Impôts 2014 : ce qui devrait augmenter

Le projet de budget pour l'année 2014 vient d'être dévoilé par le gouvernement. Les impôts devraient moins augmenter qu'en 2013, mais augmenter quand même... Qui est concerné ?

Le taux de prélèvements obligatoires devrait en 2014 atteindre 46,1 % du PIB selon le projet de Loi de finances présenté en conseil des ministres le 25 septembre, qui pourrait cependant être modifié lors de son examen par le Parlement. Un taux record qui prouve que la "pause fiscale" ne sera pas encore effective. Le gouvernement ne prévoit plus cependant "que" 3 milliards de hausse des prélèvements contre 20 milliards en 2013.

Parmi les mesures fiscales qui devraient frapper les ménages l'année prochaine, l'abaissement du plafond du quotient familial est la plus révélatrice. 13 % des foyers fiscaux avec des enfants à charge devraient être concernés. Pour eux, le plafond des montants déductibles par demi-part est abaissé de 2 000 euros à 1 500 euros. Cet effort représente dans le budget 1,03 milliard d'euros de hausse d'impôts.

Autres "mal-lotis" de cette prochaine Loi de finances : les retraités ayant élevé au moins trois enfants. Ces derniers ne bénéficieront plus d'exonérations sur les majorations de pensions dont ils bénéficiaient. Côté parents encore, la réduction d'impôt pour frais de scolarité est supprimée. Elle était de 61 euros pour un collégien, 153 euros pour un lycéen et 183 euros pour un étudiant. Economies réalisées grâce à ces deux mesures : 1,6 milliard d'euros.

L'exonération fiscale sur la complémentaire santé dont bénéficiaient les employeurs est également supprimée faisant encore gagner à l'Etat près d'un milliard d'euros. Plusieurs niches fiscales sont aussi visées.

Des hausse "hors PLF" mais aussi des baisses

Mais le budget 2014 ne fait pas apparaitre toutes les hausses d'impôts et taxes qui auront lieu au 1er janvier 2014. Il faut ajouter des mesures déjà adoptées par la majorité comme la hausse de la TVA pour financer le crédit d'impôt compétitivité (Cice) en faveur des entreprises. Le taux dit "normal" de TVA passera ainsi de 19,6 % à 20 % en 2014, apportant à l'Etat 2,6 milliards d'euros en plus. Le taux "intermédiaire" (hôtellerie-restauration, travaux de rénovation, transports, logement social) va quant à lui passer de 7 à 10 % avec tout de même quelques aménagements et dérogations. Dans le cadre de la réforme des retraites, les cotisations retraites seront progressivement augmentées jusqu'en 2017. Pour 2014, la hausse est de 0,15 point.

Côté bonnes nouvelles, le budget 2014 prévoit un retour de l'indexation des barèmes de l'impôt sur le revenu sur l'inflation et un relèvement de la décote qui bénéficiera à 7 millions de foyers modestes. Le taux de TVA devrait baisser sur les tickets de cinéma à 5 %. Enfin, les plus-values immobilières et des plus-values de cession de valeurs mobilières seront taxées différemment, de manières plus incitatives.

EN VIDÉO - Le gouvernement a vanté, mercredi 25 septembre 2013, les réductions de dépenses "sans précédent" inscrites au budget 2014.

Gouvernement / Impôt sur le revenu