Michel Catalano : "l'otage" à Dammartin n'était pas otage

Michel Catalano : "l'otage" à Dammartin n'était pas otage Les médias avaient annoncé qu'un homme été retenu par les frères Kouachi, retranchés dans ce bâtiment commercial. Le nom de Michel Catalano avait été avancé.

Les frères Kouachi n'avait en réalité pas d'otages avec eux à Dammartin-en Goële, lorsqu'ils étaient retranchés dans la petite entreprise d'imprimerie située en Seine-et-Marne. "Celui que l'on a présenté comme un otage était en fait une personne cachée qui a finalement pu quitter indemne" les lieux, a indiqué BFM TV en début de soirée. L'homme aurait même pu contacter les forces de l'ordre et les renseigner de ce qu'il pouvait sur les agissements des terroristes.

Vers 9h30 environ, les frères Kouachi s'étaient retranchés dans un bâtiment de la petite commune de Dammartin-en-Goële. Toute la journée, les informations de plusieurs sources journalistiques sur place concordaient pour assurer qu'au moins un salarié de l'entreprise Création Tendance Découverte CTD, située 27 rue Clément Ader, était retenu. Le nom avancé était celui de Michel Catalano, le gérant de cette entreprise, située dans la zone industrielle de la commune. Selon France Info, qui a recueilli le témoignage d'un commerçant voisin ayant croisé les terroristes dans son commerce, Michel Catalano était présent aux côtés d'un homme habillé en noir, se présentant comme un policier, mais qui était en réalité un frère Kouachi.

Selon le commerçant, il se serait adressé à lui, lui demandant de quitter les lieux et affirmant : "Nous ne tuons pas de civil". Chérif et Saïd Kouachi, les deux terroristes présumés de l'attentat qui a fait 12 morts à Charlie hebdo, semblaient déterminés à vouloir "mourir en martyrs" selon une source policière interrogée par iTélé.

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google