Jour de carence : pourquoi les fonctionnaires n'en avaient pas ?

Le jour de carence dans la fonction publique sera rétabli par le gouvernement d'Emmanuel Macron. Jusqu'à présent, les fonctionnaires échappaient à ce premier jour de maladie sans remboursement. pourquoi ?

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, l'a annoncé, conformément au programme d'Emmanuel Macron : le jour de carence dans la fonction publique devrait être rétabli à partir de 2018. Cela signifie que lors d'un arrêt maladie, un salarié de la fonction publique ne sera pas immédiatement indemnisé par la sécurité sociale. Il lui faudra attendre un jour pour obtenir ses indemnités. Ce jour de carence avait été instauré en 2012 par Nicolas Sarkozy, avec un souci d'équité vis-à-vis des salariés du privé (un salarié du privé ne perçoit une indemnité qu'à partir du quatrième jour de maladie), mais aussi au motif de lutter contre l'absentéisme dans la fonction publique tout en réduisant les dépenses. Le gouvernement de François Hollande avait supprimé ce jour de carence dans la fonction publique en 2014, arguant que les salariés du public n'avaient pas les avantages du privé en terme de couverture.

Pourquoi donc les salariés du public bénéficiaient, avant 2012 et depuis 2014, de ce que d'aucuns appellent un "privilège" ? Il faut savoir que dans le privé, environ les deux tiers des salariés sont couverts par leur entreprise, qui leur fournit une prise en charge meilleure que la prise en charge de base de la sécurité sociale. Début 2015, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) publiait un rapport dans lequel elle estimait que les couvertures des entreprises compensaient généralement totalement le délai de carence. En cas d'arrêt maladie de trois jours, un salarié du privé n'est, dans la plupart des cas, pas pénalisé par ce délai de carence. 

C'est bien l'argument avancé par les syndicats du public aujourd'hui. Bernadette Groison, secrétaire générale du syndicat de professeurs FSU, s'indigne du retour du jour de carence dans la mesure où "il n'y a pas de conventions collectives qui prendront en charge la journée de carence dans le public". "C'est vraiment une mesure totalement inutile et injuste", conclut-elle.  Certains arguments peuvent en revanche être avancés par les défenseurs de ce jour de carence, en particulier son effet sur l'absentéisme dans la fonction publique. Lors de son instauration en 2012, le jour de carence aurait ainsi fait chuter le nombre d'arrêts maladie de 43% dans la fonction publique territoriale.

Article le plus lu : Black Friday : les meilleures affaires en direct : voir les actualités

Fonction publique

Annonces Google