Partager cet article

RSS
L'Internaute > Savoir
Dans les coulisses du "Who's Who" > Les secrets de fabrication du Who's Who

Le Who's Who est-il un annuaire ?

Non. Il s'agit bel et bien d'un dictionnaire biographique. On peut certes retrouver les coordonnées précises d'une personnalité, mais le Who's Who est avant tout un outil (de curiosité ?) qui permet de situer une relation, professionnelle ou non, et de découvrir ses hobbies.

 

Combien de temps faut-il pour fabriquer un Who's Who ?

Il faut compter un an. Selon Eléonore de Dampierre, la directrice du "Who's Who", 10 mois sont nécessaires pour sélectionner les nouveaux entrants, pour apporter des corrections aux biographies et mettre à jour celles qui sont déjà en ligne. Deux mois supplémentaires sont consacrés à l'impression et au façonnage de l'ouvrage.

 

Comment les biographies sont-elles rédigées ?

Les personnalités qui ont donné leur accord pour figurer dans le "Who's Who" doivent répondre à un questionnaire de quatre pages, portant sur leur carrière, leur formation, ainsi que sur leurs liens de parenté avec des célébrités. Une douzaine de rédacteurs du "Who's Who" vérifient ensuite l'état civil, la validité des diplômes obtenus. Ils demandent même un extrait de casier judiciaire. Ces mêmes rédacteurs rédigent ensuite des biographies concises, qu'ils font valider par les principaux intéressés. Celles du "Who's Who" sont d'ailleurs les seules à être signées par les personnalités. Si ces dernières ne tiennent pas à ce qu'une information soit mentionnée dans leur biographie, il peuvent mettre leur veto. En revanche, des informations telles que la date de naissance, le nombre d'enfants et de mariages doivent obligatoirement y figurer. De nombreuses fiches ne sont d'ailleurs pas exploitées, faute de renseignements assez précis (notamment sur les premiers mariages ou les enfants illégitimes).

 

Pourquoi certaines célébrités n'apparaissent-elles pas dans le "Who's Who" ?

Parce que le principal intéressé doit nécessairement donner son avis. Certaines personnalités, sollicitées à de nombreuses reprises, refusent toujours d'y figurer : c'est le cas de Maurice Levy, de Jean-François Kahn et de Jacques Vergès, entre autres...

 

Combien coûte le "Who's Who" ?

Cet ouvrage est considéré comme un objet de luxe aux informations rares : cela se paie. 495 euros, c'est le prix de l'abonnement annuel, qu'il s'agisse de la version papier ou Internet. Pour ceux qui n'ont pas les moyens d'investir une telle somme, il est toujours possible de télécharger des biographies à l'unité sur le site Internet du "Who's Who". Pour consulter une fiche, comptez tout de même 6 euros !

 

Pouquoi le "Who's Who" coûte-t-il si cher ?
D'après Eleonore de Dampierre, "parce qu'il est gros, parce qu'il est beau et parce que la qualité, la fiabilité et la fraîcheur de l'information ont un prix". Ce dictionnaire, composé aujourd'hui de plus de 2 200 pages (affinées), pèse 3,8 kilos. Depuis deux ans, plus de 12 000 photos ont été introduites pour illustrer le "Who's Who".

 

Faut-il payer pour entrer dans le "Who's Who" ?

Non. L'entrée dans le "Who's Who" est gratuite et n'est pas conditionnée par l'achat, ou non, du dictionnaire. Même si 50 % des acheteurs figurent dans le "Who's Who"... Les personnalités bénéficient en effet d'un tarif préférentiel.

 

Le "Who's Who" a-t-il déjà été piraté ?
Il existe une rumeur selon laquelle le "Who's Who" comporterait quelques fausses biographies afin de parer à d'éventuels pillages. Eh bien... Celle-ci est tout à fait fondée ! "Il y a en effet des biographies pièges de personnes qui n'existent nulle part, dans aucun annuaire, club ou répertoire, qui nous permettent de repérer des utilisations préjudiciables de notre base", précise Eleonore de Dampierre. "Il y a eu piratage de l'ouvrage lui-même par un éditeur qui a voulu faire un ouvrage concurrent. Nous lui avons fait un procès que nous avons gagné".

   
Magazine Savoir Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité