Épiphanie 2016 : Et non, la galette des Rois, ce n'est pas que le 6 janvier

EPIPHANIE 2016 - Le gâteau des Rois, c'est le 6 janvier, mais pas seulement ! Depuis le début de l'année, les Français célèbrent l'Épiphanie et dégustent la galette. Quelle est l'histoire de cette fête et de la fève qui lui est associée ?

[Mis à jour mercredi 6 janvier 2015 à 15h05] Qui aura la fève cette année ? Comme à chaque début d'année, les Français dégustent ces jours-ci une galette des Rois pour fêter l'Épiphanie : on partage la galette afin de célébrer l'arrivée des rois mages à Bethléem. Rois mages guidés par une étoile vers la crèche où Marie avait donné naissance à Jésus. Selon la tradition chrétienne, l'Épiphanie a lieu douze jours après la naissance du christ, soit le 6 janvier. Mais une réforme a remanié la date de la galette des Rois pour que chacun puisse en profiter un dimanche. Le gâteau se dévore à présent le deuxième dimanche après Noël. C'est en général le premier dimanche de l'année. 

En 2016, c'est donc le dimanche 3 janvier que la galette des Rois a en théorie pris place sur les tables françaises. Mais heureusement, la règle n'est pas si stricte. La galette des Rois se déguste ainsi tout au long de la première moitié du mois de janvier. Et, à voir les étals des boulangers et pâtissiers, on commencer même à la manger dès la fin du mois de décembre. Pour les artisans de la boulange et de la pâtisserie, il s'agit en effet d'un moment crucial pour le chiffre d'affaires de leur début d'année.

Une étude réalisée l'an dernier par OpinionWay pour "Les Cidres de France" révélait que 85% des Français célèbrent l'événement en mangeant un gâteau (brioche ou galette), ils sont même 37% à la fêter plusieurs fois en début d'année. Ils sont 70% à choisir une galette de frangipane, 11% seulement optent pour le "gâteau des rois" parsemé de pâte de fruit. A noter : la boisson choisie pour accompagner ce moment de convivialité est le cidre pour 67% des sondés.

L'épiphanie, une fête chrétienne ?

Si aujourd'hui, la galette des Rois est associée à la tradition chrétienne, on trouve toutefois ses origines dans une tradition païenne puisque l'Épiphanie était l'occasion de célébrer le dieu Dyonisos, dieu de la vigne, du vin, mais aussi de la fête et des excès dans la mythologie grecque. On retrouve aussi l'Épiphanie dans la tradition romaine, elle correspondait alors aux Saturnales. Saturne symbolisait les liens de la famille avec la cité. Et permettait à tous de se retrouver, quelle que soit sa condition sociale, comme l'explique Nadine Cretin, historienne des fêtes spécialisée en anthropologie religieuse et interrogée par Lexpress.fr : "Durant ces fêtes, au moment du solstice d'hiver, maîtres et esclaves étaient sur un pied d'égalité et tout le monde mangeait à la même table. C'était dans l'idée de revivre l'Age d'or [ou l'éternel printemps]."

Ce n'est qu'au IVe siècle, dans les communautés chrétiennes d'Orient, qu'on retrouve l'Épiphanie associée à la naissance de Jésus. La première reconnaissance de son caractère sacré vient des rois mages qui voient en lui le Messie. L'arrivée des rois mages après un long voyage survient douze jours après leur départ et devient, dans la tradition chrétienne, un événement que l'on commémore. Le 6 janvier devient alors la toute première fête sacrée du calendrier liturgique, elle remplace rapidement les fêtes païennes et s'incarne avec la galette des Rois qu'il faut partager avec ses proches. 

On retrouve plusieurs vestiges de ces fêtes dans notre galette des Rois actuelle. Les Romains avaient l'habitude de tirer au sort le roi d'un festin à l'aide d'un jeton noir ou blanc. Cette tradition s'appliquait dans les familles ou même les garnisons, durant les Saturnales. Celui qui avait été roi pouvait, le temps d'une journée, donner des ordres et réaliser ses désirs. Et c'est aussi lors des Saturnales que le plus jeune d'une assemblée, censé être le plus innocent, allait sous la table choisir à qui serait attribuée quelle part.  

VIDEO. Galette des rois : les Français préfèrent le classique

Article le plus lu : Millas : un bus scolaire percuté par un train, au moins 2 morts : voir les actualités

Vin / Noël

Annonces Google