Partager cet article

RSS
L'Internaute > Savoir
> Les grands lobbies français > Pro-nucléaire
SOMMAIRE

En savoir plus

 

 

Face à la flambée du prix du pétrole, les partisans de l'énergie nucléaire plaident en faveur de réacteurs de "nouvelle génération", alors que les écologistes dénoncent une fuite en avant dangereuse.


Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. Photo © Jean-Claude Raoul / EDF

» Qui sont-ils ? Le groupe nucléaire français Areva qui a construit plus de 100 réacteurs à travers le monde.

- EDF qui gère actuellement 19 sites nucléaires, assurant 80 % de la production française d'électricité.

- La Société française d'énergie nucléaire (SFEN), association visant à "favoriser l'avancement des sciences et techniques nucléaires".

- Les scientifiques du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) cherchent notamment, "en appui des industriels, à optimiser le parc actuel des réacteurs nucléaires et à mettre au point des solutions techniques pour la gestion des déchets radioactifs". Il sont très impliqués dans le projet de réacteur expérimental à fusion thermonucléaire ITER.

 

» Leurs combats Les partisans du nucléaire défendent le développement de nouveaux réacteurs de 3e génération, comme alternative énergétique face à la hausse du prix du pétrole et ont été à l'avant-garde du projet international ITER. Le 13 juillet 2005, les parlementaires se sont ainsi prononcés en faveur du nouveau réacteur nucléaire, l'EPR, dont la construction doit commencer en 2007 à Flamanville dans le Cotentin. Areva a signé un contrat de 3,3 milliards d'euros avec EDF pour développer ce réacteur de nouvelle génération. Ce vote a eu lieu quelques mois après la désignation du site français de Cadarache, pour accueillir le projet ITER, dont le coût total est évalué à 10 milliards d'euros sur 30 ans. Le projet pourrait engendrer 3 milliards d'euros de retombées économiques et 8 000 emplois directs ou induits en France. (Faut-il avoir peur d'ITER ?)

 

 

Claude Birraux Photo © Assemblée nationale

» Leurs relais au Parlement Le député UMP de Haute-Savoie, Claude Birraux, et le député PS du Nord, Christian Bataille, font partie des partisans du nucléaire les plus actifs au sein de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, présidé par le sénateur Henri Révol. Ils sont à l'origine de nombreux rapports très contestés par les associations écologistes : le dernier en date concernant les déchets radioactifs a été qualifié "d'exagérément optimiste" et de "partiel et partial" par les anti-nucléaire.

 

» Leurs méthodes Parallèlement à leur lobbying auprès des décideurs politiques, les groupes industriels nucléaires communiquent auprès du public sur le thème du développement durable, du respect de l'environnement et de la sécurité ("Charte Sûreté Nucléaire" d'Areva ). En janvier 2007, la SFEN organise notamment un colloque sur le thème "ITER, une étape majeure vers l'énergie de fusion nucléaire" en vue de défendre le projet.

Magazine Savoir Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité