Valls - Hollande : déjà fâchés

Valls - Hollande : déjà fâchés Manuel Valls et François Hollande ne parviennent plus à dissimuler leurs différends sur les réformes et le partage du pouvoir. Les confidences se multiplient dans la presse.

Le malaise était déjà palpable depuis des semaines entre les deux hommes. Le 18 septembre dernier, déjà, François Hollande avait dû nier tout conflit avec son Premier ministre, alors qu'une journaliste de RTL révélait en direct que Manuel Valls aurait affirmé "l'Etat c'est moi" à ses proches. "J'ai choisi Manuel Valls pour son courage, et il en a fait preuve, pour son sens de l'Etat, et pour sa loyauté. Et je sais que jusqu'au bout il servira l'Etat qui n'est la propriété de personne" disait alors le chef de l'Etat devant son Premier ministre, qui avait du mal à dissimuler sa gêne devant les caméras. Aveux de couloirs, petits tacles, confidences sur les frustrations générées par le partage des pouvoirs : désormais, la rivalité apparaît de plus en plus explicitement dans la presse, qui se délecte des petites phrases lâchées par les deux hommes.

D'après le très informé Canard Enchaîné, François Hollande confierait son agacement à ses proches à l'endroit de son Premier ministre : "J'en ai un peu marre" aurait-il concédé. "Marre qu'il fasse provoc sur provoc. Il tire un peu trop sur la corde. [...] Valls, il fait de la communication, encore de la communication, et les réformes n'avancent guère". Le chef de l'Etat n'a manifestement pas apprécié l'interview de son Premier ministre dans L'Obs, dans laquelle celui-ci appelle à "en finir avec la gauche passéiste" et propose "une formation politique commune" des "progressistes". Pour l'ancien secrétaire du PS devenu président, l'affront personnel s'ajoute au déséquilibre politique à la veille des départementales 2015 et à moins de trois ans de la présidentielle 2017 : "Ça ne sert à rien et il sait que cela ne se fera pas. J'aurais préféré un autre langage, un autre discours en direction de la gauche" juge François Hollande, rapporte l'hebdomadaire.

Hollande trop "ambigu" juge Manuel Valls

Manuel Valls, lui, "fait du Manuel Valls", comme le lui a demandé le chef de l'Etat, a-t-il lui-même affirmé sur RTL ce 29 octobre. Le Premier ministre compte bien tenir sa ligne social-libérale en exigeant de François Hollande des clarifications : "Hollande doit nous dire le 6 novembre s'il tient encore aux 50 milliards d'économies et au pacte de responsabilité" écrit le Canard Enchaîné, rapportant les propos du locataire de Matignon. "A un moment, il faut sortir du flou et des ambigüités".

EN VIDEO - François Hollande use publiquement de petites phrases, d'ironie et de références bien senties pour rappeler à Manuel Valls que dans la "cohabitation amicale", il est le patron. Lorsqu'il a remis à Manuel Valls les insignes de grand-croix de l'ordre national du Mérite, le chef de l'Etat l'a comparé à Clémenceau, pour lui rappeler qu'une carrière politique peut être réussie même si l'on pas été président de la République :

Article le plus lu - Italie : un pont autoroutier s'écroule, les images › Voir les actualités

Annonces Google