L'emprunt à deux vit mal la séparation

Crédit couple Mobiliser les revenus de son conjoint en plus des siens constitue évidemment une bonne solution pour obtenir un crédit. Surtout si le montant est élevé. Mais cela engage la responsabilité des deux signataires tout au long de l'emprunt. Explications.

Vous êtes tombé amoureux d'une superbe bâtisse : grand terrain arboré, jardin, quiétude... Ou vous avez craqué pour une magnifique voiture des années 60 : calandre en trapèze, porte en papillon, traction... Problème : le prix. Le montant de ce coup de cœur nécessite de recourir au crédit. Mais le montant trop élevé vous empêche d'emprunter seul. Et si vous décidiez de faire ce crédit à deux avec votre conjoint ou une autre personne ? Cette association vous facilite l'accès au crédit car l'organisme prêteur disposera d'une sécurité supplémentaire : le revenu du coemprunteur en plus du vôtre.

Le contrat de financement n'est valide que s'il est signé par les deux coemprunteurs

La présence de deux personnes sur le contrat d'emprunt ne veut pas dire que le banquier n'examinera pas avec soin les charges et la composition des revenus des deux personnes qui sollicitent un prêt. Et en cas d'accord de prêt, le contrat de financement n'est valide que s'il est signé par les deux coemprunteurs. A cet instant, chacun devient responsable du remboursement de la dette. Dans le cas d'un bien immobilier ou d'un objet de collection, vous devenez également "coacquéreur". Ce qui signifie que chaque coemprunteur est propriétaire à parts égales du bien.

 

Faire attention aux liens entre les coemprunteurs

L'emprunt à deux pourrait donc s'avérer être une solution idéale si le risque de rupture n'existait pas. Ce n'est malheureusement pas le cas. Les choses se compliquent dès lors que les coemprunteurs souhaitent se séparer. Dans une telle situation, le sort du crédit dépend de votre situation familiale ou matrimoniale.

 Si vous êtes marié
S'il s'agit d'une simple séparation sans divorce, logiquement, les époux restent solidaires quant au remboursement. Mais si l'un des deux ne bénéficie plus de l'usage du bien financé, il peut demander une décharge de cette responsabilité. C'est au banquier de l'accepter ou non en fonction de l'appréciation qu'il fera de la capacité de l'autre conjoint à assumer seul le paiement des mensualités. En cas de refus, il n'y a pas de possibilité d'annulation de l'emprunt.

En cas de séparation, les époux restent solidaires du remboursement

En cas de divorce, vous décidez, en fonction de l'inventaire du patrimoine qui a été fait, de la personne qui conserve le bien et qui reprend la charge du crédit. Le banquier se charge alors de monter un nouveau dossier en prenant le soin de vérifier la capacité financière de cette personne. Mais l'autre n'est pas complètement désolidarisée du prêt car elle verse ce que l'on appelle une soulte. C'est-à-dire une prestation compensatoire destinée à compenser la perte financière liée au divorce. Et en cas d'impayé, elle peut également être sollicitée pour payer la dette. La solution peut également être de vendre le bien. Grâce à la sommé récupérée, il sera possible de clore le crédit.

 Si vous êtes pacsé
Les deux coemprunteurs restent solidaires vis-à-vis du remboursement de l'emprunt, même si l'un des conjoints a participé plus que l'autre au financement. En revanche, en cas de séparation et de fin du Pacs, cette solidarité s'éteint. Pour échapper à un éventuel litige, il est recommandé d'indiquer la part de chacun dans le crédit.

 Si vous êtes en union libre ou avez un tout autre lien
La situation ressemble à celle du Pacs car les deux personnes sont solidaires du remboursement du crédit. En revanche, la solidarité continue toujours d'exister même si elles se séparent. Là, la séparation n'induit pas un acte juridique.

 

La meilleure sortie d'un emprunt à deux

Au final, quelle que soit la situation, le crédit doit être clos pour que cesse l'engagement mutuel des responsabilités des coemprunteurs. C'est même la meilleure solution quand cela est possible. Pour y parvenir il suffit de faire un remboursement anticipé. La dette est ainsi soldée. Reste à savoir si pour cela il faut souscrire un nouveau crédit pour le montant restant ou céder le bien acheté en commun.

 

A LIRE AILLEURS

Divorce : toutes les procédures

Prêt immobilier

Dernière minute