Partager cet article

RSS
L'Internaute > Auto 
Radars Automatiques > Comment ça marche ?
 DOSSIER 
Octobre 2005

Le "contrôle sanction automatisé" : une nouvelle exception française

radar automatiqueDepuis le 18 décembre 2002, la France est le premier pays à avoir adopté un système de contrôle de vitesse numérique entièrement automatisé. Explications du flash jusqu'à la contravention.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

Le contrôle automatique de la vitesse par photo-radar : le système est utilisé depuis longtemps à travers le monde pour lutter contre les excès de vitesse.

De la prise de vue argentique...

Dossier radars
PV annulé
Fonctionnement
Carte des radars
Paiement PV
Enquête
Sommaire
Fixes ou mobiles, les radars sont présents sur les routes d'Allemagne, d'Espagne, de Belgique, du Luxembourg, des Pays-bas...Mais la plupart des systèmes étrangers reposent encore sur des procédés de prises de vues argentiques, c'est-à-dire avec des pellicules photo traditionnelles. Après la prise de vue, il faut aller chercher les rouleaux de photos sur le bord des routes puis les faire développer, ce qui ne permet pas d'envoyer très rapidement les contraventions. Ensuite, il faut faire visionner les photographies, la plupart du temps par des personnels dédiés.

... au Contrôle Sanction Automatisé
radar automatiqueEn décembre 2002, le Conseil interministériel de la sécurité routière français a opté pour un système de contrôle inédit : le "contrôle sanction automatisé" (CSA). Ce sytème repose entièrement sur le numérique et prend en compte le cheminement complet des contraventions, depuis le flash jusqu'au paiement de l'amende. Mis en place à partir de juin 2003, le contrôle sanction automatisé met fin à toutes les anciennes étapes manuelles : explication en 4 points.

1. La photo numérique
Lorsque le véhicule dépasse la vitesse autorisée, le système capteur décèle l'excès et prend automatiquement deux photos numériques de la plaque minéralogique du véhicule..

2. Le cryptage et l'envoi
La photo est cryptée et envoyée automatiquement par un réseau de transmission (ligne téléphonique et/ou fibre optique) au Centre national de traitement, situé à Rennes depuis le 18 octobre 2004.

3. Le traitement de l'information
Au Centre national de traitement, on analyse la plaque d'immatriculation et on décrypte la photo sur laquelle figure toutes les information liées à l'infraction (vitesse, lieu, date, heure) afin d'identifier le véhicule dans le fichier national des immatriculations, des véhicules volés et ou des loueurs de voitures. 70 à 75 % des plaques minéralogiques sont lues automatiquement par l'ordinateur. 25 à 30 % sont légèrement floues et doivent donc être décodées par des opérateurs.

4. L'envoi de la contravention
L'avis de contravention est ensuite édité et envoyé automatiquement par la Poste sous le contrôle de l'OMP (officier du ministère public) afin que le propriétaire du véhicule le reçoive dans les 48 heures.

Ce système automatique fait gagner beaucoup de temps mais soulève aussi des questions : Comment contester une contravention ? Comment obtenir la photo de son véhicule... ?

Pour en savoir plus
: les réponses à vos questions sur le site de la Sécurité routière

  Les radars automatiques  
 
 Claire PLANCHARD, L'Internaute
 
Magazine Automobile
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Automobile Voir un exemple
Sport Voir un exemple
L'Internaute Voir un exemple
Toutes nos newsletters
 

Sondage

Êtes-vous tenté par les SUV ?

Tous les sondages