Amedy Coulibaly : il était fasciné par la chaîne BFM TV

Amedy Coulibaly : il était fasciné par la chaîne BFM TV Le terroriste Amedy Coulibaly regardait en boucle BFM TV. Il a même appelé la chaîne durant la prise d'otages à la Porte de Vincennes, dans le supermarché "Hyper Cacher".

"Comment ça, pas de morts ? Ils vont voir s'il n'y a pas de morts !" Alors qu'il vient de prendre en otages des clients du Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, vendredi à Paris, Amedy Coulibaly, s'agace de l'information – erronnée – transmise par BFM TV. Le terroriste, qui a tué la veille une policière à Montrouge, regarde la chaîne en boucle dans le supermarché qu'il vient d'investir. Il a déjà abattu quatre otages et il compte bien le faire savoir à la chaîne d'info en continu. Vers 15 heures, il appelle la rédaction pour rétablir la vérité. La scène semble improbable mais elle s'est bel et bien déroulée, comme le raconte à Libération un des otages libérés par le Raid.

Durant l'appel téléphonique à BFM TV, Coulibaly prétend vouloir contacter la police. Mais c'est auprès du directeur adjoint de la rédaction, Alexis Delahousse, qu'il va d'abord se confier. D'une voix calme, il dit appartenir à l'Etat islamique et s'être "synchronisé pour le départ" avec les frères Kouachi, auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo. Il précise alors qu'il y a quatre morts dans le magasin et demande à ce que le bandeau transmettant la mauvaise information soit modifié. Coulibay précise aussi qu'il ciblait des juifs, d'où le choix de ce supermarché cacher. BFM TV n'a révélé l'enregistrement de cette conversation que vendredi en soirée, après l'intervention du Raid qui a permis de libérer tous les otages ayant survécu à l'attaque.

Coulibaly, comme l'affirme le témoin interviewé par Libération, semblait fasciné par BFM TV et tenait absolument à visionner la chaîne durant la prise d'otages. "Il était vraiment très intéressé (par cette chaîne, NDLR)", raconte le témoin interviewé par Libération. Troublant quand on sait que BFM TV a été vivement critiqué car accusé de diffuser des informations susceptibles de renseigner les terroristes.

En vidéo - Trois jours après avoir été abattus, les auteurs des attentats à Paris laissent de nombreuses zones d'ombre. Le point sur l'enquête. 

Article le plus lu - Tariq Ramadan révèle des SMS chocs › Voir les actualités

Annonces Google