Ebola en France : pas de panique malgré un premier cas imminent

Ebola en France : pas de panique malgré un premier cas imminent L'importation du virus Ebola en France est très probable d'ici 3 semaines selon une étude scientifique. Les pouvoirs publics sont depuis longtemps préparés à ce scénario.

Ebola en France dans une vingtaine de jours, c'est l'hypothèse la plus vraisemblable selon un rapport scientifique publié par des chercheurs britanniques (voir vidéo) dans le journal PLoS Current Outbreaks. Selon eux, le virus a 75 % de chances d'être importé en France avant le 24 octobre 2014, une probabilité qui reste contenue à 50 % pour le Royaume-Uni et 40 % pour la Belgique. Ces projections reprises dans les médias français avec un ton alarmiste ne sont pas, en réalité, très nouvelles. Depuis des semaines, les scientifiques et les pouvoirs publics savent qu'une arrivée du virus Ebola dans l'Hexagone est un scénario très crédible, compte tenu du trafic aérien entre la France et l'Afrique, et de la durée d'incubation de la maladie.

En revanche, il est hautement improbable qu'un foyer infectieux se développe en France. Le virus Ebola a toute les chances d'être importé en France, de se déclarer sur le territoire hexagonal, mais de manière extrêmement isolée. C'est ce qu'il s'est passé aux Etats-Unis il y a quelques jours, avec un patient hospitalisé à Dallas. Depuis le début de l'épidémie en Afrique, les pouvoirs publics sont extrêmement lucides sur la possibilité d'une importation d'Ebola sur le territoire français. Le ministère de la Santé indique cependant que "la France se prépare depuis plusieurs années à la gestion de ce type d'événements émergents et dispose d'établissements de santé de référence et de laboratoires de très haute sécurité permettant de faire face, si nécessaire, à ce type de virus". Un dispositif de veille sanitaire du virus Ebola a été mis en place dès le mois de mars. Une procédure a par ailleurs été établie par le ministère de la Santé, prévoyant les conditions de transport, d'isolement dans une structure hospitalière adaptée des cas suspects.

Article le plus lu - Renaud a demandé à être hospitalisé › Voir les actualités

Annonces Google