Comment choisir son assurance emprunteur Les points à vérifier au moment de souscrire une assurance associée à un prêt

Quel que soit l'interlocuteur que vous choisissez pour votre assurance emprunteur, vous devez rester rigoureux dans la lecture des conditions générales et dans la négociation que vous menez avec votre interlocuteur. D'abord, pensez à comparer les offres en isolant le taux d'intérêt de l'assurance proposé par votre banque du taux d'intérêt de votre crédit. "Le mieux est de demander des simulations chiffrées à votre interlocuteur afin de savoir combien vous paierez réellement par mois", conseille Joël Boumendil, président du courtier ACE.

"Le mieux est de demander des simulations chiffrées à votre interlocuteur afin de savoir combien vous paierez réellement par mois" Joël Boumendil, président du courtier ACE

Ensuite, au-delà du prix de l'assurance en lui-même, d'autres critères sont à prendre en compte. "Par exemple, portez une attention particulière à la période de franchise", conseille Olivier Poinsot, responsable marketing "habitat" chez April Assurances. Théoriquement, cette période pendant laquelle l'assuré n'est pas couvert en cas de dommages varie entre trente et quatre-vingt-dix jours. Même chose concernant le délai de carence. La durée entre le jour de la constatation de l'incident (invalidité, incapacité, chômage) et le jour à compter duquel la prestation est versée est très variable d'un contrat à un autre. Vous avez tout intérêt à ce qu'elle soit la plus courte possible. Puis, renseignez-vous sur les limites des contrats. Les maladies psychiques comme la dépression sont par exemple assez souvent exclues des garanties alors qu'elles peuvent finalement toucher tout le monde et à tout moment.

Enfin, pensez à vérifiez quel mode d'indemnisation est proposé en cas d'arrêt de travail. Dans un cas, les compagnies d'assurances proposent le maintien de votre revenu, autrement dit le versement de la différence entre les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale et votre salaire habituel. Dans un autre, elles prennent en charge la mensualité de crédit. A vous de choisir entre ces deux solutions. En sachant que si l'employeur complète déjà les versements de la Sécurité sociale afin de maintenir votre salaire, vous avez tout intérêt à prendre la seconde option, surtout si le maintien de revenu prend en compte les diverses indemnités obtenues par ailleurs.

Autour du même sujet

Dernière minute