A chacun son compte d'épargne

Les comptes d'épargne bancaire sont des placements peu rentables. Mais ils ne sont pas pour autant sans intérêt. Fiscalité et disponibilité en font des placements à conserver précieusement selon votre âge et patrimoine.

Les livrets A, bleu et CODEVI

Produits les plus courants de notre paysage bancaire, les livret A, bleu et Codevi sont des placements de précaution sans risque pour placer son épargne à court terme. On ne peut en posséder qu'un. Ils ont l'avantage d'être ouverts c'est à dire qu'il est possible de récupérer totalement ou en partie l'épargne disponible à tout moment. Leurs rendements sont sans impôts. Leur rentabilité est en moyenne de 2 %. Ils sont conseillés et recommandés pour tous les patrimoines et peuvent servir de réserve pour pallier aux imprévus. La Banque postale et la Caisse d'épargne disposent du monopole de commercialisation du livret A, et le livret Bleu est distribué uniquement par le Crédit mutuel. Attention aux super-livrets vendus par d'autres banques. La rentabilité de ces derniers est plus avantageuse mais ils sont fiscalisés.

Le livret d'épargne populaire

Le LEP n'est conseillé que pour les particuliers ou les ménages ne payant pas ou peu d'impôts. Sa rentabilité est de 3 % net de tout prélèvement fiscal ou social. Mais attention, il n'est possible que pour les contribuables non imposés ou payant moins de 696 euros d'impôts sur le revenu. Le LEP est donc un produit intéressant pour les jeunes, afin que ceux-ci se constituent une épargne.

Le livret jeune

Le livret jeune s'adresse aux particuliers âgés de 12 à 25 ans. Son taux d'intérêt est le plus avantageux des livrets bancaires : entre 4 et 4.5 %. Il est, comme le livret A et le LEP, exonéré de prélèvements sociaux. Ses intérêts sont calculés par quinzaine et crédités uniquement à la fin de l'année. Son plafond est assez bas puisqu'il est de 1 600 euros, mais il est utile de savoir qu'il est cumulable avec d'autres placements. Cette formule apparaît donc fortement conseillée pour les moins de 25 ans, accompagné au delà de 1 600 euros par un LEP.

Le Compte épargne logement

Le CEL n'est pas un placement à préconiser pour l'épargne ordinaire, mais plutôt pour financer un achat immobilier ou réaliser des travaux. Ses principales caractéristiques sont de bénéficier d'un prêt avantageux à la sortie ainsi que d'une prime d'Etat. Le versement initial minimum est de 300 euros. Les versements sont libres mais obligatoirement supérieurs à 75 euros pour un maximum de 15 300 euros. La prime d'état représente la moitiée des intérêts acquis dans une limite de 1 144 euros. Il faut savoir que les intérêts et la prime d'Etat ne sont pas exonérés de prélèvements sociaux. La rentabilité du CEL est donc faible. Ce produit n'a, en dehors d'un projet immobilier, aucun intérêt. De plus, comme nous allons le voir, le PEL est plus avantageux.

Le Plan épargne logement

Le PEL est lui aussi un placement intéressant pour les jeunes afin de se constituer une épargne en vue d'un achat immobilier. Le versement initial est de 225 euros et le versement minimum annuel de 540 euros. Le plafond des dépôts est de 61 200 euros.
Tout comme le CEL, le PEL ouvre droit en cas d'emprunt à la sortie, d'une prime d'Etat correspondante au 2/7 des intérêts gagnés. Le taux de rémunération est depuis 2003 de 3,5 %. Le PEL est donc un bon placement si vous projettez de réaliser un projet immobilier.

D'une manière générale, les comptes d'épargne sont particulièrement intéressants pour les jeunes qui n'ont pas beaucoup d'épargne. Pour les autres, ces placements doivent être des comptes de réserve ou de financement de projet mais en aucun cas un placement d'épargne à long terme. Leur rentabilité est en effet assez faible et le long terme peut permettre de vous orienter vers des placements plus risqués mais plus rentables.

Comptes épargne

Annonces Google