Taxe d'habitation : vers une suppression totale de l'impôt en 2022 ?

Taxe d'habitation : vers une suppression totale de l'impôt en 2022 ? TAXE HABITATION 2018 - Emmanuel Macron a réaffirmé son souhait de supprimer la taxe d'habitation pour tous les contribuables, à l'issue de son quinquennat. En attendant, bénéficierez-vous d'une baisse de votre taxe en 2018 ?

[Mis à jour le 12 avril 2018 à 16h59] Paierez-vous la taxe d'habitation en 2018 ? Si vous y étiez assujetti en 2017, la réponse est simple : oui, vous continuerez de vous acquitter de la taxe d'habitation cette année encore. Toutefois, son montant pourrait diminuer pour vous dès 2018, comme pour 80% des contribuables.

Pour rappel, la réforme de la taxe d'habitation, qui entre en vigueur cette année, vise à supprimer l'impôt pour 80% des contribuables, à l'horizon 2020. Cette exonération s'opérera via trois baisses successives du montant de la taxe. La première baisse, fixée à 30% du montant de son montant, est donc prévue pour cet automne.

Il se pourrait d'ailleurs que la part d'exonérés atteignent les 100% à l'issue du quinquennat d'Emmanuel Macron. Invité dans le journal télévisé de 13h de TF1 ce jeudi 12 avril, le président de la République a confirmé son souhait de supprimer "l'impôt le plus injuste" pour la totalité des contribuables. "C'est un impôt qui touche la France périphérique, il est généralement beaucoup plus élevé dans les villes moyennes et dans les petites villes que dans les grandes villes", a-t-il expliqué pour justifier la mesure.

Si la réforme fait des heureux parmi les contribuables, elle inquiète a contrario les communes, qui craignent un important manque à gagner dans leur budget. Le président a réaffirmé que l'Etat prendrai en charge la baisse des recettes fiscales des collectivités : "Les économies de l'Etat serviront à payer les communes. Ce que nos concitoyens ne payeront pas, c'est l'Etat qui le prend à charge et qui remboursera les communes".

Taxe d'habitation 2018 : la réforme de Macron

Conformément à l'engagement présidentiel, la réforme de la taxe d'habitation entre en vigueur en 2018. Cette mesure vise à progressivement supprimer la taxe d'habitation pour certains contribuables. L'impôt disparaîtra pour 80% des assujettis à l'horizon 2020, via trois baisses successives du montant de la taxe.
Pour un célibataire, le seuil pour bénéficier de la mesure est fixé à 30 000 euros de revenus annuels, soit 27 000 euros de revenu fiscal de référence en tenant compte de l'abattement de 10%. Ce montant correspond à un revenu mensuel d'environ 2 500 euros. Un couple ne doit quant à lui pas dépasser 48 000 euros de revenus annuels, soit 43 000 euros de revenu fiscal de référence. Enfin, un couple avec un enfant ne doit pas percevoir plus de 54 000 euros de revenus annuels, ce qui correspond à un revenu fiscal de référence de 49 000 euros. Le seuil est augmenté de 8 000 euros pour la demi-part suivante et de 6 000 euros par demi-part supplémentaire.

Si votre revenu fiscal de référence ne dépasse pas ces plafonds, vous bénéficierez d'une baisse de votre taxe d'habitation dès l'automne 2018. Votre impôt sera diminué de 30% cette année, puis de 65% en 2019, en enfin de 100% en 2020. Si votre revenu fiscal de référence est en revanche supérieur aux seuils annoncés, vous faites partie des 20% de de contribuables non-concernés par la mesure. Vous continuerez donc de payer la taxe d'habitation les prochaines années, pour le même montant qu'en 2017, à logement et fiscalité inchangés.


EN VIDÉO - Quelles contreparties pour les communes ?

Article le plus lu : Macron : avec Trump, des moments (très) gênants : voir les actualités

Impôts locaux

Annonces Google