Interview Sarkozy : un retour sur France 2 dimanche ?

Interview Sarkozy : un retour sur France 2 dimanche ? L'ancien président devrait effectuer son retour ce dimanche 21 septembre, via une interview sur France 2, dans le journal de 20 heures. Nicolas Sarkozy devrait également publier une tribune.

C'est le timing parfait selon ses proches qui ne cessent de trépigner dans les médias. Alors que François Hollande s'enterre dans une impopularité record et que la crise politique s'aggrave Nicolas Sarkozy aurait décidé d'annoncer son retour en politique. Un retour attendu depuis plus de deux ans déjà mais qui n'a jamais semblé aussi proche. L'affaire Thévenoud, le livre de Valérie Trierweiler, les chiffres toujours plus désastreux de l'économie, les divisions à gauche mais aussi la nécessité de couper l'herbe sous le pied de ses (nombreux) rivaux à l'UMP auraient fini de décider l'ancien chef de l'Etat à faire une sortie sous les projecteurs. Alors qu'il avait choisi TF1 pour se défendre après sa garde à vue et sa mise en examen dans l'affaire Bettencourt au début de l'été, il pourrait cette fois se rendre sur le plateau de France 2 ce dimanche 21 septembre pour une interview plus politique. Le Figaro et le Parisien évoquaient de concert cette probabilité ces derniers jours. L'interview pourrait être confirmée en fin de semaine. Nicolas Sarkozy aurait choisi Laurent Delahousse pour sortir du bois, à la fin d'une semaine politique chargée, après le vote de confiance à l'Assemblée mardi et la conférence de presse de François Hollande jeudi.

Le retour de Nicolas Sarkozy pourrait se faire en deux temps. Convaincu par la puissance de l'écrit et encouragé par le retentissement de ses précédentes tribunes dans la presse, il pourrait aussi choisir de se dévoiler dans un texte d'explication aux Français, pourquoi pas dans la presse régionale. Sur la forme, Nicolas Sarkozy s'appuiera sur "l'urgence" de la situation pour se placer en homme providentiel, "forcé" de revenir pour sauver le pays. Nicolas Sarkozy pourrait également frapper très fort en déclarant sa candidature à la fois à la présidence de l'UMP, mais aussi à l'élection présidentielle de 2017. Suivront une nouvelle séquence d'abstinence médiatique et une série de débats dans les fédérations, aux antipodes des meetings gigantesques et coûteux de sa campagne de 2012 qui lui ont valu l'invalidation de ses comptes de campagne. Dernier élément de sa stratégie : sur le chemin de 2017, Nicolas Sarkozy prévoit de rallier les centristes (on parle même d'une fusion avec l'UDI). Le signe d'un Nicolas Sarkozy moins "à droite" que celui du précédent quinquennat ?

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google