Disparition de Maëlys : des "fichés sexuellement" présents au mariage ?

MAELYS DIRECT - La petite Maelys de Araujo, 9 ans, disparue depuis le 27 août 2017, n'a toujours pas été retrouvée. Et les dernières informations se limitent à ce stade à des déclarations troubles d'un proche du principal suspect...

L'essentiel sur la disparition de Maëlys

Alors que les recherches sur le terrain pour retrouver la petite Maëlys, disparue en Isère le 27 août dernier lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, s'achèvent, les espoirs se concentrent désormais sur les déclarations du principal suspect, Nordahl L, mis en examen pour "enlèvement et séquestration de mineur de 15 ans". Mais ce dernier campe sur ses dénégations et les informations se raréfient autour de l'affaire qui hante les enquêteurs et les locaux depuis des semaines. Parmi les derniers faits marquants, le frère du suspect, Sven L. a pris la parole dans le Dauphiné Libéré. Il se dit convaincu de son innocence et affirme qu'il y avait "dix fichés sexuellement parmi les invités de ce mariage", le soir de la disparition de Maëlys. Des propos qu'il convient évidemment de prendre avec précaution (voir plus bas).

Affaire Maelys : dernières infos en direct

19:07 - Affaire Maëlys : plus de 50 000 euros pour les parents de la fillette disparue

La cagnotte Leetchi mise en ligne le jeudi 7 septembre, afin d'aider la famille de Maëlys, a déjà permis de récolter 50 000 euros, indique LCI. Les parents de la fillette n'ont pas repris leur travail depuis la mystérieuse disparition de leur fille, dans la nuit du 26 au 27 septembre dernier. "Nous sommes d'anciennes camarades de promo de l'école d'infirmières de la maman de Maëlys et nous avons décidé de nous rassembler pour manifester notre soutien à notre collègue et amie. Nous avons créé cette cagnotte pour permettre aux parents de Maëlys de se consacrer entièrement à leur famille en ce moment, sans craindre la perte de revenus. Nous vous proposons de manifester également votre soutien à cette famille", ont écrit les collègues de la mère de Maëlys, infirmière. La cagnotte est encore ouverte pour plusieurs jours.

16:29 - Affaire Maelys : une disparition hors-norme

Pour rappel, chaque année, ce sont 49 000 disparitions de mineurs qui son signalées en France. Mais le HuffPost le rappelait récemment : la disparition de Maelys reste un cas hors norme dans ces statistiques. d'abord parce que parmi ces 49 000 disparus, de nombreux enfants très jeunes sont rapidement retrouvés après s'être égarés ou avoir échappé à la surveillance de leurs parents. Ensuite parce que au delà de 13 ans, la disparition peut s'assimiler à une fugue. Parfois, celle-ci est malgré tout considérée comme une "disparition inquiétante", au même titre qu'une enlèvement. On descend alors à 405 cas pour l'année 2015. Alors, le mineur a généralement laissé une lettre évoquant le suicide, suit un traitement médical ou souffre de troubles comportementaux. Dans ces quelque 400 cas, la disparition de Maëlys, toujours non élucidée après plus de dix jours reste exceptionnelle.

15:13 - Affaire Maëlys : comment en parler aux enfants ?

France Info a contacté récemment Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l'association Mémoire traumatique et victimologie. Ce médecin assure que la mis en place d'une cellule psychologique est très utile dans l'école de la fillette disparue. "Le but est qu'ils ne restent pas avec des idées inquiétantes car à cet âge, ils ont beaucoup d'imagination. Il faut verbaliser ce qui leur passe par la tête, leurs peurs", dit-elle, ajoutant : "On constate à quel point les enfants posent les bonnes questions. Ils osent utiliser des termes que des adultes n'oseraient pas prononcer. Ils vont demander si Maëlys est morte, ils vont demander ce qui lui est arrivé, ils peuvent aussi soupçonner des violences sexuelles... [...] Notre rôle est de leur répondre pour lever leurs doutes ou leurs peurs".

14:11 - Les recherches de Maelys terminées, une équipe de veille reste active

Se dirige-t-on vers une affaire insoluble ? Comment les enquêteurs peuvent-ils avancer s'il n'y pas de nouvel indice dans l'affaire ? La petite Maëlys peut-elle encore être retrouvée ? Si les investigations sur le terrain se sont achevées, les gendarmes ont fait savoir qu'ils restaient "à la disposition" de l'enquête pour procéder à de nouvelles recherches si nécessaire, si l'enquête judiciaire permettait de dégager une nouvelle piste". L'enquête va en effet se limiter désormais à l'analyse des signalements reçus et l'interrogatoire du suspect. Au total, ce sont six patrouilles véhiculées, dix hommes sur le terrain ainsi que douze membres de la cellule d'enquête qui restent mobilisables.

13:36 - Disparition mystérieuse : les médiums sont-ils écoutés ?

Franceinfo s'est intéressé à ce phénomène qui survient à chaque disparition médiatisée : de nombreuses personnes se disant médiums font part aux enquêteurs de leurs flashs et autres visions. Mais sont-elles prises au sérieux ? "Tout signalement est pris au sérieux. Tout ce qui est vérifiable est vérifié. Un appel reste un appel, aucun n'est pris à la légère", confie une source proche de l'enquête sur la disparition de Maëlys. "On ne peut pas ne rien faire. On vérifie les endroits plausibles qu'on nous signale. C'est même un peu embêtant parce qu'on les rend quasiment crédibles", affirme également à franceinfo Jean-Marc Bloch, ancien chef de la direction régionale de la police judiciaire à Versailles. Néanmoins, une autre source de la police judiciaire interrogée par le média tempère : "Les informations données par les médiums ne sont pas prises en compte dans les investigations, sauf si la famille le demande." Et si parfois elles peuvent orienter les enquêteurs d'une manière ou d'une autre, aucun médium n'a cependant jamais apporté "de solution spectaculaire", note encore une source policière.

12:33 - La durée de la détention de Nordahl L. est-elle limitée ?

Outre les conditions de fond, la durée d'une détention provisoire est, théoriquement, limitée. Condamnée par le passé par la Cour européenne des droits de l'homme, la France limite, depuis les années 1990, ce type de détention a un an. Mais la détention provisoire dans une affaire criminelle peut être renouvelée par périodes de six mois via des ordonnances, après débat contradictoire. Reste que dans l'absolu, cette détention ne peut pas dépasser trois ans et il faut alors que la peine encourue soit supérieure à 20 ans. Ce qui pourrait être le cas d'ans l'affaire Maëlys.

11:15 - Que va devenir le suspect dans l'affaire Maelys ?

Actuellement en détention provisoire et mis en examen pour "enlèvement et séquestration de mineure de moins de 15 ans", Nordahl L., principal suspect dans l'affaire Maëlys nie toute implication dans sa disparition, malgré les éléments qui s'accumulent contre lui. Sans preuve, sans aveu et sans corps, peut-il rester en détention provisoire ? C'est au juge des libertés et de la détention (JLD) d'en décider, selon la demande des juges d'instruction chargés dans l'enquête. Sur le fond, la détention provisoire doit être justifiée, soit pour les besoins de l'enquête (conserver des preuves, éviter les pressions ou la concertation avec d'éventuels complices ou témoins, éviter la fuite d'un suspect), soit pour protéger le mis en examen. Le maintien de Nordahl L. peut donc se justifier dans les deux cas puisqu'il a été menacé de mort.

10:11 - Les éléments accablants se multiplient contre le suspect 3/3

Au début de l'enquête, des griffures sur les bras et les jambes du suspect ont interpellé les enquêteurs. Nordahl L. a indiqué qu'elles étaient la conséquence d'une séance de jardinage au milieu de framboisiers. Une activité peu habituelle pourtant chez lui... Très vite, les gendarmes se sont aussi aperçu que le suspect leur avait caché qu'il possédait un deuxième téléphone portable, coupé une bonne partie de la soirée, mais qui a activé des antennes relais à trois reprises, à bonne distance de la salle des fêtes où se tenait le mariage. Le suspect a d'abord dit aux enquêteurs que ce téléphone faisait l'objet d'une résiliation, raison pour laquelle il ne l'avait pas mentionné. Mais il serait démontré que la demande de résiliation a été envoyée le lendemain du mariage seulement.

09:07 - Les éléments accablants se multiplient contre le suspect 2/3

Aux enquêteurs, Nordahl L. a aussi affirmé que Maelys n'était pas montée dans sa voiture le soir du mariage, avant de dire le contraire, de l'ADN de la fillette y aillant été retrouvé. Il a déclaré qu'un "blondinet" était aussi venu à bord, pour vérifier si un chien se trouvait dans la voiture, mais ce petit garçon n'aurait jamais existé. Le lendemain du mariage, le suspect aurait en tout cas nettoyé sa voiture minutieusement, utilisant un produit pour les jantes particulièrement puissant pour décaper son coffre. Il a également passé près d'une heure et demie dans une station de lavage.

08:53 - Les éléments accablants se multiplient contre le suspect 1/3

Outre les recherches massives réalisées depuis la fin août, l'enquête sur la disparition de Maelys a abouti à une piste sérieuse avec l'arrestation et la mise en examen d'un suspect. Nordahl L., trentenaire invité de dernière minute du mariage, a d'abord déclaré aux enquêteurs qu'il ne s'était pas absenté lors de la noce, alors qu'il a été prouvé qu'il avait quitté les lieux une, puis trois fois. Pour justifier ses absences, Nordahl L. indique avoir eu besoin de se changer après avoir taché son short avec du vin, il a aussi déclaré avoir voulu s'approvisionner en cocaïne pour la vendre à des invités ou la consommer. Lorsque la disparition de Maelys a été signalée, il aurait fait semblant d'être malade, puis se serait éclipsé juste avant l'arrivée des gendarmes.

08:39 - Cela fait 23 jours que la petite Maelys est portée disparue

Cela fait désormais 23 jours que la petite Maelys de Araujo, 9 ans, est portée disparue. Pour rappel, la fillette se trouvait à un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, avec ses parents et sa soeur, quand la disparition a eu lieu. La dernière personne à l'avoir vue serait sa grand-mère, vers 2h45 du matin. Vers 3 heures sa disparition a été remarquée et après quelques recherches infructueuses par ses proches et les invités du mariage, la gendarmerie a été contactée. Un important dispositif de recherche a été déployé pendant plusieurs semaines pour ratisser les environs de la salle des fêtes, mais aussi des lacs situées en Savoie, où le principal suspect, Nordahl L. avait ses habitudes. Ces recherches, qui touchent à leur fin, sont restées infructueuses.

08:26 - Des délinquants sexuels ? Un fichier mentionné par le Parisien dès le 31 août

Comment Sven, le frère de Nordahl L., principal suspect dans l'affaire Maelys, en est venu à évoquer dans la presse la présence de "dix fichés sexuellement" lors du mariage pendant lequel la fillette a disparu ? Difficile de répondre à cette délicate question. L'hypothèse d'un dérapage ou tout du moins d'une exagération ne peut être totalement écartée. Sven L. a pu reprendre et déformer des rumeurs ou des informations partielles parues en grand nombre dans la presse et qui n'ont pas pour autant été vérifiées ni même confirmées de source officielle (lire ci-dessous). Le 31 août, Le Parisien écrivait que le nom du premier gardé à vue et "d'autres personnes" apparaissaient dans le "fichier automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes", le FIJAISV (lire ici). Cette information n'a jamais été confirmée depuis.

Disparition de Maëlys

La disparition de Maëlys, lors d'un mariage à, en Isère, reste encore mystérieuse. Maëlys De Araujo, 9 ans, a été vue pour la dernière fois à trois heures du matin dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août, lors du mariage d'un cousin de sa mère, dans la salle des fêtes de  Pont-de-Beauvoisin. Quand sa disparition a été signalée, le DJ a immédiatement prévenu les invités qui ont procédé aux premières recherches. Elle "a été cherchée pendant une heure environ par sa famille, qui a ensuite alerté la gendarmerie", a indiqué Violaine Demaret, sous-préfète de Grenoble, à France Info.

Maëlys de Araujo

Un appel à témoin a été lancé pour retrouver la fillette : Maëlys De Araujo "mesure 1m30, pèse 28 kg, a la peau mate, les yeux marrons et les cheveux châtains". Elle était "vêtue d'une robe sans manches" et "de nu-pieds". Sa famille semble stable. Son père et sa mère ont de bonnes relations et étaient d'ailleurs tous les deux présents au mariage avec leur première fille, la soeur aînée de Maëlys. Le numéro à contacter si vous pensez la reconnaître est le 04.76.37.00.17.

Recherche de Maëlys

Depuis dimanche 27 août, les environs de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin ont été passés au peigne fin. Un hélicoptère, six maîtres-chiens, ainsi qu'une centaine de gendarmes ont fouillé les résidences, les espaces boisés, la forêt. Des plongeurs ont sondé la rivière du Guiers, non loin du lieu de la disparition, et des spéléologues sont même allés inspecter des cavités dans les environs. Des renforts sont arrivés mercredi 30 et jeudi 31 août pour intensifier les recherches. Un drone a été utilisé pour cartographier la zone. De nombreux appels téléphoniques ont déjà été analysés par les enquêteurs. Depuis mercredi 6 septembre, le dispositif de recherches a été renforcé pour fouiller et sonder un lac de Savoie, le lac d'Aiguebelette, situé près du domicile du principal suspect de l'affaire et où il avait ses habitudes. Jeudi 7 septembre, les fouilles se poursuivaient dans les gorges de Chailles, un canyon situé sur la commune de Saint-Béron, en Savoie avec un hélicoptère et des gendarmes de haute montagne. Mais une semaine plus tard, le dispositif devait être considérablement réduit, aucune de ces fouilles n'ayant donné de résultat.

Enlèvement de Maëlys : piste privilégiée

Les enquêteurs semblent se tourner de plus en plus visiblement vers la piste de l'enlèvement. Lundi 28 août, le parquet de Bourgoin-Jallieu indiquait que les recherches se poursuivaient sous la qualification "d'enlèvement" bien "qu'à ce stade, au regard du temps écoulé depuis la disparition de la jeune fille et des moyens déployés, aucune piste, accidentelle ou criminelle, n'est écartée". Premier indice laissant penser à un scénario criminel : les recherches, infructueuses, laissent penser qu'il ne s'agit pas d'une fugue ou d'un accident, généralement rapides dans leur dénouement. "Si Maëlys avait eu un accident, on l'aurait trouvée", a d'ailleurs lâché un enquêteur au Parisien dès le 28 août. Lors d'une conférence de presse le lendemain, la procureure de la République de Bourgoin-Jallieu ajoutait que la piste criminelle n'était "plus écartée [...] compte tenu du temps écoulé" depuis la disparition.

L'attention portée par les enquêteurs à trouver d'éventuels suspects, dès les premières heures de l'enquête, est aussi flagrante. Les invités du mariage ont tous été entendus. Les films du mariage ont été saisis et examinés eux aussi. Les participants à deux autres fêtes, dans une salle paroissiale et dans un bar, à quelques centaines de mètres de là, ont aussi été entendus. La station RTL a également indiqué que le domicile du gardien de la salle des fêtes où avait lieu le mariage a été perquisitionné le mardi 29 août.

Autre élément qui semble écarter un accident : un chien de la gendarmerie chargé de suivre la trace de Maëlys s'est arrêté sur le parking de la salle des fêtes où avait lieu le mariage. La jeune fille a pu être "embarquée" dans un véhicule lâchait le Parisien dès le mardi 29 août. L'alerte enlèvement n'a en revanche pas été déclenchée. Il faut en effet que l'enlèvement soit "avéré" pour qu'un tel dispositif soit utilisé. avec a minima le lieu, l'heure de l'enlèvement, ou encore le signalement d'un véhicule suspect. Des éléments cruellement absents dans cette affaire.

Au cours de cette enquête minutieuse, un suspect principal a été identifié. Ce dernier, présenté comme un invité de dernière minute du mariage, s'est absenté  "sur des créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de la fillette". Compte tenu des incohérences dans ses explications, il a d'abord été placé en garde à vue, puis relâché le temps d'analyses approfondies. Des traces ADN de Maelys ont finalement été retrouvées dans son véhicule et le suspect aété mis en examen dimanche 3 septembre pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". il est actuellement en détention provisoire.

Nordahl L, suspect de l'affaire Maëlys

Le principal suspect dans l'affaire Maelys serait Nordahl L, un homme de 34 ans, présenté comme un "copain" du marié qui serait venu aux noces tardivement. Il est domicilié à Domessin, commune de Savoie, tout proche de Pont-de-Beauvoisin, où il vit chez ses parents et serait connu des services de gendarmerie pour des actes de petite délinquance et usage de stupéfiants. Selon les informations communiquées par son avocat, il vit de "contrats d'intérim" et est actuellement en arrêt maladie. Il est décrit comme un homme passionné par les chiens et par la boxe. Sa mère le décrit comme un "gentil garçon", "pas agressif". Nordahl L. a passé 5 ans dans l'armée, au 132e Bataillon cynophile, mais aurait été réformé pour "son comportement psychologique instable". Il aurait tenté il y a sept ans de lancer son propre élevage canin. Ecroué, l'homme nie toute implication dans le possible enlèvement de la Maëlys.

Pourquoi les enquêteurs le suspectent d'être à l'origine de la disparition de Maëlys ? Il n'a que tardivement reconnu, en garde à vue, qu'il s'était absenté lors du mariage, "à des horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys". Il a prétexté être rentré chez lui pour changer de short, tâché de vin, puis l'avoir jeté, à cause de son état, dans une poubelle publique. Ce vêtement est introuvable. Une trace d'ADN de Maëlys a été identifiée dans sa voiture, sur le tableau de bord. Il a finalement reconnu avoir fait entrer la fillette à l'arrière de son véhicule, avec un autre enfant. Or, les enquêteurs sont convaincus qu'il a "inventé" cette histoire et que le "petit garçon" n'existe pas. D'autre part, des traces de griffures sur les bras et genoux de Nordahl L. ont été retrouvées, le suspect explique ces marques par des activités de jardinage, or sa mère a signifié aux enquêteurs que son fils ne jardinait pas. Autre élément troublant, l'homme de 34 ans a nettoyé son véhicule le lendemain de la fête, de fond en comble, en appliquant un produit pour jantes dans le coffre, particulièrement efficace pour enlever les odeurs. Nordahl L. assure qu'il avait prévu de vendre cette voiture dans la semaine.

Parents de Maëlys : leur réaction

Selon les informations du Dauphiné Libéré, la famille de Maëlys ont décidé de se porter partie civile. Les parents de la fillette disparue ont publié mardi 5 septembre un communiqué, rendu public par leur avocat, Me Rajon, relayé sur le site du journal régional : "La famille de Maëlys appelle au respect du secret de l'instruction dans cette affaire et entend protéger strictement l'intimité et la vie privée de son foyer. Compte tenu de l'importance cruciale des investigations en cours, qu'il convient de ne pas gêner, les parents de Maëlys ne feront aucun commentaire dans la presse, dans l'immédiat. [...] Les parents de Maëlys remercient les personnes qui se sont portées volontaires afin de rechercher leur fillette disparue et tous ceux qui les soutiennent dans cette épreuve. Ils encouragent toute personne susceptible de détenir une information utile à se rapprocher sans tarder des services de l'enquête". Par ailleurs, la famille tient à préciser que, contrairement à ce qui a été rapporté dans les médias, le père de Maëlys ne connaît pas Nordahl L, l'homme mis en examen dans cette affaire.

Article le plus lu : Ouragan Maria : images des dégâts, les infos : voir les actualités

Autour du même sujet