Ce 26 octobre 2014, on recule d'une heure

Ce 26 octobre 2014, on recule d'une heure Le passage à l'heure d'hiver 2014 approche. Le changement d'heure aura lieu ce week-end, dans la nuit de samedi à dimanche. Dans quel sens faut-il bouger ses aiguilles ? Et quand ?

[Mis à jour le lundi 23 octobre 2014 à 12h31] "Winter is coming." Le changement d'heure 2014 approche à grands pas. Le dimanche 26 octobre, les 65 millions de Français passeront à l'heure d'hiver. A 3 heures du matin, il sera en réalité 2 heures. Une modification qui implique un ensoleillement réduit en fin de journée et qui symbolise souvent l'entrée dans l'automne pour la majorité d'entre nous. Pour cette raison, le passage à l'heure d'hiver est généralement plus mal vécu que le passage à l'heure d'été. Le changement d'heure fait pourtant gagner une heure de sommeil à une période où l'organisme doit commencer à se protéger du froid et où il commence à subir les premières fatigues de l'après-rentrée.

Le saviez-vous ? Le passage à l'heure d'hiver est un retour à l'heure "normale" de notre fuseau horaire. C'est en effet en été que le décalage est établi, en avançant montres et horloges d'une heure pour profiter au mieux de l'ensoleillement. En reculant les mêmes montres en hiver, la France opère ainsi un réétalonnage de son système horaire. Mais – c'est un détail souvent méconnu - ce dernier est déjà en décalage par rapport à l'heure dite "solaire". Autrement dit, la France vit depuis une soixantaine d'années à GMT +1 en hiver. En été, le décalage passe ainsi à GMT +2. De quoi faire bondir les opposants très nombreux au changement d'heure qui ne manqueront pas, une fois encore, de dénoncer une perturbation décuplée de notre rythme biologique.

Car le changement d'heure est loin de faire l'unanimité. Les économies réalisées en éclairage artificiel sont régulièrement contestées. Par ailleurs, les opposants au changement d'heure estiment qu'il vient perturber, tous les six mois, notre horloge biologique, entrainant stress, fatigue et parfois même des dépressions. Pire, selon une étude effectuée en 2008 par un institut suédois, le changement d'heure pourrait provoquer une hausse des crises cardiaques dans les 72 heures. Un phénomène particulièrement observé en été par les scientifiques.

Article le plus lu - "Chikirou n'est pas ma compagne", s'agace Mélenchon › Voir les actualités

Annonces Google