "impétrant" au vrai blagueur, tour d'horizon de ces candidats auxquels vous avez échappé pour cette présidentielle.

 

Défenseurs des abeilles, du plaisir, des retraités, du voile...

 

David Derrien, 41 ans. Ce Breton se présentait comme le défenseur de la "diversité biologique", comprenez de la biodiversité face aux menaces que font peser sur elle les pesticides. En se déguisant en abeille mâle, "Dédé l'Abeillaud" pouvait passer pour un candidat farfelu. Proche des apiculteurs et des "faucheurs volontaires", il aura malgré tout obtenu 360 signatures avant de se retirer.

cindy 2
Cindy Lee © Capture Ina

Cindy Lee, 40 ans. Elle apparait à chaque élection depuis 2002 avec ses tenues légère. Cindy Lee est la porte-parole du Parti du plaisir. Son objectif : "le bien être de l'individu dans tous les domaines". Ses moyens : des "happenings sexys" dans lesquels elle n'hésite pas à jouer la strip-teaseuse. Parmi ses dadas, la création d'une agence de notation publique, mais aussi la légalisation de la prostitution.

 

Victor Izrael, 74 ans. Ce médecin spécialisé dans la lutte contre le cancer a fait de la maladie son principal et quasi-unique thème de campagne en 2011. Son "Parti contre le cancer" voulait multiplier le nombre de cancérologues en France. Mais après une campagne de communication porteuse, il s'est progressivement effacé de la course, au point de ne plus être cité parmi les prétendants depuis l'automne dernier.

Paul Léoni, 71 ans. D'ami des stars à entraineur de foot en passant par garde du corps de François Mitterrand, Paul Léoni à eu plusieurs vies. Désormais, c'est dans la politique que ce retraité veut se lancer avec ce pseudo : "Senior Rebelle". Il se revendiquait en effet comme le candidat des seniors. Parmi ses mesures : la hausse des petites retraites, la lutte contre les maltraitances en maison de retraite ou encore la création "d'espaces seniors" dans les villes.

Maxime Verner, 21 ans. Il se présentait, lui, comme le candidat de la jeunesse, mais n'ayant pu obtenir ses signatures, il a jeté l'éponge en faveur de Nicolas Sarkozy. Maxime Verner n'est pourtant pas un novice en politique, loin de là. Candidat "le plus jeune de France" à plusieurs élections antérieures (municipales, législatives...) il est parvenu à convaincre les députés d'abaisser à 18 ans l'âge pour se présenter à la présidentielle. Une ténacité qui devrait lui permettre de ne pas disparaitre de si tôt des écrans radars.

Kenza Drider, 32 ans. Figure de la lutte contre la loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics, Kenza Drider voulait porter son combat jusqu'à l'élection suprême en 2011. Elle se revendiquait également porte-parole des droits des femmes. Depuis la fin de l'année 2011 et quelques coups d'éclat dans la presse et devant les caméras (cf. vidéo ci-dessous), elle n'a semble-t-il pas poursuivi sa campagne.

 

Royalistes, clérocrates, abstentionistes...

 

François Amanrich, 62 ans. Cet auteur de livres politiques, candidat pour la troisième fois à la présidentielle, veut avant tout "redonner sa souveraineté au peuple français" grâce à la " clérocratie". Le principe : un tirage au sort des élus nationaux et une démocratie fonctionnant à 100 % sur le mode référendaire. Il aurait été très proche d'avoir les 500 signatures nécessaires pour être candidat selon le Figaro.

Andy Carlier, 35 ans. Ancien du Modem dans le Nord de la France, partisan d'un rapprochement avec l'UMP aux dernières municipales, Andy Carlier est un inconnu au niveau national. Pour la présidentielle, il a pourtant créé un "Mouvement pour des jours meilleurs". Une association censée représenter les abstentionnistes et les déçus de la politique. Avant de jeter l'éponge, il avait lancé trente propositions principalement tournées vers l'emploi et le pouvoir d'achat.

villenoisy
Patrick de Villenoisy © Alliance Royale

Patrick de Villenoisy, 60 ans. Candidat de l'Alliance Royale, ce chef d'entreprise est partisan d'un retour à la monarchie. En pratique, il s'agirait de remettre le prince Jean d'Orléans ou Louis de Bourbon, descendants de la famille royale, sur le trône avec des pouvoirs similaires à ceux du président de la République. "Ils vous ont promis la lune, demandez le soleil", a-t-il coutume de dire pour critiquer la classe politique.

 

 

Stars, artistes, humoristes...

 

Laurent Lenne, 44 ans. Ancien candidat de Secret Story, ce chanteur, qui est aussi pasteur, aurait eu une révélation il y a quelques mois en rencontrant un SDF qui lui a demandé s'il connaissait un endroit où se laver. Une bonne occasion pour "Padre Lorenzo" de refaire parler de lui, non plus à travers ses chansons ou ses clips plutôt osés pour un homme église, mais à travers la problématique du logement.

Gaspard Delanoë, 42 ans. Gaspard Delanoë est lui aussi un habitué des campagnes les plus farfelues. Cet artiste a fondé le 21 avril 2002 le "Pffft", le "Parti faire un tour", et singe avec beaucoup d'humour les petites habitudes de com. des candidats dans des dizaines de vidéos postées sur le Web. Le " vrai Delanoë" joue ainsi sur les mots avec un vrai sens de l'absurde et avec ce slogan "Parce que demain mérite mieux qu'hier".

Christophe Alévêque, 49 ans. Sans doute le plus connu des ces "candidats insolites". L'humoriste Christophe Alévêque s'applique, depuis 5 ans, à tourner en dérision le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Une caricature qui se base sur une critique virulente et assumée du chef de l'Etat sortant. A l'approche de 2012, il s'est mué en "Super Rebelle Président". Une fausse candidature pour dénoncer plus globalement la politique spectacle.

 

 

Escaladeurs, marcheurs, cyclistes...

 

Hervé Couasnon, 54 ans. Souvent les candidats insolites à la présidentielle ont plusieurs métiers : Hervé Couasnon est chauffeur de bus, mais se dit aussi "poète et cascadeur". Ce périgourdin a escaladé plusieurs monuments publics pour y jeter des poèmes imprimés. Il s'est aussi illustré par le passé en s'introduisant à l'Assemblée pour remettre une coupe à Jean-Pierre Raffarin ou à la mairie de Bordeaux. Pour 2012, il militait entre autre pour la sortie du nucléaire, le smic à 1600 €, la fin du cumul des mandats ou l'autorisation des maisons closes.

Pierre Cardonnel, 35 ans. "Simple citoyen", Pierre Cardonel s'est engagé dans la présidentielle tout simplement parce qu'il ne se retrouvait pas dans les propositions des différents partis et des différents candidats. Mais c'est surtout le mode opératoire qui interpelle : le jeune trentenaire parcourt depuis des mois la France à pied pour ressembler ses signatures. Un projet qui s'est soldé par un échec, mais qui lui aura permis de réaliser un joli tour de France.

Clément Wittmann, 50 ans. Charpentier, Clément Wittmann a adopté lui aussi le concept du tour de France, pour tenter, en vain, de récolter les 500 parrainages nécessaires pour être candidat à la présidentielle. Mais c'est le vélo qu'a choisi cet écologiste adepte du concept de "décroissance" depuis mai 2011. Une méthode plutôt originale qui lui aura au moins permis de bénéficier d'une large couverture médiatique.

 

Eux aussi voulaient être candidats

 

Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et candidat du Centre national des indépendants et paysans, Stéphane Guyot, agent immobilier et fondateur du "Parti du vote blanc", Robert Baud, ancien VRP, ancien aménageur de supérettes, ancien livreur, ancien soigneur au zoo de Vincennes et ancien journaliste qui donne la priorité à l'eau, Rasta Président, candidat des rastafariens qui veut instaurer la fête permanente dans le pays, Jean Jaurès, qui, bien qu'assassiné en 1913 revit sous la plume de Jean-Pierre Fourré, ancien élu de l'assemblée, Alexandre Callet, ennemi des fonctionnaires dont il veut geler des salaires et réduire massivement les postes, ou encore Renaud Camus et Patrick Bourson, "Fils d'une naine et d'un soldat américain", tous les deux proches de l'extrême droite et adeptes de la fermeture stricte des frontières.

Nicolas Sarkozy / Présidentielles

Annonces Google