Saïd Kouachi et Chérif Kouachi : ils ont été interviewés avant leur mort

Les frères Kouachi, Saïd et Chérif Kouachi, sont morts dans l'assaut du GIGN lancé vers 17 heures vendredi, à Dammartin-en Goële, où ils étaient retranchés.

[Mis à jour le 9 janvier 2015 à 20h33]  Saïd Kouachi et Chérif Kouachi sont morts. Ils ont été tués par le GIGN lors d'une violente fusillade qui a eu lieu ce vendredi à Dammartin-en-Goële. Les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo étaient retranchés dans une petite entreprise de cette commune de Seine-et-Marne depuis 9 heures le matin. Voici les principales informations disponibles sur le dernier jour des frères Kouachi :

> Chérif Kouachi interviewé. Chérif Kouachi, frère de Saïd Kouachi, a été interviewé par des journalistes de BFMTV avant d'avoir été tué par le GIGN. Il affirme avoir agi pour Al Qaïda au Yémen qui aurait "financé" l'opération. Il réfute avoir tué "des civils", considérant être en guerre contre Charlie Hebdo. Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de Vincennes et complice des deux hommes, a lui aussi été interviewé par la chaine. Il confirme que l'opération était "parfaitement coordonnée".

BFMTV a dévoilé progressivement le contenu des interviews. La chaîne informe que c'est Coulibaly qui les a appelés vers 15 heures. Le journaliste Igor Sahiri a ensuite joint, par hasard, Chérif Kouachi, en tentant de contacter des salariés à l'imprimerie en siège. Coulibaly et les frères Kouachi ont confirmé s'être coordonnés et concertés pour le top départ de leur opération sanglante. Ils ne sont en revanche pas restés en contact par la suite. La fusillade de Montrouge, jeudi, n'était pas l'objectif premier de Coulibaly. Il indique être tombé sur l'accident de la route par hasard. L'organisation macabre élaborée par les terroristes : "Eux, Charlie Hebdo, moi, les policiers", indique Coulibaly quelques heures avant sa mort. 

Chérif Kouachi a affirmé quant à lui travailler pour Anwar al-Awlaqi, un imam américano-yéménite décédé en 2011, et être membre de l'Etat islamique.

> Les deux frères sont morts en tentant un dernier baroud d'honneur. Ce sont Saïd et Chérif Kouachi qui sont sortis du bâtiment où ils étaient reclus avant d'être abattus par les tireurs d'élite. Plutôt qu'un assaut du GIGN, c'est donc un ultime baroud qui semble avoir eu lieu vers 17 heures, à Dammartin-en-Goële. Plusieurs blessés ont été immédiatement rapportés par les chaînes d'information en continu, dont deux membres du GIGN. Une personne a été libérée, saine et sauve, selon l'agence de presse. Il ne s'agirait pas d'un otage, mais d'un homme caché dans l'entreprise où s'étaient retranchés les deux suspects de la tuerie de Charlie Hebdo depuis le matin.

> Un assaut violent. Plusieurs dizaines de coups de feu ont été entendus, en trois rafales, ainsi que des explosions de grenades offensives. L'assaut a duré pendant près d'une minute. Des snipers sont restés postés sur les toits pendant tout le raid, des échange de tirs fournis ont été rapportés. France 2 a diffusée les images à la télévision, montrant une fumée persistante sortant du toit de l'entreprise où le commando avait trouvé refuge. Après les coups de feu, de nombreux policiers se sont mis à courir vers le bâtiment, au centre de l'attention depuis de nombreuses heures.

La radio France Info décrivait vers 16h30 un important mouvement dans la zone, avec plusieurs déplacements de véhicules à proximité de l'établissement où le commando s'est réfugié ce matin. Selon France 2, "les rideaux de fer du magasin" ont été baissés quelques minutes plus tôt. Les frères Kouachi seraient donc restés dans le noir ou ont été poussés à sortir (lire le résumé de la traque de Saïd Kouachi et Chérif Kouachi).

Cinq tués Porte de Vincennes, 4 otages et le ravisseur

> A Porte de Vincennes, l'assaut a également été donné quasi simultanément. Amedy Coulibaly, le preneur d'otages, a été abattu. Il y a 4 morts et 4 blessés parmi les otages, en plus de l'assaillant selon un bilan "consolidé" du ministère de l'Intérieur.

Quatre explosions ont été entendues ainsi qu'une cinquantaine de coups de feu. Une dizaine de personnes sont immédiatement sorties en courant du magasin casher investi depuis le début d'après-midi. Deux groupes du RAID auraient été à l'oeuvre. Des hurlements ont été entendus dont "au sol" ou encore "ils l'ont eu, il l'ont eu". On rapporte des blessés parmi les membres des forces de police, dont deux membres du RAID.

Saïd Kouachi et Chérif Kouachi : résumé des événements

Les frères Kouachi, recherchés pendant toute la journée de jeudi dans une vaste zone rurale du sud de l'Aisne, ont été repérés après avoir volé, à 8h30 ce matin, une voiture, une Peugeot 206, à une conductrice à Montagny-Sainte-Félicite. Lourdement armés, les agresseurs correspondaient au signalement des frères Kouachi. Reprenant leur route vers Paris, sur la RN 2, ils sont tombés sur un barrage de police qui les a contraints à s'arrêter, à hauteur de Dammartin-en-Goêle, où ils se sont retranchés dans une petite société de transports, CTD (Création tendance, découverte), située rue Clément Ader. Le ministère de l'Intérieur a rapidement évoqué sa "quasi-certitude" que Saïd et Chérif Kouachi étaient les hommes retranchés dans le bâtiment.

La question de la présence d'un otage est restée ouverte pendant toute la journée. Le patron de la société, Michel Catalano, pourrait être l'otage libéré sain et sauf en fin de journée. Une information non confirmée par les officiels. Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a plusieurs fois affirmé que les forces de l'ordre étaient en train de "vérifier" l'information. Le parquet antiterroriste de Paris avait quant à lui démenti cette prise d'otage, confirmée, en "off", par des sources policières.

creation
L'établissement dans lequel les deux hommes sont retranchés. © REX/REX/SIPA

Ce qu'on appelle désormais la traque de Charlie Hebdo a mobilisé beaucoup de moyens. 3000 policiers et gendarmes ont été déployés sur les différents théâtres d'opération. Un grand déploiement du Raid était signalé dans l'entreprise concernée selon les témoignages des salariés diffusés dans différents médias. Trois hélicoptères survolaient la zone. Les accès ont été fermés environ 10 km en amont. Une école, située à quelques centaines de mètres du lieu de la prise d'otages présumée, a été totalement évacué sous escorte. A Dammartin, les habitants étaient appelés à rester chez eux.

A l'aéroport de Roissy, situé à quelques kilomètres des lieux, plusieurs pistes ont été fermées. La zone se trouve à une trentaine de kilomètres de Paris. Les pistes nord impliquent que les avions survolent la zone industrielle en question.

Le scénario privilégié est que les suspects de la tuerie de Charlie Hebdo tentaient une ultime descente mortelle vers Paris. Les deux terroristes présumés avaient déjà été identifiés hier, plus au nord, roulant "à toute vitesse" vers la capitale selon BFMTV.

Article le plus lu : "L'Ecole fantôme" : 10 symptômes de l'école qui va mal : voir les actualités

Vincennes / Montrouge