Disparition de Maëlys : la dispute entre le père de Maëlys et le suspect

MAELYS DIRECT - France Soir exhume une information de Paris Match, selon laquelle le père de Maëlys de Araujo et Nordahl L., principal suspect dans l'affaire, auraient eu une altercation le soir de la disparition. En cause : la relation nouée par le trentenaire avec Maelys...

L'essentiel sur la disparition de Maëlys

Il s'était approché de la fillette, sans doute d'un peu trop près, allant jusqu'à jouer les "copains" ou lui montrer des photos de ses chiens sur son téléphone portable. France Soir rappelle que Nordahl L., principal suspect dans l'affaire Maëlys, aurait eu un échange vif avec le père de cette dernière au cours du mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, lors duquel elle a disparu, le 27 août dernier. Une information parue il y a déjà quelques jours dans Paris Match. L'enquête se concentre désormais sur ce suspect, Nordahl L, mis en examen pour "enlèvement et séquestration de mineur de 15 ans". Les juges comptent exploiter les failles et les contradictions qui ont émergé dans son discours, mais les informations se raréfient autour de l'affaire. Les enquêteurs se concentrent aussi sur les appels et signalements reçus via l'appel à témoins lancé dès la fin août. Un travail de fourmi à l'issue incertaine.

Affaire Maelys : dernières infos en direct

23:46 - "Sais-tu où est ma fille ?", avait demandé la mère de Maëlys au suspect

Dans une interview donnée au Parisien en début de semaine dernière, l'avocat des parents de la fillette décrit par ailleurs l'échange entre Nordahl L. et la mère de la fillette au moment où cette dernière a disparu. "Lorsque la maman de Maëlys s’est aperçue de la disparition de sa fille, elle est allée questionner cet individu en lui demandant : Sais-tu où est Maëlys ?' Il lui a répondu : 'Non.' Mais il ne lui a pas paru vraiment concerné par la disparition de sa fille", rapporte-t-il, ajoutant que l'homme de 34 ans était parti de la fête avant l'arrivée des gendarmes, alors que tout le monde s'activait pour rechercher la fillette. "Cet homme est face à sa conscience. Il a l’occasion de dire la vérité sur ce qui s’est passé. Oui, la famille lance cet appel", poursuit-il encore.

21:43 - Nordhal L. aurait quitté le mariage avant l'arrivée des gendarmes

Plusieurs éléments sèment le trouble concernant le comportement de Nordahl L. lors du mariage. Selon l'enquête de Paris Match, publiée la semaine dernière Nordahl L. n'a pas cherché la petite Maëlys lorsque sa disparition a été signalée, comme tous les invités du mariage. Un enquêteur explique qu'il a prétendu être malade à cause de l'alcool. "Il s'est fait accompagner aux toilettes par un invité et fait semblant de vomir, selon ce dernier", écrit l'hebdomadaire. Peu après, il quitte les lieux à bord de sa voiture, avant l'arrivée des gendarmes. Lors de l'enquête, les gendarmes ont également retrouvé l'existence d'une seconde ligne téléphonique, que le suspect aurait résilié deux jours après la disparition de la fillette. 

20:36 - L'avocat de la famille fait part de ses doutes concernant le suspect et sur son comportement envers Maëlys

Même si le suspect continue de clamer son innocence, l'avocat de la famille a fait part de son interrogation dans les colonnes du Dauphiné Libéré il y a quelques jours. "La fillette aurait parlé de cet homme comme son ‘copain’ et l’aurait désigné comme son ‘tonton’ à un invité du mariage", a déclaré Me Fabien Rajon. Des surnoms qui peuvent interpeller quand on prend en considération la différence d'âge entre eux, près de 25 ans, et que l'on sait qu'ils ne partagent aucun lien de parenté.

19:58 - Le comportement de Nordahl L. avec Maëlys reste suspect selon les enquêteurs

Quel a été le comportement de Nordahl L. avec Maëlys ? Lors de son édition le 15 septembre dernier, Paris Match révélait que le témoignage d'un invité : "Le suspect a été vu par de nombreux témoins, dans la salle où les enfants dormaient sous l’œil de la baby-sitter. Dans cette pièce isolée, il parlait avec Maëlys et lui montrait sur son téléphone portable des photos de ses chiens, l’une des passions de la petite fille", avait déclaré ce témoin cité par Paris Match. Cette proximité avec les enfants a semble-t-il intrigué plusieurs convives. Alors que l'enquête est bloquée, Nordahl L. reste toujours en garde à vue.  "Visiblement, il n’a pas eu un comportement adéquat avec eux", ajoute une source proche de l'enquête.

19:13 - L'altercation du père de Maelys avec le suspect lors du mariage

Selon les informations de Paris Match datant du 8 septembre et reprises par France Soir ce mercredi, le père de la fillette a eu une altercation avec le principal suspect Nordhal L., lors du mariage. "Joachim de Araujo n'appréciait visiblement pas la proximité entre l'ancien militaire de 34 ans et la fillette qui est ensuite passée dans sa voiture et qui est recherchée sans succès depuis", déclare le journal. Le père de Maëlys a également reproché à l'homme de 34 ans de ne pas avoir participé aux recherches. Un reproche également partagé par la mère de la fillette, qui a déjà précisé au Dauphiné Libéré qu'elle trouvait le comportement du suspect étrange lors du mariage. Nordhal L. avait montré plusieurs vidéos à la fillette et il affirme que cette dernière a monté dans sa voiture pour observer ses chiens. Malgré ces soupçons, la petite fille de 9 ans n'a toujours pas été retrouvée et le suspect continue de clamer son innocence. 

18:41 - Une double disparition dans le Lot-et-Garonne rappelle l'affaire Maelys

Elle n'a évidemment rien à voir avec l'affaire Maelys, mais une double disparition de deux soeurs de 12 et 13 ans, handicapées, vient nous rappeler que les disparitions de mineures sont régulières en France. A  Nérac, dans le Lot-et-Garonne, la gendarmerie vient de lancer des recherches pour tenter de retrouver la trace de ces deux fillettes, disparues depuis près d'un an. La mère des deux filles handicapées a été interpellée et placée en garde. Une enquête a été ouverte pour délaissement de mineures. Le domicile familial et un cours d'eau voisin ont été explorés, notamment par une brigade cynophile. C'est l'établissement spécialisé qui a fait un signalement aux autorités.

17:48 - Des escrocs aussi viennent brouiller les pistes et gaspiller l'énergie

Dans cette mobilisation tous azimuts du Web, les parasites et les escrocs sont légion. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête judiciaire en début de semaine pour "tentative d'escroquerie" pour en savoir plus sur un imposteur qui s'est fait passer pour la maman de Maëlys, en lançant une cagnotte en ligne. L'arnaqueur s'était fait appelé "Yveline Moreau". Selon l'Express, c'est une des victimes qui a contacté la police de lui-même, après avoir reçu un mail qui lui demandait "une aide financière".

17:12 - La famille de Maelys vigilante face à la mobilisation du Web

Les groupes d'internautes évoqués par l'Express, qui pullulent pour tenter de faire avancer l'enquête sur la petite Maëlys, n'ont que peu de lien avec les gendarmes et peuvent diriger vers de fausses pistes. La famille de l'enfant disparu ne s'y seraient d'ailleurs pas trompé, selon un proche : "Elle est très touchée par la mobilisation sur Internet mais reste vigilante et fait la part des choses. Il y a vraiment de tout et n'importe quoi".

16:16 - Recherches de Maëlys : des "profilers" amateurs au loisirs étranges

Dans son enquête sur les groupes de recherche constitués par des civils curieux sur Internet, L'Express interroge quelques-uns des "apprentis détectives", "passionnés" par cette enquête, convaincus qu'ils peuvent aider les gendarmes. "Tout est né il y a trois semaines par un événement créé sur Facebook", explique ainsi Stéphanie, l'administratrice d'un groupe de plus de 500 personnes. "Au fur et à mesure, des cercles de discussion ont essaimé pour maintenir un lien", dit-elle, regrettant malgré tout que "c'est parfois la guerre entre les groupes car certains postent des messages morbides". Au programme : des rendez-vous sur le terrain, là où le suspect avait ses habitudes, des échanges de photos montrant ce dernier, avec parfois des discussions sur où les clichés ont été pris. Le but ? Identifier des lieux ou formuler des hypothèses auxquelles n'auraient pas pensé les enquêteurs. "C'est comme un immense jeu de pistes. Le moindre indice trouvé serait une réussite pour nous", s'enthousiasme un autre membre de la communauté.

14:57 - "L'homme arrêté est une erreur" écrit un voyant loufoque sur Internet

Depuis la disparition de Maëlys, des milliers d'internautes se lient en communautés sur la toile, dans des groupes de "recherche" alternative à l'enquête officielle. Comme l'a repéré L'Express, certains d'entre-eux - qui réunissent plus de 8000 membres - sont inondés de messages assez déroutants. Le média prend l'exemple d'un voyant qui propose ses services rémunérés et qui se dit convaincu que "l'homme arrêté est une erreur", affirmant que Maëlys "n'est pas morte" et qu'elle a eu un accident. Il assure encore : "Elle me dit 'Je veux sortir, aidez moi!'". Dans son reportage, L'Express cite encore des médiums en désaccord, l'un se disant certain que la fillette est au Portugal, un autre pensant qu'elle est en Belgique.

11:32 - Le principal suspect dans l'affaire Maelys nie encore

Incarcéré "à l'isolement" à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, après avoir reçu des menaces de mort au sein de la prison de Varces, près de Grenoble, Nordahl L., le principal suspect dans la disparition de Maelys, a reçu la semaine dernière la visite de sa mère. Devant elle, son discours n'aurait pas varié selon son avocat Me Bernard Méraud : il aurait répété "ses dénégations les plus fortes, ce qu'il a toujours fait", a indiqué l'avocat à l'AFP. Nordahl L. est en détention provisoire depuis plus de deux semaines.

11:06 - Beaucoup de temps perdu avec l'appel à témoins pour retrouver Maelys

Il constitue la dernière source d'espoir pour retrouver la petite Maelys. Alors que les recherches ont été infructueuses et que le suspect nie en bloc tout lien avec la disparition, l'appel à témoins lancé après la disparition de l'enfant a rassemblé de nombreux appels et signalements. Mais le chef de l'office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), Philippe Guichard, indiquait dans l'Obs récemment à quel point il était difficile de démêler tous ces indices. "Nous avons dans la multitude d'appels des personnes en état d'ébriété, des voyants, des faux témoins, des blagueurs... Mais ces appels restent précieux. Nous ne savons jamais ce qui se cache derrière. Alors, nous sommes exhaustifs dans l'exploitation". Une exploitation qui peut faire perdre beaucoup de temps dans cette affaire.

Disparition de Maëlys

La disparition de Maëlys, lors d'un mariage à, en Isère, reste encore mystérieuse. Maëlys De Araujo, 9 ans, a été vue pour la dernière fois à trois heures du matin dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août, lors du mariage d'un cousin de sa mère, dans la salle des fêtes de  Pont-de-Beauvoisin. Quand sa disparition a été signalée, le DJ a immédiatement prévenu les invités qui ont procédé aux premières recherches. Elle "a été cherchée pendant une heure environ par sa famille, qui a ensuite alerté la gendarmerie", a indiqué Violaine Demaret, sous-préfète de Grenoble, à France Info.

Maëlys de Araujo

Un appel à témoin a été lancé pour retrouver la fillette : Maëlys De Araujo "mesure 1m30, pèse 28 kg, a la peau mate, les yeux marrons et les cheveux châtains". Elle était "vêtue d'une robe sans manches" et "de nu-pieds". Sa famille semble stable. Son père et sa mère ont de bonnes relations et étaient d'ailleurs tous les deux présents au mariage avec leur première fille, la soeur aînée de Maëlys. Le numéro à contacter si vous pensez la reconnaître est le 04.76.37.00.17.

Recherche de Maëlys

Depuis dimanche 27 août, les environs de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin ont été passés au peigne fin. Un hélicoptère, six maîtres-chiens, ainsi qu'une centaine de gendarmes ont fouillé les résidences, les espaces boisés, la forêt. Des plongeurs ont sondé la rivière du Guiers, non loin du lieu de la disparition, et des spéléologues sont même allés inspecter des cavités dans les environs. Des renforts sont arrivés mercredi 30 et jeudi 31 août pour intensifier les recherches. Un drone a été utilisé pour cartographier la zone. De nombreux appels téléphoniques ont déjà été analysés par les enquêteurs. Le mercredi 6 septembre, le dispositif de recherches a été renforcé pour fouiller et sonder un lac de Savoie, le lac d'Aiguebelette, situé près du domicile du principal suspect de l'affaire et où il avait ses habitudes. Jeudi 7 septembre, les fouilles se poursuivaient dans les gorges de Chailles, un canyon situé sur la commune de Saint-Béron, en Savoie avec un hélicoptère et des gendarmes de haute montagne. Des sonars ont aussi été utilisés. Mais une semaine plus tard, le dispositif devait être considérablement réduit, aucune de ces fouilles n'ayant donné de résultat. L'enquête se concentre désormais sur les signalements reçus grâce à l'appel à témoins.

Enlèvement de Maëlys : piste privilégiée

Les enquêteurs semblent se tourner vers la piste de l'enlèvement. Lundi 28 août, le parquet de Bourgoin-Jallieu indiquait que les recherches se déroulaient sous la qualification "d'enlèvement" bien "qu'à ce stade, au regard du temps écoulé depuis la disparition de la jeune fille et des moyens déployés, aucune piste, accidentelle ou criminelle, n'est écartée". Premier indice laissant penser à un scénario criminel : les recherches, infructueuses, laissent penser qu'il ne s'agit pas d'une fugue ou d'un accident, généralement rapides dans leur dénouement. "Si Maëlys avait eu un accident, on l'aurait trouvée", a d'ailleurs lâché un enquêteur au Parisien dès le 28 août. Lors d'une conférence de presse le lendemain, la procureure de la République de Bourgoin-Jallieu ajoutait que la piste criminelle n'était "plus écartée [...] compte tenu du temps écoulé" depuis la disparition.

L'attention portée par les enquêteurs à trouver d'éventuels suspects, dès les premières heures de l'enquête, est aussi flagrante. Les invités du mariage ont tous été entendus. Les films du mariage ont été saisis et examinés eux aussi. Les participants à deux autres fêtes, dans une salle paroissiale et dans un bar, à quelques centaines de mètres de là, ont aussi été entendus. Le domicile du gardien de la salle des fêtes où avait lieu le mariage a été perquisitionné le mardi 29 août.

Autre élément qui semble écarter un accident : un chien de la gendarmerie chargé de suivre la trace de Maëlys s'est arrêté sur le parking de la salle des fêtes où avait lieu le mariage. La jeune fille a pu être "embarquée" dans un véhicule lâchait le Parisien dès le mardi 29 août. L'alerte enlèvement n'a en revanche pas été déclenchée. Il faut en effet que l'enlèvement soit "avéré" pour qu'un tel dispositif soit utilisé, avec a minima le lieu, l'heure de l'enlèvement, ou encore le signalement d'un véhicule suspect. Des éléments cruellement absents dans cette affaire.

Au cours de cette enquête minutieuse, un suspect principal a été identifié. Ce dernier, présenté comme un invité de dernière minute du mariage, s'est absenté  "sur des créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de la fillette". Compte tenu des incohérences dans ses explications, il a d'abord été placé en garde à vue, puis relâché le temps d'analyses approfondies. Des traces ADN de Maelys ont finalement été retrouvées dans son véhicule et le suspect a été mis en examen dimanche 3 septembre pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". Il est actuellement en détention provisoire.

Nordahl L, suspect de l'affaire Maëlys

Le principal suspect dans l'affaire Maelys serait Nordahl L, un homme de 34 ans, présenté comme un "copain" du marié qui serait venu aux noces tardivement. Il est domicilié à Domessin, commune de Savoie, toute proche de Pont-de-Beauvoisin, où il vit chez ses parents et serait connu des services de gendarmerie pour des actes de petite délinquance et usage de stupéfiants. Selon les informations communiquées par son avocat, il vit de "contrats d'intérim" et est actuellement en arrêt maladie. Il est décrit comme un homme passionné par les chiens et par la boxe. Sa mère le décrit comme un "gentil garçon", "pas agressif". Nordahl L. a passé 5 ans dans l'armée, au 132e Bataillon cynophile, mais aurait été réformé pour "son comportement psychologique instable". Il aurait tenté il y a sept ans de lancer son propre élevage canin. Ecroué, l'homme nie toute implication dans le possible enlèvement de la Maëlys.

Pourquoi les enquêteurs le suspectent d'être à l'origine de la disparition de Maëlys ? Il n'a que tardivement reconnu, en garde à vue, qu'il s'était absenté lors du mariage, "à des horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys". Il a prétexté être rentré chez lui pour changer de short, tâché de vin, puis l'avoir jeté, à cause de son état, dans une poubelle publique. Ce vêtement est introuvable. Une trace d'ADN de Maëlys a été identifiée dans sa voiture, sur le tableau de bord. Il a finalement reconnu avoir fait entrer la fillette à l'arrière de son véhicule, avec un autre enfant. Or, les enquêteurs sont convaincus qu'il a "inventé" cette histoire et que le "petit garçon" n'existe pas. D'autre part, des traces de griffures sur les bras et genoux de Nordahl L. ont été retrouvées. Le suspect explique ces marques par des activités de jardinage, alors que sa mère a signifié aux enquêteurs que son fils ne jardinait pas. Autre élément troublant, l'homme de 34 ans a nettoyé son véhicule le lendemain de la fête, de fond en comble, en appliquant un produit pour jantes dans le coffre, particulièrement efficace pour enlever les odeurs. Nordahl L. assure qu'il avait prévu de vendre cette voiture dans la semaine.

Au fil de l'enquête, son comportement étrange lors du mariage a aussi été révélé. Présent plus tôt dans la journée pour le vin d'honneur, Nordahl L. aurait insisté pour venir à la soirée en promettant d'amener des "friandises", autrement dit de la cocaïne qu'il aurait partagée, vendue et consommée sur place. Il aurait passé beaucoup de temps avec la petite Maelys, lui montrant des photos de ses chiens sur son téléphone portable jusque dans la pièce servant de dortoir aux enfants ce soir là. Maëlys aurait présenté cet inconnu comme son "copain" voire son "tonton" à des invités. Quand la disparition a été signalée, il n'aurait pas vraiment paru "concerné" par ce qui se passait, selon les parents de Maelys eux-mêmes. Prétextant qu'il était malade à cause de l'alcool, il se serait réfugié aux toilettes et aurait fait semblant de vomir, puis aurait quitté les lieux avant l'arrivée des gendarmes.

Parents de Maëlys : leur réaction

Selon les informations du Dauphiné Libéré, la famille de Maëlys aurait décidé de se porter partie civile. Les parents de la fillette disparue ont publié mardi 5 septembre un communiqué, rendu public par leur avocat, Me Rajon, relayé sur le site du journal régional : "La famille de Maëlys appelle au respect du secret de l'instruction dans cette affaire et entend protéger strictement l'intimité et la vie privée de son foyer. Compte tenu de l'importance cruciale des investigations en cours, qu'il convient de ne pas gêner, les parents de Maëlys ne feront aucun commentaire dans la presse, dans l'immédiat. [...] Les parents de Maëlys remercient les personnes qui se sont portées volontaires afin de rechercher leur fillette disparue et tous ceux qui les soutiennent dans cette épreuve. Ils encouragent toute personne susceptible de détenir une information utile à se rapprocher sans tarder des services de l'enquête". Par ailleurs, la famille tient à préciser que, contrairement à ce qui a été rapporté dans les médias, le père de Maëlys ne connaît pas Nordahl L, l'homme mis en examen dans cette affaire.

Article le plus lu : Séisme au Mexique : les images du chaos : voir les actualités

Autour du même sujet