Reims / Charleville-Mézières : Mourad Hamyd s'est rendu, sept individus en garde à vue

Reims / Charleville-Mézières : Mourad Hamyd s'est rendu, sept individus en garde à vue Une opération antiterroriste a été menée à Reims, dans le quartier de la Croix Rouge et à Charleville Mézières, où les assaillants présumés de l'attentat de Charlie Hebdo auraient pu se retrancher. Un des trois suspect s'est rendu à la police.

[Mis à jour le 8 janvier 2015 à 10h44] Sept personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat survenu hier. Manuel Valls a confirmé l'information ce jeudi matin sur France Inter. Deux d'entre eux ont été arrêtées à Charleville-Mézières, quatre ont été arrêtés à Reims. Une autre personne a été interpellée à Gennevilliers. Tous sont décrits par l'AFP comme des membres de l'entourage des principaux suspects.

Mercredi 8 janvier, en fin d'après-midi, des perquisitions et une opération de police plus large avaient été lancées dans le quartier de la Croix Rouge, totalement bouclé. Le flou a persisté un certain temps sur les actions des forces de l'ordre et notamment du RAID, avant que l'on apprenne l'interpellation des 7 personnes proches des frères Kouachi, Chérif, Saïd. Une photo de ces deux terroristes présumés a été diffusée hier soir par les autorités.

Le Premier ministre a par ailleurs fait savoir sur RTL que "Des centaines d'individus sont suivis, des dizaines de personnes qui ont été interpellées, des dizaines de personnes qui ont été incarcérées. Cela montre la difficulté devant laquelle sont placés nos services : le nombre d'individus qui représentent un danger". Quant à l'affaire Charlie Hebdo en elle-même et la traque des frères Kouachi, Manuel Valls a confirmé qu'il étaient connus et "suivis" par les services antiterroristes.

Le point sur l'opération menée à Reims et Charleville mercredi 8 janvier

>> Le RAID est intervenu à Reims, dans le quartier de la Croix Rouge, appuyé par des hélicoptères. Selon L'Union, l'opération se serait terminée à 1 heure du matin.
>> C'est à Charleville-Mézières que Mourad Hamyd s'est rendu avant d'être placé en garde à vue. Selon ses proches, il était à l'école le matin de l'attentat.

>> Selon l'AFP, le plus jeune des suspects, Mourad Hamyd, 18 ans, lycéen originaire de Charleville-Mézières, est suspecté d'avoir joué le rôle de chauffeur des deux assaillants de Charlie Hebdo. Un camarade de classe affirme ce jeudi matin qu'il était en classe mercredi 7 janvier.

>> Les dernières informations disponibles étaient contradictoires et reflètent une grande confusion sur le terrain. iTélé a un temps annoncé que l'opération en cours pouvait se limiter à de simples perquisitions voire à une ruse pour tendre un piège au commando. Mais selon la chaine américaine NBC, qui citait un officier du contre-terrorisme américain, un des suspect aurait été tué. Une information non confirmée en France. L'AFP indique quant à elle qu'un avis de recherche a été lancé.

>> Vers minuit, un officier du RAID avait déclaré à l'AFP, "ça va rafaler", indiquait l'agence de presse. L'opération s'annonçait "d'envergure" aux alentours de 23 heures selon le site Internet du Point. Les journalistes présents ont été appelés à la prudence par les forces de l'ordre. L'opération aurait lieu sur trois sites différents selon Libération. Un convoi d'une cinquantaine de véhicules de police a quitté la caserne de la CRS 33 à Reims, dans le quartier de la croix Rouge peu avant minuit, selon BFMTV.

De Pantin à Reims

Les trois suspects qui auraient pris d'assaut Charlie Hebdo et tué douze personnes ont été identifiés dans l'après-midi par les forces de police. Saïd Kouachi, 34 ans, son frère Chérif, 32 ans et Hamyd Mourad, 18 ans, ont été trahis par une carte d'identité, laissée par l'un d'eux dans le premier véhicule utilisé par le commando, pour se rendre des bureaux du journal à la porte de Pantin, où ils ont volé un second véhicule pour quitter Paris.

Article le plus lu - Trump se paye Macron (et c'est gratiné) › Voir les actualités

Annonces Google