En savoir plus

Suggestions de diaporamas

Maintenant, testez-vous !

Vous avez envie de vous tester sur l'une de ces deux épreuves ?

De l'instruction à l'éducation ? Ce comparatif permet de se faire une bonne idée des compétences que l'Etat estime nécessaires à l'issue d'un parcours scolaire. A la lecture des sujets, on s'aperçoit qu'elles ont beaucoup évolué. Autrefois, l'école insistait plus sur l'apprentissage "par cœur" des connaissances et leur restitution. L'accent était placé sur la dictée et l'expression formelle (récitation, chant) et les savoirs agricoles (quelle est la durée d'incubation d'un œuf ?). Aujourd'hui, l'accent porte plus sur l'acquisition de compétences. Le nombre de matières à étudier a considérablement augmenté : les langues étrangères (Anglais, Espagnol, Russe, Italien...) ou l'apprentissage de l'informatique se sont glissés dans les programmes.

Des différences importantes

Une étude controversée a comparé les copies des élèves d'âge similaire de 1925 et 1995 : les élèves d'aujourd'hui seraient moins performants en arithmétique et en orthographe, mais meilleurs en rédaction. Il convient néanmoins de nuancer l'idée que le niveau serait en baisse. A la fin du XIXe et au début du XXe, le "certif" n'était pas à la portée de toutes les têtes et les instituteurs ne présentaient souvent que leurs élèves les plus brillants. Et malgré cet "écrémage", le taux de réussite à l'examen ne dépassait les 50 % qu'après la Seconde guerre mondiale, tandis que le taux de réussite au bac a atteint 86 % l'an dernier en France.
Suggestions de contenus