Saïd Kouachi : "Puisque je t'épargne, tu liras le Coran"

Saïd Kouachi : "Puisque je t'épargne, tu liras le Coran" Sa rencontre avec Saïd Kouachi est glaçante. Chroniqueuse de Charlie Hebdo, Sigolène Vinson vient de livrer son témoignage, sans doute le plus bouleversant, du drame qui a frappé la rédaction il y a une semaine.

[Mis à jour le 15 janvier 2015 à 12h25] Elle a vu l'un des deux assassins les yeux dans les yeux. Dans Le Monde, Sigolène Vinson, chroniqueuse à Charlie Hebdo, épargnée lors de la tuerie qui a fait 12 morts dont Charb, Cabu, Tignous, Wolinski ou encore Bernard Maris mercredi dernier, raconte comment elle a vécu l'attaque du journal. Un témoignage, sans doute le plus poignant depuis une semaine, qui décrit à la fois le sang-froid et la folie qui caractérisait les agresseurs Saïd et Chérif Kouachi. Au moment de l'irruption des deux terroristes, en pleine conférence de rédaction, Sigolène Vinson raconte avoir entendu deux "pop". Deux balles qui ont frappé Simon Fieschi, le webmaster de Charlie, aux poumons (il serait aujourd'hui hors de danger). Les minutes qui suivront feront basculer la rédaction et tout le pays dans l'horreur.

Après quelques secondes d'incompréhension, Sigolène Vinson se jette au sol puis rampe pour tenter de s'abriter derrière un bureau. Un homme crie "Allahou akbar" et réclame ouvertement "où est Charb". Première information clé de ce témoignage : les assaillants n'ont pas attaqué Charlie Hebdo en faisant pleuvoir les rafales de leurs kalachnikovs. Ils ont tiré au coup par coup, tuant avec froideur et précision, démontrant à la fois une maitrise parfaite des armes et un calme effrayant. Alors qu'elle voit les pieds d'un collègue gisant au sol, Sigolène Vinson est mise en joue à son tour. Mais aucune balle ne sortira de l'arme de Saïd Kouachi, qui la regarde alors droit dans les yeux.

EN VIDÉO - Témoin lui aussi de l'attaque du siège de Charlie Hebdo la semaine dernière à Paris, l'employé de Sodexo Jérémy Ganz a assisté à la mort de son collègue de travail Frédéric Boisseau.

Saïd Kouachi : "Un regard très doux"

La chroniqueuse décrit "de grands yeux noirs, un regard très doux". L'homme cagoulé qui est en face d'elle semble saisi d'un trouble puis prend la parole. "N'aie pas peur. Calme-toi. [...] On ne tue pas les femmes. Mais réfléchis à ce que tu fais. Ce que tu fais est mal. Je t'épargne, et puisque je t'épargne, tu liras le Coran". Une sentence qu'elle juge aujourd'hui injuste : de quel droit aurait-on pu la forcer à lire le coran ? La journaliste ne quittera jamais son agresseur des yeux. A la fois pour protéger Laurent Léger, autre journaliste caché tout près, mais aussi pour survivre : "Je savais, au fond de moi, qu'il fallait que je continue à le regarder. Si je le quittais des yeux, il tirerait". La jeune femme indique aujourd'hui que ce face à face l'a peut-être sauvée, que Saïd Kouachi a peut-être été stoppé par cet instant "d'humanité", les autres victimes ayant été tuées sans le moindre regard.

Le récit de l'horreur continue dans les pages du Monde. Après le retrait des frères Kouachi, c'est le sang, les blessés et les cadavres à enjamber qui viennent à l'esprit de Sigolène Vinson. Suivront l'appel aux pompiers, la panique au téléphone avec ses proches, le décompte des survivants. Et les larmes...

Un récit remarqué dans Charlie Hebdo

Dans le dernier numéro de Charlie Hebdo, la chronique de Sigolène Vinson est chargée d'émotion. Décrivant Lila, le "cocker roux" sympathique de la rédaction, elle évoque tour à tour Cabu, son chouchou, Charb, qui se moque souvent de lui, Honoré, qui préfère les chats ou encore Bernard (Maris) qui l'ignore, tout occupé à rire. Tous ont péri sous les balles des frères Kouachi. Un instant, "Pop pop pop pop", la journaliste décrit les tirs des deux terroristes avant "un silence de mort". Puis soudain : "Tic tic tic tic, un cocker roux nous signale que c'est bon, que nous pouvons maintenant nous relever, ils sont partis". Et Sigolène Vinson de conclure : "Lila a été épargnée, peut être parce qu'elle est une femelle".

Article le plus lu - Italie : un pont autoroutier s'écroule, les images › Voir les actualités

Annonces Google