Savoir protéger son patrimoine de la dette de la France Quels placements permettent d'échapper à une crise sur la dette d'un Etat ?

Si le scénario de la faillite de la France est possible mais presque improbable, il met en lumière les placements financiers qui sont directement touchés ou pas. Pour les particuliers, la réponse est assez rapide. Aucun placement ne ressortirait indemne d'une crise sur la dette de la France. L'assurance-vie largement investie en fonds euros, en a déjà fait les frais. Cela se reproduirait une nouvelle fois, même si une hausse des taux lui serait plus profitable puisque les obligations d'Etat seraient mieux rémunérées. 

En fait, tous les placements seraient affectés, même le Livret A. Selon Philippe Herlin, auteur de l'ouvrage "France, la faillite ?" aux Editions Eyrolles, "le tiers de l'épargne des Français est placé dans des bons d'Etat de la zone euro, essentiellement de la France, et cette proportion s'est renforcée". Et il précise : "Personne n'achète directement des bons du Trésor, mais les banques "transforment l'épargne : si le livret A verse un intérêt, il faut bien que qu'il soit placé dans un actif financier qui rapporte, et c'est en grande partie dans des emprunts d'Etat".

le marché de l'art est peu accessible pour tout à chacun mais constitue un
Le marché de l'art est peu accessible pour tout à chacun mais constitue un vivier pour un placement refuge au même titre que l'or. © XtravaganT - Fotolia

Dans ce contexte, on comprend tout de suite l'intérêt d'investir dans l'immobilier. Chacun est sûr de garder son toit, une fois l'emprunt remboursé. Par contre, ce n'est pas un outil pour générer de confortables revenus. En période de crise économique, les loyers ne peuvent plus augmenter de manière démesurée et le décret sur l'encadrement des loyers va accélérer le phénomène. Et puis, il faut aussi tenir compte d'un plus grand nombre d'impayés. Quant à la revente, les prix ont beaucoup progressé – trop ? – au point que le risque de vendre à un prix moins élevé selon le contexte local est réel. Ce qui explique aussi que les accords de financement des banques sont devenus plus sélectifs, y compris pour le locatif, la rentabilité locative étant moins assurée.

Placements refuges : immobilier et or

Au bout du compte, ce sont des produits comme l'or ou les œuvres d'art dans une moindre mesure, qui peuvent permettre de moins exposer son patrimoine à une nouvelle dégradation de la note de la dette française. Le souci est que tout le monde ne dispose pas des moyens nécessaires pour les acquérir. Du coup, le placement à privilégier reste le livret d'épargne. Un choix par défaut.