Un informaticien peut-il déclarer en frais réels son équipement (ordinateur, téléphone...) ?

Question de Guy (Tullin)

En tant qu'informaticien, puis-je déduire de mes revenus, au titre des frais professionnels, des achats tels que Smartphone, logiciels, ordinateur, sac spécial ordinateur... Existe-t-il une nomenclature précise sur ce type de déduction ?

Réponse :

Dans le cadre d'un emploi salarié, vous pouvez, soit bénéficier de la déduction forfaitaire de 10 %, soit renoncer à celle-ci et opter pour la déduction de vos frais professionnels pour leur montant réel (CGI, art.83-3° al 5) avec une déduction comprise entre 421 € et 12 000 € pour 2013. Cette option est possible dès lors que vous êtes en mesure de justifier des frais dont vous demandez la déduction mais également de leur utilisation professionnelle. En effet, seuls les frais inhérents à votre emploi peuvent être déduits, à l'exclusion de vos dépenses d'ordre personnel.

Ainsi, si vous apportez la justification que le matériel informatique dont il a été fait personnellement l'acquisition est effectivement utilisé pour les besoins de la profession et que vous n'avez pas la possibilité d'utiliser l'équipement de l'employeur, vous pouvez déduire au titre des frais réels (et uniquement à concurrence de l'utilisation professionnelle) la dépréciation de ce matériel par voie d'amortissement sur trois ans selon le mode linéaire.

Concernant les logiciels, la déduction du coût d'acquisition est admise au titre de l'année de paiement, dans son intégralité pour les logiciels spécifiquement professionnels et à concurrence de l'utilisation professionnelle pour ceux à usage mixte. Notons qu'aucune déduction n'est admise pour les logiciels de loisirs.

Pour le téléphone, il est possible de le déduire immédiatement si la dépense a une valeur unitaire hors taxes inférieure ou égale à 500 €, de même que les frais d'abonnement et de communication nécessaires par l'exercice de la profession. Bien entendu, pour les téléphones utilisés à la fois professionnellement et personnellement, la déduction est limitée à la proportion de l'utilisation professionnelle.

Frais réels